MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
MDCU le Magazine n°1 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : MDCU.fr

  • Format : (271 x 361) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 59 Mo

  • Dans ce numéro : la fin de DC ? Tout sur le reboot DC Comics.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
TOUCHE PAS A MES COMICS : DC EST MORT, LONGUE VIE AU NEW 52 Enfin, DC propose une série de thèmes originaux. On a le fameux multivers, structuré à la différence de chez Marvel et proposant des histoires passionnantes si on s’y intéresse un peu (en plus des dimensions comme le Fourth World). Il y a aussi la magie, très présente (Docteur Strange chez Marvel fait pâle figure et il n’a même pas de série à lui) avec plein de personnages liés, des séries (SHADOWPACT par exemple), des évents (REIGN IN HELL)... Bien sûr, cela reste un pan particulier et peu important de DC mais l’existence d’une série comme Justice League Dark montre bien la place donné par DC à ce thème. Dernier thème et pas des moindres, le cosmique. Si Marvel a su relancé cette partie là de son univers sous la houlette de DnA, DC n’a jamais abandonné son bijou qui fut certes à une époque lui aussi mal en point. Que ce soit avec la franchise Green Lantern ou avec la série REBELS (présentant les aventures de Adam Strange, Captain Comet...) ou encore la LEGION, DC a toujours maîtrisé ce type d’histoire. Voilà, vous comprenez peut-être un peu mieux pourquoi un marvélien comme moi peut aussi aimer (oui j’ai dis aimer) DC : il y a aussi des bonnes choses de l’autre coté, des choses qu’on trouve pas chez soi. LE PRECEDENT DE 1985...ET LES AUTRES CRISIS C’est bien beau de dire que DC c’est tout joli tout beau, mais ça n’arrangera pas la situation. Je suis d’accord sur le principe de donner un bon coup dans la fourmilière. Chez DC, cela s’appelait jusqu’à peu « on va se faire une bonne vielle CRISIS pour relancer la machine ». CRISIS, soit crise en français (c’était dur), c’est le nom qu’on donne aux méga-crossovers chez DC. Ces crossovers fonctionnent de la manière suivante : un personnage menace la réalité, c’est à dire que s’il gagne la guerre contre les héros, plus rien, j’ai bien dit plus rien, n’existera après. Que ce soit l’Anti-Monitor dans Crisis on Infinite Earths au milieu des années 80, Hal Jordan dans ZERO HOUR, Superboy Prime dans Infinite Crisis ou Darkseid dans Final Crisis, à chaque fois, on avait une crise qui menaçait de rompre l’équilibre de l’univers DC et de tout raser. A chaque fois, ce fut un prétexte pour DC. Pour quoi faire ? Pour effectuer des modifications profondes en les justifiant par un scénario catastrophe. En gros, on modifiait l’histoire, c’est à dire la continuité. Tout à commencer avec Crisis on Infinite Earths qui a permis de créer un seul univers là où DC comptait pleeeeeeeeeeeeeeins d’univers issus des rachats des catalogues de concurrents (Captain Marvel par exemple). Or, comme pour Adam et Eve, cette histoire possède en elle le péché originel : en voulant simplifier l’univers DC en intégrant tous les personnages du catalogue dans un même univers, DC a dû faire des choix. Cela fait, elle a proposé à ses lecteurs de nouvelles versions des personnages, de nouvelles origines, de nouvelles règles. Cela s’est logiquement accompagné d’oublis ou modification qui ont 16 par Leto déplu au fans...Ça vous rappel un truc ? ? ? ? Le reboot actuel ! Eh oui, on n’a pas affaire à un truc sorti de nul part, c’est une technique déjà utilisé par DC. On est en train de vivre ce qu’on vécu les fans il y a 25 ans. Bien sûr, à l’époque déjà, le reboot était nécessaire. Malheureusement, de mauvais choix ont plombé cette initiative et petit à petit, les scénaristes ont fait marche arrière sur des sujets de plus en plus importants comme le cas Superboy. C’est donc un véritable bordel, couplé à des éditeurs mauvais (guerre entre les franchises, y’a qu’à voir les Teen Titans qui ont du mal à chopper Robin par exemple). Infinite Crisis fut la solution et a rendu une certaine clarté à DC. One Year Later (le saut d’un an dans les histoires) a offert une occasion inespérée pour repartir d’un nouveau pied. DC a toujours eu le culot de proposer des solutions radicales pour sauver son univers malade. Mais non, les projets ont capoté, pris du retard, pas été à la hauteur... Comme un signe du destin, il faut attendre le retour de Barry (qui s’est sacrifié lors de COIE) et d’un crossover centré sur lui pour que DC décide de rebooter son univers, comme si DC revenait 25 ans en arrière pour partir dans une nouvelle direction, sans Wally mais avec Barry. Le truc, c’est que certains choix posent problèmes comme d’autres à l’époque comme la fin des mariages de Clark et Barry pour ne citer que eux. LA JUSTIFICATION PITOYABLE DU REBOOT Avant de voir ce qui change, on va voir comment cela est arrivé : par une catastrophe. Sérieux, Flashpoint est au mieux un bon arc pour la série Flash avec une fin d’une émotion inouïe (tout fan de Batman doit lire cette histoire). Malheureusement, c’est un crossover et cette histoire n’a pas les épaules pour un tel événement. On a donc pleins de miniséries sympa qui développent cet univers mais pas l’histoire (à la différence de House ofM, souvenez vous, les séries avaient pour la plupart un impact sur l’histoire principale). En fait, Johns n’a pas eu assez d’épisodes pour vraiment développer son histoire (à la différence de Fraction avec Fear Itself qui, si on compte juste en terme de pages, aura eu le droit à 9 épisodes !). Or Johns, scénariste que j’adore et respecte énormément, semble n’avoir pas compris cela. Il a écrit son histoire comme s’il avait 7 épisodes par exemple et c’est rendu compte à la fin du 4ème qu’il n’en restait plus que 1. Ce qu’on reproche aux premiers épisodes de Fear Itself est proche de la critique sur le crossover de DC, mais au moins chez Marvel on sait qu’on peut prendre le temps de faire monter la pression (et c’est le cas, le numéro 7 s’annonce épique). Flashpoint est donc à mes yeux une erreur, un mauvais crossover mais une bonne histoire au final.
TOUCHE PAS A MES COMICS : DC EST MORT, LONGUE VIE AU NEW 52 Après avoir évacué ce sujet, je peux passer à cette fameuse double page. Vous vous souvenez des 4 pages de Blackest Night qu’on ouvre comme dans Ultimates ? Johns avait caché les 8 personnages revenus à la vie, c’était dément ! Eh bah là, rien de tout ça. On a Flash qui essaye de revenir dans sa réalité et manque de pot, y’une femme en capuche qui l’en empêche. Et puis c’est tout !!! ! WTF ? ? ? ? C’est ça la grande justification ? ? ? Barry s’est trompé de chemin ? ? ? Alors j’entends dès maintenant certains dire « ouais mais c’est parce que un grand danger ce prépare, il a modifié son univers... ». Mais bien sûr, cours toujours, c’est juste de la poudre aux yeux. D’ailleurs cette femme en capuche est pour moi la porte de sortie de DC, comme le fut Heroes Reborn chez Marvel. Si dans 5 ans tout ce bordel ne marche pas, il suffira de faire un crossover avec cette fille et on se battra pour revenir dans l’univers qu’on connaissait, un point c’est tout. Enfin, l’histoire des 3 univers, ce sont bien DC, Wildstormet Vertigo, pas autre chose. C’est une façon de dire « voilà amis fans, on fait fusionner ces trois univers (hors personnages Vertigo qui ne sont pas nés chez DC, genre 100 Bullets) », pas autre chose. D’ailleurs, le multivers sera de retour je vous rappel, Morrison doit toujours faire son histoire Multiversity tant attendue. LA NOUVELLE DISTRIBUTION DES SERIES On a donc 52 nouvelles séries. Il y a beaucoup de différences par rapport à avant, notamment au niveau des « petites » séries qui ont été remplacé par des séries toutes aussi originales. DC propose un découpage de son catalogue en 7 franchises a v e c des intérêt bien particuliers. La franchise la plus « noble », Justice League. Outre le navire amiral de l’univers DC, Justice League, avec les patrons Johns et Lee aux manettes, on remarque l’absence de la JSA (qui sera de retour mais sur la Terre-2, comme avant Crisis On Infinite Earths), la promotion de la JLI qui poursuit sa route et un DC UNIVERSE PRESENTS qui promet de savoureux moments si les auteurs ont bien les mains libre (je vois ça perso comme une sorte de Brave and The Bold). Après, c’est un peu « les séries qui vont devoir enfin être au niveau » : Wonder Woman, Flash, Aquaman, Green Arrow, Hawkman...Autant de membres de la Justice League qui n’arrivent jamais à faire des étincelles en solo. Libérés de la continuité, ils sont obligés de convaincre le public pour justifier le reboot. Ce n’est pas les franchises Batman ou Green Lantern qui ont besoin du reboot mais bien cette franchise. Quant à Mister Terrific, Firestormet Captain Atom, je peux vous parier que une des trois va sauter dès la première vague d’annulation. Laquelle ? 17 Je parie sur Terrific mais Atom semble bien pourrie... par Leto La plus grosse franchise, Batman, poursuit sa route sans trop de changement. Comme tous les 2 ans, on a un turn-over au niveau des séries. C’était déjà le cas avec Batman Reborn. Red Robin est remplacé par Nightwing, Catwoman remplace Gotham City Sirens et Red Hood and the Outlaws va j’espère faire mieux que Outsiders qui était bien pourri sous Didio. On a Batwing qui risque de ne pas faire long-feu et Batwoman qui sera j’espère régulière. Il semble que des faits comme The Killing Joke ou Batman RIP ont bien eu lieu (oui, Dick a bien été Batman, ce n’est pas effacé) mais en même temps le temps entre chaque événement semble avoir été raccourci et les interactions avec les autres franchises sont à reconstruire. On va donc devoir clarifier ces points là pour pouvoir se situer face aux plus vielles histoires. Une franchise qui repart à zéro, Superman. Superboy et Supergirl vont tout recommencer, dont ce sera pas compliqué. C’est pareil pour Kal-El mais son cas risque dans quelques temps de poser polémique car il semble que Morrison veuille en faire un alien vivant sur Terre et non un alien adopté par la Terre. Le cas de la mort prématuré des parents Kent est flagrant, tout comme la disparition du mariage avec Lois. En fait, j’ai peur que ce soit Clark Kent le plus grand perdant dans l’affaire. En tout cas, j’espère que les artistes sauront nous faire vibrer car Superman mérite de grandes histoires. Une franchise qui n’a subit aucun changement, c’est Green Lantern. On a un saut de quelques mois avec la suite direct des aventures du Green Lantern Corps (et du Red Lantern Corps, on comprend mieux le choix de ce corps au vu de la situation de Sinestro) et on espère enfin avoir le droit à la War of Light. Le truc, c’est que la série New Guardians rassemble un membre de chaque corps, donc je pense pas que ce sera pour tout de suite. On se consolera donc avec Secret Origins 2 : Sinestro (je suppose que ce sera la titre). La franchise la plus originale, The Dark. Entre Justice League Dark, Demon Knight, Resurrection Man, Frankeinstein, Swamp Thing et Animal Man, c’est ici le royaume du fantastique, de la magie, voir de l’horreur. Ce sont des titres qui ont leur place chez Vertigo (rapatriement de Constantine et Swamp Thing), d’où un ton plus mature. Je pense que ces séries vont avoir le droit à vivre leur vie dans leur coin tant que les fans seront au rendezvous, ça à l’air super comme franchise. La franchise « casse-gueule », The Edge. Si je dis casse-gueule, c’est parce qu’on a des titres qui ne gagneront pas je pense la palme du buzz (Vodoo, OMAC, Suicide Squad) ou qui vont devoir faire aussi bien qu’avant (Stormwatch, Deathstroke). On a déjà, à mes yeux, une série sympa avec Men of War qui mixe les thèmes de l’armée régulière avec les métahumains. On a des personnages comme Grifter qui viennent de l’univers Wildstorm.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 1MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 2-3MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 4-5MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 6-7MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 8-9MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 10-11MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 12-13MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 14-15MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 16-17MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 18-19MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 20-21MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 22-23MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 24-25MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 26-27MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 28-29MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 30-31MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 32-33MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 34-35MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 36-37MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 38-39MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 40-41MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 42-43MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 44-45MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 46-47MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 48-49MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 50-51MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 52-53MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 54-55MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 56-57MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 58-59MDCU le Magazine numéro 1 novembre 2011 Page 60