MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
MDCU le Magazine n°2 décembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 12,7 Mo

  • Dans ce numéro : Regenesis, back to east !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Au début du mois s’est tenu le Lille Comics Festival et MDCU était de la partie. Pour sa sixième édition, le seul festival dédié uniquement aux comics a mis les bouchées doubles. Petit résumé pour ceux qui n’ont pas pu être là avec tout d’abord un petit compte-rendu général des événements pour vous rendre compte de ce qu’est un festival depuis l’intérieur. Ensuite, chaque staffeur ira de sa version personnelle et de ses anecdotes pour finir de dépeindre le festival. MDCU ! RASSEMBLEMENT !!! Ce fut deux jours mémorables pour tous les membres de l’équipe. D’abord parce que c’était la première rencontre pour la plupart d’entre nous. La rédaction est éparpillée dans toute la France et il aura fallu attendre 3 ans d’existence et un événement majeur pour enfin justifier un rassemblement MDCU. Les trois fondateurs ont pris la voiture depuis Metz avec le matos vidéo, les flyers, la bâche, des Pom-pom Girls et surtout les rares exemplaires du nouveau magazine MDCU. Docteur a pris le train très tôt depuis la Belgique. Leto est venu de Paris et Fitz de Lyon. Les autres staffeurs gardaient la maison mère pendant que ces joyeux lurons sentaient monter l’excitation. Le festival n’ouvre ses portes qu’à 11h mais Doc fait le pied de grue depuis 8h. On ne sait toujours pas pourquoi si tôt surtout que le convoi de Julien, Alex et Scarecrow n’est arrivé qu’à 10h… Enfin bon. Leto et Fitz, quant à eux se sont rejoint à la gare et à 10h30 le groupe était complet. Quand on a un stand, on a la chance de pouvoir rentrer dans la salle en avance pour le préparer. Et quand un groupe entier double toute une file de fans pas très heureux d’attendre depuis plusieurs heures seulement parce qu’il porte un T-shirt marqué MDCU dessus, il se sent mal. On se sent privilégié et c’est flatteur mais le fan de Picsou qui attend fébrilement sa dédicace de Don Rosa vous jette quand un petit regard assassin. Un grand merci à l’organisation du festival pour nous avoir donné ce très bon emplacement. MDCU était proche de l’entrée et proche du buffet (deux points d’attractions majeurs) et cela nous a permis d’avoir un fort passage devant nous. Autour de nous, les autres exposants s’activent aussi. Les LILLLE COMICS FESTIVAL : LE RECAPITULATIF 10 magasins sortent leurs cartons remplis de magazines VF et VO. Les autres rédactions montent aussi leur stand. Au premier étage, les consoles de jeux sont installées. Ah oui, la salle. Je ne vous ai pas parlé du Gymnase de Lille. Je ne sais pas quel est son usage habituel mais elle ressemble fortement à un théâtre. Après un long couloir, on arrive dans une grande salle, très haute avec une scène dans le fond. Deux escaliers sur les côtés mènent en haut à une galerie ouverte qui surplombe la grande salle. C’est bon, vous imaginez le lieu ? Bon, donc les artistes commencent à se mettre à leur table, prêt à dédicacer et dessiner ce que leur donneront leurs fans. Et à l’heure prévue, les premiers visiteurs arrivent et sonnent le début de deux jours de salon intense. JOUR 1 Par Fitzlionheart Après les salutations entre nous (première rencontre, tout ça tout ça). On commence à recevoir un peu de visite. Surtout des membres de la communauté comics de France. Les gars de Comicsblog viennent nous saluer, on parle avec Cable’s Chronicles, Génération Strange et Comixity. C’est une première pour nous et ces échanges se passent au delà de nos espérances. Tous ces gars sont formidables et on est très heureux de pouvoir les compter dans nos amis. La salle se remplit de plus en plus et les files d’attente s’allongent (celle de Don Rosa traverse toute la salle). On part faire un petit tour, saluer les éditeurs français présents : Aelement Comics ; WebEllipse et se rendre compte qu’il y a énormément de scénaristes et dessinateurs invités. Certains sont des mégastars comme Mike Allred et Dustin NGuyen et d’autres sont moins connus comme le dessinateur anglais de Tank Girl Rufus Dayglo mais tous sont accessibles pour un dessin original ou une petite signature accompagnée d’une rapide discussion. Le LCF est un festival à taille humaine. Les artistes se baladent entre les stands quand ils ont quelques minutes de libre. Pour tout fan-boy, c’est un rêve et le LCF le réalise. On est pas dans un événement gigantesque où les artistes sont séparés des festivaliers, ici tout le monde se mélange. La journée passe tranquillement et les interviews débutent sur les coups de 12h avec Mike Allred pour commencer. Encore une
première pour nous que ces interviews qu’il nous a fallu préparer. L’anglais n’est pas notre langue natale mais on se débrouille comme on peut. Alex filme avec son matériel de professionnel et les différents médias s’enchaînent pour de courts entretiens. Le festival nous a mis à disposition une petite salle de presse que le brouhaha du gymnase n’atteint pas. Et là, on se rend compte que nos artistes préférés sont des gens normaux, drôles et adorables. Ils répondent aux questions avec franchise et ne prennent même pas la mouche quand on les harcèle sur des potentielles séries dont ils n’ont pas le droit de parler (n’est-ce pas Dustin NGuyen qui prépare plusieurs titres Beyond…). Les bonnes nouvelles s’enchaînent quand les responsables d’Urban Comics, venus incognitos au festival qui viennent nous voir pour discuter en off de l’interview spéciale d’il y a quelques semaines et du futur de DC en France. Sans rien dévoiler de secret, ils préfèrent mettre la librairie en avant plutôt que le kiosque car l’équilibre financier doit être la base de leur politique. Si l’équilibre est trouvé et si les résultats sont là, il y aura alors des modifications et des tentatives de développement mais DC ne s’est jamais implanté en France cela amène à de la prudence. Que cela plaise ou non, Urban Comics assume ses choix et les gens qui gèrent le label sont des passionnés extrêmement compétents. On les remercie d’être venu nous voir et on leur souhaite bonne chance pour la suite. Pendant la journée, le staff s’est relayé pour tenir le stand, interviewer les artistes, et également se faire faire quelques dédicaces par des artistes qu’on aime bien. Leto alpague des visiteurs pour présenter le site (merci les études de marketing) et on tente de glaner des contacts un peu partout. C’est nonstop. Il y a toujours quelque chose à faire. On est content de voir débarquer des fidèles du site venu nous faire coucou. Mention spéciale à Lynks, Julien Croquette et surtout Ministry (qui nous a beaucoup aidé durant les deux jours). J’en oublie forcément mais on vous aime les gars, c’est grâce à vous qu’on est là et c’était vraiment cool de vous voir en vrai. Alors qu’on s’achemine doucement vers la fin de cette première journée. L’orga du festival nous propose un dîner totalement 11 exceptionnel avec les artistes présents et Leto, Doc et Fitz se dévouent pour y assister (non pas que ce soit une contrainte mais on avait prévu une giga-réunion avec les autres sites). On ne vous dira rien de ce repas d’anthologie que nous n’oublierons jamais. Entre le placement de table improvisé et les bouteilles de vin, on a passé un excellent moment avec Jeff et Steevede Comicsblog. Mais, vous vous doutez bien qu’MDCU n’allait pas aller dormir aussi tôt. Il était 23h quand nous avons quitté la salle et cela ne faisait que 20h que nous n’avions pas dormi... Alors, nous avons rejoint les autres rédactions pour visiter la ville de nuit et tenter de trouver un bar acceptable où étancher notre soif. La chose s’est avérée très ardue et après plusieurs tentatives infructueuses, les trois compères ont rejoint à pied leur chambre d’hôtel située à 1 heure de marche… Il était maintenant 2h du matin et un débriefing s’imposait ! Doc était dégoûté de ne pas avoir fait signé ses Picsou, Leto était ravi de sa discussion dans les toilettes avec Peter Milligan, Fitz voulait des dédicaces et Julien était fatigué mais on était tous d’accord pour dire que ce festival était déjà une réussite alors qu’il nous restait une journée. D’ailleurs, tout le monde au lit ! JOUR 2 Le réveil est effectué par Sacrecrow avec un magnifique saut en slip au milieu du lit partagé par Leto et Fitz (aucune ambiguïté dans cette scène : promis). Doc en profite pour prendre une photo et la petite équipe repart pas très fraîche au festival. Encore une fois, tout se passe à merveille. Milligan est autant en forme que nous pendant son interview et l’artiste Geoffo, dessinateur de Vic Boone a été d’une sympathie déconcertante. Ce fut un dimanche moins chargé que la veille et le staff en a profité pour se faire faire de belles dédicaces et acheter de beaux dessins. On a quand même réalisé une belle interview avec Aelement comics, un éditeur français de french comics qui fait des titres



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 60-61MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 62-63MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 64-65MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 66-67MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 68-69MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 70-71MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 72-73MDCU le Magazine numéro 2 décembre 2011 Page 74