MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 59 Mo

  • Dans ce numéro : la fin de DC ? Tout sur le reboot DC Comics.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Les diverses critiques sont unanimes et beaucoup le classent comme le second meilleur film X-Men derrière X-Men 2. Pour certains, c’est même le meilleur film Marvel tout court. Le succès du film est aussi visible à travers le Box-Office qui s’élève à 350 millions de dollars. UN EXCELLENT FILM ? Bon, faisons un rapide point sur le casting. Je précise que je ne cite ici que les personnages principaux. On a donc : - James McAvoy pour Charles Xavier. - Michael Fassbender pour Erik Lensherr. - Kevin Bacon pour Sebastian Shaw. - January Jones en Emma Frost. - Rose Byrne en Moira MacTaggert. - Nicholas Hoult en Henry McCoy. - Jennifer Lawrence en Mystique. - Caleb Landry Jones : Sean Cassidy/Le Hurleur - Lucas Till : Alexander Summers/Havok Et ben pour ce qui est des acteurs, je suis resté sur le cul : la plupart nous livrent une interprétation magistrale des personnages et arrivent parfaitement à entrer dans le rôle. Ainsi, McCvoy est excellent en Xavier et nous donne une interprétation à la fois proche mais différente de celle de Stewart : on a un Xavier jeune, fougueux, séducteur (d’ailleurs, faut que je retienne sa technique de drague) et aventurier. Malgré tout, on retrouve aussi l’aspect du Professeur, du mentor, du père spirituel qui nous plaisait tant. Cette interprétation de Xavier est assez intéressante à mon sens car elle permet de bien se démarquer de celle des précédents films et montrer qu’on exploite la jeunesse du personnage. Fassbender, l’acteur qui fait Magneto, nous livre une interprétation magistrale du personnage. Il vole véritablement la vedette et quel traitement que celui qui est réservé au personnage. On a un personnage sombre et torturé et on assiste doucement à l’avènement du maître du magnétisme : la façon dont le personnage passe du côté « obscur » est magnifiquement bien gérée et se révèle tragique, poignante mais aussi tellement fataliste. Pour ce qui est des relations entre les deux personnages, bah c’est vraiment bien géré. Encore une fois, on peut tirer notre chapeau aux scénaristes qui arrive à nous montrer la naissance puis la rupture (quoique non définitive) de leur amitié et l’on a de scènes très belles (mention à celle de la parabole). Alors, certes, certains diront que c’est très court mais je trouve qu’on a l’essentiel : la rencontre, la partage d’idéaux (même si ce point aurait pu être développé), la fondation de l’école mais surtout la rupture qui survient dans une poignante scène (la plus belle du film selon moi) et qui se révèle être magnifiquement bien DU DESSIN A L’ECRAN : X-MEN FIRST CLASS 22 par BatDetective écrit : on s’éloigne vraiment du cliché habituelle et de la grosse scène que tout le monde sentait venir pour poser quelquechose de simple, qui peut presque s’avérer neuneu dans son déroulement, mais qui est tellement tragique. Bacon est très bon aussi dans son rôle de Shaw quoique un peu en retrait et c’est normal vu le poids que prennent les deux monstres du dessus. Malgré tout, il s’en tire avec les honneurs et arrive à nous interpréter un méchant très crédible. Le traitement du personnage est largement différent de celui des comics. Il est certes un peu trop classique mais bon, il n’était clairement pas la priorité du film et il ne fait presque office que de figurant servant à expliquer la déchéance de Lensherr et apparaître quasiment comme une sorte de Palpatine… L’autre rôle que je tiens aussi à saluer est celui de Mystique. D’abord, soulignons le physique très avantageux de l’actrice (je crois que je suis tombé amoureux) mis parlons aussi de ca très belle interprétation. Cette jeune femme, qui était pour moi une illustre inconnue, arrive à parfaitement s’insérer dans le rôle. Quant au traitement réservé à Mystique, bah c’est du tout bon (encore une fois) et ce film apporte une toute nouvelle dimension sur ce personnage et cela est très intéressant. On a aussi une multitude d’autres personnages (qui sont bien interprétés par leurs acteurs respectifs) quoiqu’un peu en retrait. Précédemment, j’avais évoqué ma peur de voir un casting tant élaboré et le risque d’avoir un foutoir général ! Bon, le film évite cet écueil et certains personnages secondaires ont le droit à de charmantes scènes (parlons de Havok, Cassidy ou Moira). Du côté des méchants, ça aurait été peut-être sympa de plus développer les membres de l’équipe du Club des Damnés : les membres font office de figuration (hormis Emma Frost et encore) mais malgré tout, leurs pouvoirs sont bien mis en avant lors de la bataille finale. Passons maintenant à l’histoire en elle-même. La principale crainte fut d’avoir une histoire qui parte en couille avec les multiples personnages mais surtout l’absence de poids lourd comme Jean Grey, Scott et Tornade or, il n’en est rien ! Tout d’abord, le contexte historique de l’histoire est magnifiquement trouvé : les sixties et la Guerre Froide. On a une très grande époque où se pose le thème de la peur, de la haine et
du manque de confiance envers l’autre et cela est parfaitement illustré dans le film. On a un film avec un véritable message de tolérance et de paix qui pose plusieurs thèmes principaux et récurrent de la franchise X : la peur de ce qui est différent mais surtout l’acceptation de l’Autre. La plupart des protagonistes sont très bien gérés et chacun à un rôle qui lui est bien définit dans le film. Bon, certes, certains personnages auraient pu être clairement développés, les méchants ne sont pas des plus charismatiques mais ça passe encore. Or, le film s’enchaîne bien ! Chaque personnage a sa place, est bien traité et certains clins d’œil font plaisir (je parle DU caméo du film qui m’a vraiment fait plié de rire). Le montage est excellent (mention spécial au début qui reprend la scène d’ouverture de X-Men 1) et on voit dans le film un enchaînement sans faille, tout à fait logique : pas de nombreuses ellipses et les diverses séquences flash-back sont vraiment bien gérées. De plus, lors de mon précédent numéro, j’avais émis de vives critiques au sujet de l’absence de Jean Grey et de Scott Summers ! Or, dans le film, ça passe comme une lettre à la poste : pire, s’ils avaient été présents, ça aurait fait de trop et ils n’auraient clairement pas été à leur place. En effet, n’oublions pas que dans le film, l’on assiste véritablement à la naissance des X-Men en tant qu’équipe : l’école n’est d’ailleurs même pas crée ni active et n’ouvre ces porte qu’à la fin du film. De même, ce n’est qu’à la fin du film que l’équipe prend le nom d’X-Men et que ces buts sont véritablement affichés. Ainsi, nous assistons dans le film à l’arrivée d’une première génération de mutants actif et décidant de préserver l’humanité. Ainsi, il est logique que Cyclope et Jean n’apparaissent pas tout de suite et il vaut mieux les garder pour un second opus qui traitera véritablement des X-Men en tant qu’équipe et qu’« institution ». Evoquons maintenant l’humour : il est présent et permet de faire contrepoids avec toute l’intensité dramatique du film : il est donc dosé mais il permet de livrer quelques scènes cultes. Je tiens à faire une mention spéciale au caméo de Wolverine superbement organisé ici et rendant ainsi logique l’apparition du mutant dans le film mais aussi la phobie qu’à Xavier de perdre ses cheveux : merci pour le « Je tiens à mes cheveux. » Bon, je déteste le suspense : j’aurais pu vous inventer une belle histoire, faire un long argumentaire pour ne rien dire (quoi ? c’est ce que je fais dans cette rubrique depuis une quinzaine de numéros) mais autant ne pas y aller par quatre chemins : il y a quelques points négatifs ! D’abord, les effets et la BO : La BO est bonne hein : elle se révèle épique et émouvante lors de certains passages mais malgré tout, il manque le petit truc pouvant me faire dire que on aurait LE thème du film (à la manière des thèmes de Spidey, DU DESSIN A L’ECRAN : X-MEN FIRST CLASS 23 par BatDetective Supes et Batou). Malgré tout, elle remplit tout à fait le rôle d’accompagner les différentes scènes. De plus, les effets spéciaux : bah si l’ambiance sombre du film mais aussi kitsch due aux sixties est très bien représentée à travers les costumes et l’aspect général du film, il faut avouer que les concepteurs auraient pu plus bosser sur les designs du Fauve (qui fait parfois assez grotesque) ou encore sur certains effets spéciaux tel que certains combats contre Shaw ou l’aspect de diamant de Emma. Malgré tout, je ne dis pas que les effets spéciaux du film sont pourris, loin de moi : certains sont très bons et plusieurs scènes de combat sont très bien mises en scène (cas du combat entre Azazel et le Fauve ou encore la scène du sous-marin). Malgré tout, comme pour la BO, je trouve que les concepteurs auraient pu aller encore plus loin ! Ensuite, passons à la plus grosse critique formulée à l’égard de ce film : il s’éloigne beaucoup trop des comics. Il y a eu de très grosses libertés de prises et je ne peux toutes vous les énumérer ici sans vous spoiler. Malgré tout, nous pouvons directement mentionner l’absence de Jean, Scott alors que certains autres personnages (pour ne pas dire la plupart) sont déjà présents. Mais honnêtement : je m’en contrefous ! Selon moi, il ne s’agit pas de retranscription mais d’adaptation et donc, les différences (si elles sont bien incorporées et servent à quelque-chose sont acceptables). Bien sûr, là est tout le débat sur les adaptations cinématographiques de comics (voilà un bon sujet pour un futur numéro de la rubrique…) mais je pense qu’il faut accepter les différences qui permettent parfois d’apporter un point de vue différent sur tel ou tel franchise. Après, chaque changement est discutable mais si il est bien amené et bien traité, cela peut s’avérer bénéfique. Lors de « X-Men Origins : Wolverine », nous avions une multitude de changements or là, c’était la cacophonie et au final, ce film s’est avérée une grosse bouse (je ne développerai pas plus car ce n’est pas le thème ! Malgré tout, nous pouvons en parler sur le forum) alors qu’ici, ces changements permettent de donner au film une identité : le traitement de Shaw, les origines de Magneto, de mystique, le casting de l’équipe : en voilà de grosses différences mais la plupart constituent la charnière du film et de son intrigue et sont donc, à mon sens acceptable. Ensuite, la deuxième grosse critique concerne les grosses divergences avec les quatre autres films… Il y a de grosses incohérences :



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 60