MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Regenesis, back to east !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
de nous, voir les artistes se balader pour aller en interview ou sur notre stand… J’avoue, le truc que j’ai préféré, c’est quand l’un de vous venait sur le stand et répondait « Je vous connais les gars, je viens tous les jours » ou carrément nous filait son pseudo. Juliencroquette, Lynks, Ministry (un grand merci pour ton aide), iToine, ceux que j’oublié ou que j’ai loupé, merci d’être passé nous faire un coucou. Ce fut un plaisir de participer au podcast avec les autres rédactions (merci Sullivan pour l’invitation) mais surtout j’ai adoré rencontré les membres de MDCU que je n’avais vu (oui, Docteur est aussi bizarre dans la réalité que sur le forum, tout comme Scarecrow). Merci aux fondateurs pour avoir mis sur pied cette escapade à Lille, ça restera un grand moment dans ma vie de staffeur. Enfin, je voudrais saluer Steveet Jeff de ComicsBlog avec qui j’ai passé un excellent dîner en compagnie de Docteur et Fitzlionheart (qui ont enchaîné les interviews tout le week-end) ainsi que les artistes du LCF. Vivement le Comic- Con ! Scarecrow : Bon, je crois que tout a été dis à peu de choses près... C’était tout simplement énorme, que se soit au niveau de l’accueil ou de la gestion interne. On a eu l’occasion de parler avec beaucoup de monde qui s’arrêtaient au stand et qu’ils étaient déjà inscrits ou qu’ils ne connaissaient pas le site, c’était un vrai bonheur de parler de notre passion commune pendant quelques instants. Une très bonne première expérience pour moi aussi aux côtés de trois staffeurs que je n’avais encore jamais vu et qui sont justes géniaux ! Je peux déjà vous dire avec certitude « à l’année prochaine tout le monde ! ! ». Julien : Aaah le Lille Comics Festival. Première année pour moi et je suis sous le charme. Pourquoi ? Parce que ça sent bon le côté 14 passionnés amateurs ! Rien que dans l’organisation : un petit gymnase en centre ville, des chaises et des tables empruntées à la mairie, des bénévoles qui courent dans tous les sens, un processus d’entrée par forcément trop au point qui crée une file d’attente jusqu’au bout de la rue. Mais c’est ça qu’est bon ! ! Ce côté convivial, on se prend pas la tête, on est tous plus ou moins une grande « famille ». Quand vous avez des Mike Allred et Peter Milligan qui viennent vous voir sur votre stand (vous petit site français de comics), ça peut pas être plus convivial que ça ! ! (encore plus quand ils vous traitent carrément de « basterds » !). On se retrouve donc avec ce côté « amateur » et ce malgré la présence beaucoup de grands professionnels des comics, ce qui crée un gros contraste et fait tout le charme et toutes les qualités de ce festival. En résumé, le LCF a une âme. Et ça se ressent aussi dans l’accueil qu’on nous a réservé. Pour notre première expérience de stand dans un festival, on a vraiment été super bien accueillis et pris très au sérieux, on se serait presque senti important ! (alors que t’as un mec comme Don Rosa à l’autre bout de la salle ! !). Je tiens du coup à me remercier tout particulièrement Arno, mais toute l’orga était super. Au niveau plus interne de MDCU, ça a aussi été un super weekend pour nous. C’est la première fois qu’on se rassemblait à autant, j’ai moi même découvert pour la première fois en personne Fitz et Docteur (des mecs terribles ! !), et ça a vraiment renforcé l’équipe. On a aussi rencontré beaucoup de monde, notamment les autres sites majeurs en France, et ce fut un plaisir à chaque fois, bien plus sympa de mettre des visages sur les personnages derrière les sites web. Des professionnels aussi, notamment du french comics, tous plus sympas et ouverts les uns que les autres. Être à Lille te donne vraiment l’impression de faire partie de ce petit monde des comics en France, et ça c’est de l’or. Rendez-vous l’an prochain avec grand plaisir !
MDCU a pu interviewé Mike Allred durant le LCF. Rencontre avec un passionné. Votre Madman est vraiment une histoire folle, pensez vous que les comic books mainstream manquent de folie ? Je ne sais pas. J’arrive toujours à trouver des histoires innovantes mais il faut savoir les chercher. Je pense que la série I-Zombie que je dessine pour DC chez Vertigo est fun et originale et je suis heureux d’y participer. Il y a beaucoup de bonnes séries ailleurs mais j’aimerais qu’il y en ai plus. Tout le monde voudrait que cela avance plus vite et que l’innovation soit plus présente mais je trouve qu’il y a plus de bonnes choses dans les séries mainstream maintenant qu’il n’y en a jamais eu auparavant. Vous avez travaillé pour des éditeurs indépendants (Madman pour Toundra) et aussi pour de grosses maisons Mainstream (Marvel avec X-Static et DC avec I-Zombie), quelles différences existent entre les deux ? J’ai été très chanceux. Les éditeurs avec qui j’ai travaillé : Bob Schreck, Shelly Bond, Axel Alonso entre autres sont encourageants et impliqués et ont fait partie du processus de création. Je connais des personnes qui se battent avec leurs éditeurs mais je me considère chanceux. Donc je dirais qu’il y a peu de différences car on m’a rarement demandé de faire des modifications. J’ai toujours fait ce dont j’avais envie. a-t-il moins de liberté avec le Y mainstream ? Non, pas sur les projets auquel j’ai participé. Même lorsque j’ai fait Superman/Madman. On pourrait penser que DC serait très strict de l’image de Superman mais j’ai écrit la série et on ne m’a demandé qu’une seule modification : il y avait une scène où Superman et Madman discutaient sur une balançoire et on m’a demandé de ne pas faire Superman assis dans une balançoire. Et ça ne m’embêtait pas. C’était la seule exigence qu’ils ont eu. 15 INTERVIEW : MIKE ALLRED Donc peut-être que je suis chanceux mais je n’ai jamais eu de soucis et je n’ai vu aucune différence entre le mainstream et l’indépendant. D’où vous est venu l’idée de Madman ? Déjà, le concept est : Frankenstein dans un costume. C’est ma version du monstre Frankenstein et également mon alter-égo. Je suis souffre personnellement d’angoisses existentielles, je suis terrifié par de grandes questions comme « quand le temps a-t-il commencé ? » ; « qui suis-je ? » ; « qui sommes-nous ? » ; « y a-t-il un but à la vie ? » et cela peut aller jusqu’à me paralyser et je me suis toujours senti un peu malade, un peu fou et c’est le processus créatif qui me permet de gérer cela et de trouver le bon côté des choses. J’utilise les choses que me terrorise et cherche celles qui me procure de la joie et je filtre tout ça dans Frankenstein. J’y ajoute beaucoup d’influences, mixe le tout et cela donner Madman. Et c’est pour cela que Madman possède un yoyo comme arme ? Exactement. Mais c’est un yoyo très dangereux. Pouvez-vous nous parler un peu plus du « Madman : 20th Anniversary Monster » qui arrive le 21 décembre prochain ? Bien sûr, nous étions étonné de voir que 2012 sera le vingtième anniversaire de Madman, c’est un étape impressionnante à atteindre. J’étais à Portland avec Jim Valentino d’Image et il a eu l’idée d’avoir 20 artistes créant une histoire chacun. Donc j’ai commencé à demander à mes amis. J’en ai contacté plus de 20 au cas où quelqu’un ne pourrait pas le faire et ils l’ont tous fait donc il y aura finalement plus de 20 créateurs dans cette édition. Pour compléter j’ai écrit une histoire complète et nous avons regroupé plus de 200 pin-ups qui ont été faite pendant ces 20 années. C’est une collection très variée d’artistes et j’en suis très fier. Si vous deviez choisir un personnage à réinventer, lequel choisiriez vous ? J’aimerais bien faire ma version de Danger Diabolik (Diabolik en français), une série italienne. Peu de gens le connaissent aux États-Unis et j’aimerais bien me l’approprier. Mais je pense simplement cela maintenant, il y a plein d’autres personnages que j’aime particulièrement. Par Fitzlionheart



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 62-63MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 64-65MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 66-67MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 68-69MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 70-71MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 72-73MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 74