MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Regenesis, back to east !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
NOTE DU STAFF : Leto : 10/10. C’est toujours dur de critiquer un numéro anniversaire, souvent le cul entre deux chaises (l’histoire en court et des bonus qui sont en fait des réimpressions). En plus, ce run de Hickman, assez incroyable, commençait à prendre un virage SF compliqué empruntant des personnages à divers histoires récentes de Marvel (notamment cosmique). C’était toujours aussi bon mais je me doutais bien qu’il fallait un dernier coup de massue pour prouver que tout le run était solide, du numéro 1 à ce numéro 600, si polémique (en gros faire du buzz pour relancer au 1 puis revenir au 600 avec une seconde série). Fort heureusement, ce numéro est exceptionnel à tout point de vue. Pour 8$ (c’est cher), on a 100 pages TOUTES liées à l’histoire en court, ce qui est déjà un bon choix. En plus, on a 3 parties bien distinctes qui répondent chacune à un but bien différent et aucune page n’est superflue. La première histoire est une sorte de FF numéro 12 (même si ce numéro va aussi sortir dans le mois) avec la poursuite de l’histoire en cours. Une très jolie double page fait le point sur tout ce qui se passe simultanément (que des choses intéressantes) puis c’est parti pour une histoire qui aurait très bien pu être le sujet d’un crossover à la Secret Invasion mais Hickman arrive à tout faire tenir dans sa série et c’est très bien. Le final est juste magnifique même si on pouvait s’en douter et, c’est là que ça devient fort, Hickman enchaîne ce numéro sur une seconde partie qui raconte tout ce qui a mené à ce final. Si le retour de ce personnage est prévisible, la situation dans laquelle il se trouve l’est beaucoup moins. Alors oui c’est limite un copié coller à certains moments mais bon, est-ce pour autant qu’on ne pourra plus jamais utiliser les histoires de gladiateur ? Et puis ce n’est qu’une fraction de l’histoire qui met l’accent sur la philosophie des vilains. Bref, on a au moins tout ce qui s’est passé de révélé. Enfin, la 3ème partie est composée de plusieurs scénettes qui présentent les situations de chacun et nous donne un avantgoût de ce qui nous attend. Chacune a un ton et un dessinateur différent, on n’apprend pas grand-chose mais les personnages sont approfondis. Autant le dire de suite, Hickman brasse toute la mythologie FF (Doom, Zone Négative, Inhumains, Galactus, SF, les enfants, la famille) pour une histoire qui a déjà changée à jamais cette famille. On a enfin deux titres FF qui ne sont pas de trop pour raconter tout ce qui se passe et j’ai hâte de voir ce que nous réserve le scénariste, encore une fois épaulé par un bon dessinateur. Ashka : 5/10. Fantastic Four revient pour un numéro anniversaire plutôt faible. On a donc plusieurs parties, si la première est importante et continue l’histoire déjà en cours, on s’ennuie très vite en attendant la « Surprise » du chapitre dont tout le monde s’attendait, a savoir le retour de Johnny Storm. A partir de la on a le droit a une deuxième partie qui présente ce qui lui est réellement arrivé et la c’est la catastrophe, c’est incroyablement mauvais, on a le droit a du sous « Planet Hulk » avec un cheminement presque identique mais réduit en quelques pages avec des morts résurrections qui le rendent plus fort etc... bref du grand n’importe quoi. La seule pensée que j’ai eu a la fin de cette partie était « Ils auraient mieux fait de le laisser « mort » si c’est pour ça ». On a aussi le droit a LES REVIEW DU MOIS : FANTASTIC FOUR #600 46 trois autres segments, ceux sur Black Queen et Franklin sont tout simplement mauvais tendis que la partie avec Galactus est plutôt intéressante et nous tease quelque chose qui pourrait vraiment être intéressant. Au niveau dessin on a du bon comme du moins bon, c’est très inégal. Au final ce numéro anniversaire de Fantastic Four est un gros pétard mouillé qui n’aura pour but au final de faire du teasing plutôt moyen ainsi qu’une explication sur Johnny loin d’être satisfaisante... Julien : 8/10. Jonathan Hickman réussi à m’impressionner une de fois de plus, on n’est plus à ça près vous me direz, et pas seulement parce qu’il a écrit à lui tout seul l’intégralité de ces 96 pages (ce qui n’est déjà pas rien en soi). Je suis impressionné par la cohérence de son histoire et de tout ce qu’il a construit depuis son arrivée sur les FF, la continuité qu’il a réussi à installer, à tel point que peu importe les trucs qu’il se passe dans ce numéro, ça nous semble tellement naturel. Toutes les pièces du puzzle commencent à s’imbriquer et on s’aperçoit de l’énormité du truc, et je pense qu’on n’a pas encore tout vu, loin de là. Concernant ce numéro en lui-même, malgré les différentes parties, il est vraiment de qualité assez égale, ce qui n’est pas toujours évident. Le fait qu’Hickman dédie tout le numéro à son run y joue sûrement pour beaucoup, c’est rare ce genre de numéro anniversaires comme celui-ci, d’habitude on a pleins d’auteurs et des histoires en hommage au personnage. Le premier segment reprend directement après FF#11 et sans être la meilleure partie du numéro s’en sort plutôt bien pour ce qu’il doit faire, décrire une grosse bataille. Le cliff a beau avoir été révélé par Marvel, on a beau s’y attendre fermement, ça n’empêche qu’il est jouissif et très efficace. La deuxième partie est le gros morceau de ce numéro et elle est juste géniale ! Je ne dévoile rien mais Hickman, sans être des plus originaux, nous offre une très bonne histoire dans les règles de l’art, reprenant tous les codes du genre, avec quelques petites surprises et bonne inspirations par-ci, par-là. De bons dessins qui vont avec. En un mot, épique ! Et le découpage de l’histoire avec la première histoire du numéro est vraiment intéressant et fait encore plus apprécier la lecture. Vient ensuite 3 petites histoires. Celle sur la reine noire est peut-être la plus faible dans le sens où on n’est pas forcément autant intéressé par le personnage que pour les autres, mais je l’ai trouvé très bien écrite et c’est toujours un plus d’approfondir des personnages secondaires. Le segment de Galactus est des plus intéressants par contre, Hickman continue de faire un sans faute avec ce personnage. Et les pistes lancées pour la suite sont alléchantes. On finit avec un segment humoristique consacré à Franklin et c’est vraiment très drôle ! Hickman réussi très bien à parodier le genre de manière très fine et intelligente, comme quoi il sait tout faire ! Et mine de rien, on a une grosse révélation qui risque d’être énorme pour la suite. Ce 600ème numéro anniversaire des FF (on va pas s’attarder sur la numérotation abracadabrantesque de Marvel) est une vraie réussite et laisse le champ libre à Hickman pour nous montrer tout son potentiel et élever son run à niveau supérieur. C’est du lourd, mes amis.
Les X-Men sont à la fête pour ce second numéro du magazine MDCU. On a donc décidé de revenir sur l’histoire de Gambit, le plus francophone des X-Men jusqu’à l’arrivée de Fantomex. Le héros n’a pas été gâté ces dernières années entre un nouveau pouvoir bien encombrant, une trahison et une mise au placard. Voici donc 10 étapes clés de l’histoire de Gambit dans les comics. 1Ses débuts La première apparition de Gambit dans les comics est déjà une anecdote en soi. En terme de publication, il est apparu la première fois dans le X-Men Annual #14. Cependant, ce n’est pas dans cet épisode qu’il devait apparaître pour la première fois mais dans l’épisode de la série régulière qui paraissait le même mois. Or l’épisode 266 de la série Uncanny X-Men a été publié en retard qu’il se déroule chronologiquement avant l’annual. Cet annual de la série faisant allusion à cet épisode régulier, les lecteurs ont donc découvert un personnage qui avait été présenté dans un épisode qui n’avait pas encore été publié... le début d’une histoire originale. 2 Mariage Avant de tomber amoureux de Rogue, son grand amour, Remy a été marié à une certaine Bella Donna pour apaiser les tensions avec une avec une guilde rivale de la Nouvelle Orléans. Malheureusement, il a été provoqué en duel par le frère de la mariée, Julien, et l’a tué au cours du combat. Il a du alors quitter sa ville natale pour ne revenir que bien des années plus tard. 3The Mutant Massacre Après avoir quitté la Nouvelle Orléans, Gambit est devenu un voleur de renom mais il ne maîtrisait pas encore son pouvoir. Il trouva de l’aide en la personne du vilain Mister Sinister et a effectué plusieurs missions pour lui en paiement. La dernière fut de guider l’équipe des Maraudeurs dans les tunnels de New York où ces vilains massacrèrent les Morlocks. Gambit ne put sauver que l’une d’eux, celle qui devint des années plus tard Marrow. Age of Apocalypse 4 Dans ce crossover où l’Histoire et la réalité ont changé suite à la mort du Professeur Xavier, Gambit a fait partie des X-Men mais a dû les quitter quand Rogue a choisi Magneto avec qui elle a eu un enfant. Des années plus tard, alors que les X-Men se lancent dans une opération de la dernière chance, Gambit va aider les héros en voyageant dans l’espace Shi’ar pour réparer le cristal M’Kraan. Pour ce faire, il va offrir ce qui lui est le plus cher : son amour pour Rogue. Les héros parvinrent alors à rétablir le cours de l’Histoire. 5 Procès Dents-de-Sabre a souvent évoqué auprès des X-Men le fait que Dents-de-Sabre a souvent évoqué auprès des X-Men le fait que Gambit avait un sombre secret. Tout fut révélé lors d’un procès orchestré par Magneto au nom de la race mutante. Rogue fut forcé d’absorber par un baiser les GUIDE DE LECTURE D’UN PERSONNAGE : GAMBIT 47 Par Leto souvenirs de Remy et l’horrible vérité fut révélée. Il ne fut épargné que parce qu’il avait sauvé la jeune Marrow. Abandonné en plein Antarctique, trahi par son amour et exclu des X-Men, Gambit redevint le Cajun des débuts. Série régulière 6 La suite de ses aventures est racontée dans sa première série régulière paru en 1999 (25 numéros). Ce fut le début d’une longue errance à travers le monde en tant que mercenaire ainsi qu’une rencontre avec un double maléfique. Une deuxième série régulière Gambit a été publiée en 2004 le temps de 12 épisodes. Après de nombreuses péripéties, Gambit réintégra les X-Men et devint même un des leaders sur le terrain quelques temps plus tard. Cavalier d’Apocalypse 7 Quand Apocalypse attaque les mutants parqués à l’institut suite à House ofM, Gambit sort d’une relation douteuse avec Mystique qui avait infiltré l’Institut en prévision de Messiah Complex. Remy a donc des problèmes dans son pseudo-couple avec Malicia et c’est là qu’apparaît le vilain. Gambit accepte la proposition de devenir Death, l’un des 4 cavaliers d’Apocalypse, pour en fait infiltrer les rangs du vilain mais l’opération introduit une autre personnalité, celle de Death justement. Gambit va tenter de tuer Rogue pour se détacher de son passé mais ne réussira pas et, après la défaite d’Apocalypse, il conservera cette double personnalité avec ces nouveaux pouvoirs. Messiah Complex 8 Suite à sa transformation par Apocalypse et la défaite de ce dernier, Gambit est à nouveau exclu des X-Men et en fuite. Il va alors rejoindre Mister Sinester dans sa quête d’informations en vu de Messiah Complex. En tant que Maraudeur, il va affronter Cable puis attaquer les X-Men. Cependant, son amour pour Rogue (qui est alors dans le coma de par la faute de Mystique) le fera douter et il sauvera lors du combat final Canonball, le faisant rejoindre à nouveau le rang des héros. X-Men Legacy 9 Après Messiah Complex, Gambit va tout d’abord faire capoter un contrat sur la tête du professeur Xavier. Il va par la suite participer aux aventures de Rogue tout en essayant de contrôler sa double personnalité. Il combattra aux cotés des X-Men face aux Dark Avengers puis en enfer lors de Second Coming pour sauver Magik. 1 0 X-23 Avant de rejoindre Wolverine et l’école Jean Grey, Gambit devint le mentor de X-23 en participant à sa quête d’identité et à ses nombreux combats. Si Remy doit toujours lutter pour contrôler Death et retrouver l’amour de Rogue, il semble qu’il soit désormais plus serein et va pouvoir retrouver la place qu’il mérite au sein des X-Men. Sauf si un scénariste en décide autrement...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 62-63MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 64-65MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 66-67MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 68-69MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 70-71MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 72-73MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 74