MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Regenesis, back to east !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Nous avons eu la chance d’être choisi par le nouvel éditeur de DC Comics en France pour réaliser une interview croisée avec 3 autres grands sites français que sont Comicsblog, Comic Box et Superpouvoir. Nous avons chacun posé plusieurs questions au nouveau label concernant l’exploitation de la licence DC à partir de janvier 2012. Nous regroupons ici toutes les questions et réponses des quatre sites. Mais avant tout, voici une petite présentation de l’équipe d’Urban Comics, décrite par son directeur éditorial, François Hercouët : « Voici de quoi vous donner une idée plus précise de qui fait quoi au sein d’Urban Comics : Charlène est notre responsable Marketing & Internet. Elle gère aussi bien l’aspect communication, partenariats marketing que la conception du site. Yannest notre assistant éditorial. Il m’assiste dans la production des titres et la gestion des urgences. Quant à moi, après avoir travaillé 6 ans aux côtés de Thierry Mornet sur le catalogue Contrebande des éditions Delcourt, je suis aujourd’hui chargé de donner la direction et le ton du catalogue Urban Comics, en tant de directeur éditorial. L’équipe est encadrée par Pôl Scorteccia qui, après avoir dirigé pendant plusieurs années les éditions du Lombard (où il a notamment initié la publication de la série Freak Angels de Warren Ellis), est devenu directeur du label Urban Comics. Il est assisté par Anne Bouvet (assistante de direction). Nous couvrirons à deux l’essentiel de la production éditoriale. Ceci expliquera sans doute notre relative discrétion sur les réseaux sociaux. Il y a pas mal de boulot, comme vous devez vous en douter. Nous nous sommes cependant entourés d’une solide équipe de traducteurs, lettreurs et relecteurs pour mener à bien notre mission. Concernant la communication, justement, les informations officielles d’Urban Comics émaneront essentiellement du site, dès qu’il sera mis en ligne (à partir de janvier 2012, afin de ne pas perturber la communication de l’ancien licencié). De manière plus générale, le fonctionnement du groupe Dargaud nous invite à communiquer en temps voulus les informations liées aux publications. » 18 INTERVIEW : URBAN COMICS Quelle politique allez vous privilégier : mettre en avant les grosses licences (Superman, Batman, Green Lantern) dans un premier temps pour dans un second temps faire découvrir au public français des séries plus confidentielles (Secret Six ou Frankenstein Agent of SHADE par exemple) comme Panini à la fin avec DC ; ou proposer un mix dans vos magazines avec des sommaires alliant les « grosses » séries et les « petites » séries comme le fait Panini avec Marvel en dispatchant ses séries Vengeurs dans plusieurs magazines pour soutenir les ventes ? J’imagine que vous évoquez principalement la gestion du Relaunch. Il est bien évidemment impossible de publier l’intégralité des 52 séries en librairie, c’est la raison pour laquelle l’offre en albums comprenant des titres comme Justice League, Batman, Superman Action Comics, Wonder Woman, Aquaman, etc. sera complétée par une offre en kiosque. Nous publierons deux bimestriels, l’un développant l’univers de Batman, l’autre l’univers de DC au sens large. Nous attendons d’en lire un peu plus pour arrêter le contenu de ces revues, même si certaines séries se détachent déjà. Ce qu’il y a de très agréable et surprenant avec ce Relaunch, c’est de voir surgir une série ou un personnage que personne n’attendait et qui s’avère vraiment fun à la lecture. C’est, à mon sens, l’une des grandes réussites de ce Relaunch. Connaissant la difficulté qu’à DC à s’implanter en France. Comment comptez-vous vous démarquer des expériences passées des différents éditeurs ? En structurant l’Univers DC ! La réflexion est assez simple et m’est venue de mon expérience personnelle. J’ai toujours lu du comics et, comme beaucoup de lecteurs français de ma génération, j’ai été élevé par Marvel et Image. Le déficit de notoriété de DC en France est un fait (que vous assez bien mis en lumière dans l’un de vos dossiers), mais rien n’est gravé dans le marbre, surtout avec la formidable opportunité que nous offre aujourd’hui le Relaunch. Lorsque j’ai décidé de me plonger dans l’Univers DC, j’ai commencé par les Crises, pas forcément dans l’ordre d’ailleurs puisque je n’avais aucun repère auquel me raccrocher. C’est là que m’est apparu le problème de la licence DC en France. 75 ans, c’est un immense héritage et cela peut devenir un sacré casse-tête pour celui qui, comme moi, décide un jour de s’y investir. Autant de personnages, de références et d’événements passés ont souvent raison des meilleures volontés. Suivant mon expérience sur la licence Star Wars, je me suis donc amusé à bâtir une chronologie de l’Univers DC et, à quelques exceptions près, cela fonctionne plutôt bien. Articuler les récits autour des différentes âges qu’a connu le DCu, ses Crises durant l’âge moderne notamment, me semble être l’approche la plus cohérente pour aider les lecteurs, experts ou non, à situer le récit qu’ils ont entre les mains. Outre cette chronologie, l’autre outil éditorial qui découle de cette volonté de structurer l’univers DC est la création de collections chronologiques (DC ARCHIVES, DC CLASSIQUES et DC RENAISSANCE) et thématiques. Il ne s’agit donc plus de
raisonner en terme de formats. Une collection DC ARCHIVES pour les premières aventures des héros DC, s’étalant de la fin des années 30 à 1985, année de la publication de Crisis in Infinite Earths de Wolfman et Perez. Une collection DC CLASSIQUES qui correspond aux récits publiés entre 1985 et Flashpoint, la dernière « Crise » en date introduisant le récent Relaunch de septembre 2011. Les séries du Relaunch seront, elles, regroupées dans la collection DC RENAISSANCE. Vous voulez lire ce Relaunch dont vous entendez parler depuis le mois de juillet ? C’est simple : la collection DC RENAISSANCE est faite pour vous. Une fois familiarisé avec les héros DC, vous souhaitez approfondir votre connaissance du DCu ? La collection DC CLASSIQUES vous donnera accès à l’ensemble des récits phares des années 90 et 2000. Vous souhaitez remonter aux toutes premières origines ? La collection DC ARCHIVES devrait étancher votre soif de lecture. En résumé, ces trois collections chronologiques seront la colonne vertébrale à nos publications et nous permettront d’explorer à la fois le fond et les nouveautés. L’autre point sur lequel nous insistons, ce sont les auteurs qui se sont imposés comme les véritables architectes du DCu. Nous leur dédions donc une collection : DC SIGNATURES. Vous aurez donc l’occasion de lire, ou relire, l’intégralité du run de Grant Morrison sur Batman, dans l’ordre et dans un seul format d’albums numérotés à travers la série « Grant Morrison présente Batman ». Idem pour Geoff Johns et son travail sur Green Lantern. Il nous paraît essentiel de mettre ces auteurs sur le devant de la scène et de les présenter comme des clés d’entrée idéales pour qui veut se familiariser avec les super-héros de DC et désire suivre leur évolution entre les mains de leurs principaux architectes. Notre objectif est de donner aux lecteurs les repères qui leur ont sans doute manqué jusqu’ici pour profiter de la richesse du DCu. Concernant les modes de distribution, allez-vous proposer un système d’abonnement kiosque ? Et une offre digitale ? Pas d’abonnement avant les magazines liés au Relaunch. Ensuite, nous verrons. Concernant l’offre digitale, c’est à l’étude. Pouvez-vous nous donner la date exacte de votre première sortie, que ce soit kiosque ou librairie ? Bien sûr. Nous débuterons le 20 janvier 2012 avec Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons, traduit par Jean-Patrick Manchette. Il s’agira de l’unique titre de janvier, mais quel meilleur album pour lancer le label ? Cette édition de 464 pages comprendra tous les bonus de la version Absolute au prix de 35 €. Les premiers magazines – Flashpoint #1 (The Flash #8 à 12, et Flashpoint #1) et Batman Showcase #1 (Batman Inc. #5 à 8) – paraîtront le 24 février. Dans les premières parutions kiosques annoncées on remarque qu’elles sont non seulement thématiques mais que les épisodes sont publiés par saga (par ex : 19 tout Batman Inc. d’un coup, tout Flashpoint : Projet Superman d’un coup) là où depuis Semic on gardait cette approche pour les HS mais les anthologies, elles, diffusaient en simultané les différentes séries (par exemple Batman et Robin publié à côté d’épisodes de Batman tout court). Est-ce que cette approche par « sagas » va perdurer ou est-ce qu’on retrouvera une optique plus conventionnelle plus tard ? L’idée avec ces premiers magazines (Batman Showcase en 2 numéros, Flashpoint en 3, Green Lantern Showcase en 2) est de créer le moins de rupture possible pour le lecteur des revues de Panini, et, étant donnée la nécessité de préparer l’arrivée du Relaunch, ce format « saga » nous a semblé le plus judicieux. On lit parfois que nous aurions dû commencer par les « New 52 », beaucoup plus simple éditorialement parlant. Ça aurait été effectivement plus simple (quoiqu’en termes de disponibilité des numéros, je n’en suis pas si sûr), mais quel aurait été le message envoyé aux lecteurs qui suivent ces séries depuis des mois ? Même si nous avons l’ambition d’ouvrir l’Univers DC aux nouveaux lecteurs, cela ne peut pas se faire au détriment des anciens. Concernant le format « anthologique », c’est quelque chose que l’on retrouvera à partir du lancement des titres « Renaissance » (les « New 52 » du Relaunch). Nous publierons également des récits complets, inédits dans la mesure du possible et à forte pagination au cours de l’année, le genre de bouquins que vous avez envie d’emmener lorsque vous avez un long trajet en train devant vous. C’est également, à notre avis, le genre de format qui touchera plus facilement un nouveau lectorat, peu enclin à attaquer une revue kiosque dont il aurait raté le #1. Parlons de MAD, puisqu’en un sens c’est le vrai événement : le retour de la licence en France. Il y a des décennies de matériel inédit en VF. Comment comptezvous travailler ce fond. Est-ce qu’on doit s’attendre à des albums chronologiques, à des approches plus thématiques ou ponctuelles ? C’est effectivement l’approche thématique qui a été retenue dans un premier temps. Nous proposerons cette année deux anthologies MAD : l’une centrée sur les super-héros, l’autre sur l’œuvre de Sergio Aragones. Je ne vous cache pas que tout reste à faire pour implanter l’esprit MAD en France. La récente adaptation de cet univers loufoque sur France 4 (le samedi à 20h15) nous offre cependant une excellente opportunité de faire connaître une version plus moderne de MAD et d’étendre son public. Ce qui nous a d’ailleurs frappé lorsque nous nous sommes rendus à la conférence MAD au Comic Con de New York, c’est la jeunesse des téléspectateurs. Ils n’ont pour la grande majorité d’entre eux jamais lu le magazine, mais ils semblent définitivement accros. Dans un mélange bien foutraque d’animation traditionnelle, de stop-motion et de photo-montages qui rappelle beaucoup



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 62-63MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 64-65MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 66-67MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 68-69MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 70-71MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 72-73MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 74