MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 59 Mo

  • Dans ce numéro : la fin de DC ? Tout sur le reboot DC Comics.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Je me lance dans un énoooorme article. Je vais parler en effet de la vie. Bon ok, trois articles ne suffiraient pas mais mine de rien, le sujet reste assez conséquent tout de même puisque je vais parler du mal. Et bien évidemment, étant donné l’importance du sujet, je vais devoir le « diviser ». Pour cette fois et exceptionnellement, je vais donner des titres à mes parties pour faciliter votre lecture notamment ceux qui comptent le lire en plusieurs fois (bouuuuuh la honte !). J’en profite également pour vous annoncer une mauvaise nouvelle (le premier qui dit « pourquoi mauvaise ? » sera kické de MDCU ^^) puisque cet article sera le dernier d’une longue lignée d’articles. En effet, c’est sur cet article que s’achèvera ce méga dossier lié aux influences de nos comics. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’ai effectué à peu près tous les thèmes qui me tenaient à cœur. Peut-être que la rubrique reviendra plus tard pour une sorte de « deuxième saison » mais en tout cas, ce n’est pas dans mes projets des prochains mois. Sur ce, je vous souhaite donc à tous une toute dernière fois une très bonne lecture. L’ORIGINE DU MAL, LES CROYANCES Alors, rien que pour ça, il y en aurait pour des semaines, du coup, on va tenter de synthétiser très rapidement. En fait, il y a plusieurs hypothèses. La première, ce sont les mythes, légendes, contes etc. L’une des plus appréciés est le mythe de la boite de Pandore. Cette dernière est en fait une femme créée par Zeus dans le seul et unique but de nuire aux hommes suite au vol du feu par Prométhée pour le donner à ces derniers. Il lui donne alors une boîte contenant tous les maux de l’humanité (notamment la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, l a Misère, la Folie, le Vice ainsi que l’Espérance.) sans lui dire ce qu’elle renferme et lui interdit de l’ouvrir. Pandore, rongée par la curiosité, cède finalement à ses pulsions et ouvre la boîte. Voyant tous ces terribles fléaux s’échapper les uns derrière les autres et fondre sur l’ensemble de la planète, elle s’empresse de refermer la boîte. Mais il était trop tard, toutes les pires souffrances venaient de s’installer parmi les hommes et seul l’espoir finalement, était resté à l’intérieur de la boîte, beaucoup plus lente que ses camarades à s’échapper. De nos jours et dans notre région géographique, on s’accorde plus à dire (si l’on suit le fait que le mal provienne du passé bien sûr) que c’est à cause d’Eve, la compagne d’Adam, qu’il y a le mal sur Terre. En effet, ces derniers sont le premier couple selon la bible. Créé par Dieu, ils vivent au jardin d’Eden avec pour seule règle de ne jamais prendre de pomme de l’arbre de la connaissance. Eve, sous l’influence du fameux serpent, cueille tout de même une La curiosité est un vilain défaut CE QUI INFLUENCE NOS COMICS : LE MAL 48 pomme. Suite à cette trahison, Dieu chasse Adam et Eve du jardin sacré avant de punir le serpent (« toi qui m’a trahit, tu seras à présent considéré comme un être détestable et méprisable. Tu te déplaceras à partir de ce jour et pour l’éternité, en rampant sur le sol, sans jamais pouvoir relever la tête, tu seras la plus insignifiante des créatures que j’ai créée ! »). C’est notamment suite à ces différents mythes que les femmes sont souvent considérées comme la raison des malheurs sur Terre. De même, elles auront été très souvent synonymes de malchance notamment dans le milieu de la navigation. Dans les comics, je n’ai pas vraiment trouvé de personnages se rapprochant de ces mythes par contre, on peut noter que Poison Ivy possède de nombreux points communs avec Eve à savoir leur nom, leur tenue vestimentaire, leur connotation négative. Pour conclure avec tout ce qui est mythologique, on notera que les tendances se seront inversées au fils du temps. Au début, les Dieux étaient vicieux entre eux puis une fois les hommes créés, se sont eux qui auront le statut de « méchant ». Enfin, l’homme se sera mis au centre des débats, présentant les Dieux comme plus perfides les uns que les autres, profiteurs et égoïstes. LES FIGURES DU MAL par Scarecrow Elles sont plutôt simples. Il y a une hiérarchie du mal avec bien évidemment un être malfaisant à sa tête (il y a la même chose du côté de Dieu). Dans la mythologie grecque, c’est Hadès le grand méchant (Pluton chez les romains) pourtant, il n’était pas prédisposé à avoir ce rôle à la base. Non, Hadès devait être le frère de Zeus, celui qui règne sur les enfers et guide les âmes des défunts jusqu’à son royaume et c’est tout. Mais le fait qu’il règne sur un endroit horrible et qui nous effraie aura fait qu’Hadès soit la représentation ultime du mal, celui sans qui le monde se porterait bien mieux. Ainsi, on ne lui fait pas beaucoup de temples pour l’idolâtrer mais surtout, on lui donne le mauvais rôle dans les histoires. Anciennes comme Orphée qui se fait piéger par ce dernier ou Hercule qui doit à la fin de ses douze travaux se rendre en Enfer ou plus récentes avec l’implication en 2010 d’Hadès comme ennemi principal de Persée dans le film « Le Choc des Titans » (chose qui n’avait pas été faite dans le film précédent). En général, il est soutenu dans son action malfaisante par les Dieux jumeaux Hypnos et Thanatos respectivement Dieu du Sommeil et Dieu de la Mort.
On notera qu’Hermès et son fils Pan ne sont pas non plus beaucoup, beaucoup appréciés. Dans la mythologie Egyptienne, c’est Apophis qui tient ce rôle (certains nomment Seth également cela dit) tandis que dans la mythologie nordique, c’est Loki et qu’au niveau de l’Asie et surtout le Japon, il existe des être, des Shinigamis dont la traduction générale est « Dieux de la Mort ». De notre côté, c’est bien évidemment le Diable qui est à la tête des enfers, le Diable qui a de nombreux autres pseudonymes parmi eux le Démon, le Malin, Satan, Belzebuth, Azazel etc etc. Le diable vu par le poète Dante Au niveau des comics, chaque univers a sa grande figure démoniaque. Pour Superman, c’est Luthor, pour Batman, c’est le Joker, pour DareDevil, c’est le Caïd,… A côté de ça, il n’y a jamais réellement eu de « mal » avec un grand « M », tous ces personnages ne sont finalement que ses fidèles serviteurs et représentants. Il y a bien des vilains qui sortent du lot et qui pourraient avoir le titre du méchant originel ou du pur méchant mais ce n’est qu’une question de période : l’Antimonitor durant les crises, Doomsday lorsque Superman est mort, Darkseid très récemment, mais pas de grand méchant à la tête de tous ces joyeux personnages (alors qu’à l’inverse, les gentils ont leur leader, qu’il soit officiel ou officieux, au moins chez DC en tout cas en la personne de Superman, dont l’histoire rappelle celle de Moïse et qui incarne l’espoir). On peut noter néanmoins quelques références ci et là comme les personnages de KG- Beast (bête en anglais) et de NKVDemon. Pour conclure, citons le philosophe Freud qui a dit, je cite : « Le diable n’est pas autre chose que l’incarnation des pulsions anales érotiques refoulées » … … … méditons là-dessus… longtemps, très longtemps… L’ORIGINE DU MAL : L’HOMME Une autre raison de la présence du mal serait l’homme luimême. L’homme est fondamentalement mauvais, c’est dans sa nature. Autre raisonnement mais dont la conclusion est la même : l’homme est fondamentalement bon, s’il fait le mal, c’est parce qu’il y a une sorte de perversion de sa nature, parce CE QUI INFLUENCE NOS COMICS : LE MAL 49 que l’homme va quelque fois à l’encontre de ce qu’il est supposé faire (le même résultat donc^^). Ainsi, si l’on exclu la folie et les maladies de type schizophréniques qui « excusent » l’homme en question (j’ai bien mis entre guillemets hein, il n’y a pas de prise de position), l’homme serait très fréquemment soumis à des sortes de mauvaises pulsions, le plus souvent tirées ou déviées des sept péchés capitaux (à savoir la gourmandise, la paresse, la colère, l’envie, l’orgueil, l’avarice et la luxure) et qui le pousse à faire le mal (que ce soit contre l’un des siens ou non). Dans les comics, Lex Luthor et le Caïd sont les meilleurs représentants « humains » de ce mal, l’un avec une fierté démesurée, l’envie d’être supérieur à ses compères et l’autre rongé par l’avarice et la volonté de tout posséder. L’ORIGINE DU MAL : LA SOCIETE L’une des dernières principales raisons du mal est la société. L’homme n’est pas mauvais, c’est la société qui le corrompt et pour cause, le mythe de « l’enfant sauvage » selon lequel, un enfant dans la forêt, seul, ne ferait pas de mal outre mesure, serait une sorte d’enfant idéal. De même, les notions de jalousie, envie, colère,… restent très relatives si l’on est seul. Un autre argument pourrait être que très fréquemment, on explique les mauvaises actions d’un homme du fait de sa mauvaise condition social, le mauvais rapport avec ceux qui l’entourent, une mauvaise éducation, il était persécuté à l’école et encore beaucoup de raisons. C’est le cas du Joker dans sa version Killing Joke qui tour à tour, ne parvient pas à décrocher de travail, perd sa femme et se fait manipuler par des gangsters. LE MAL EN PHILO par Scarecrow Alors, très, très, très rapidement. Il y a le mal physique et le mal moral. Le mal physique est dans un sens bénéfique puisque c’est lui qui me permet d’avoir conscience de ma bonne santé. C’est parce que des fois je tombe malade que j’ai conscience que la plupart du temps « je vais bien ». De même, « avoir mal » est une sorte de super système d’alarme de notre corps, un événement déclenché par notre corps pour nous dire : « fait gaffe vieux, il y a une couille quelque part ! ». Par exemple, j’ai la main dans le feu, si j’ai pas mal, je l’enlève pas du feu, résultat, je brûle comme un con. Tandis que si dans ma petite tête, on me dit : « tu as mal, enlève ta main ! », bah on l’enlève. Ça fait mal, on est d’accord, mais c’est



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 60