MBOA Magazine n°5 avr/mai/jun 2011
MBOA Magazine n°5 avr/mai/jun 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de avr/mai/jun 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Aby Ndour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
PODIUM Parlez-nous de vous… Je m’appelle Francis BERRY, originaire du Cameroun., j’ai passé une partie de mon adolescence à Yaoundé. Ensuite, j’ai quitté le Cameroun en 2000 pour m’installer à Montpellier. Quelques années plus tard, après avoir obtenu mon BTS NRC, j’ai décidé de venir m’installer à Paris dans un but strictement professionnel. Votre enfance a-t-elle été marquée par la diversité ? Bien sûr. Il faut savoir que le Cameroun, en plus de ses deux langues officielles, le français et l’anglais, compte plus de 250 langues nationales, ce qui caractérise sa grande diversité ethnique et culturelle. Et j’ai réellement été marqué par cette diversité pendant toute mon enfance. Comment vous l’expliquer ? Par exemple, mes amis d’enfance étaient d’ethnies différentes, Bamiléké, Bassa, Bamoun, Douala, et dans mon quartier, les voisins étaient de religion musulmane, catholique, protestante. Vous comprenez donc, que c’est une chance pour moi d’avoir vécu avec toute cette diversité, car dès mon enfance, cela m’a permis de m’ouvrir tout naturellement aux autres. Comment est née la marque Eding By Berry ? La marque EDING By Berry est née d’un constat simple. Nous vivons dans une société moderne où se rencontrent des personnes ayant deux visions différentes de la vie. D’une part, celles qui vivent dans le respect des valeurs auxquelles elles croient, et d’autre part, celles qui parfois ont tendance les oublier. Cette petite nuance provoque de grandes conséquences dans notre société. Comme la xénophobie, l’homophobie, le mépris de l’autre, la solitude, les moqueries sur toutes sortes de handicaps physiques ou mentaux, etc. 34\\MBOA Magazine Francis Eding La différence est une chance, c’est le message fort que Francis Berry véhicule au travers de ses vêtements. Ce jeune entrepreneur d’origine camerounaise, qui a grandi entre Yaoundé et Montpellier, arrive à Paris, dans un but précis. Ce ne sont pas seulement des vêtements qu’il commercialise, mais des valeurs. Rencontre avec un porte-parole de la diversité ethnique. Andry H Sachant que je fais partie de cette société, j’ai donc décidé de réagir et de faire passer un message de réconciliation à travers l’activité que j’aime, la mode, comme ont pu le faire des rappeurs, des footballeurs, des artistes et autres. Ainsi est née EDING By Berry. Que signifie EDING By Berry ? BERRY, c’est tout simplement mon nom (sourire). Mais c’est vrai que beaucoup de gens me demandent que veut dire EDING (rires). EDING signifie « amour » en langue ewondo. J’ai choisi EDING pour deux raisons, la 1ère partie résume parfaitement le message que je fais passer dans toutes mes collections, la 2e raison, c’est parce que l’ewondo est ma langue maternelle. Choisir EDING comme raison sociale est ma manière, de remercier chaque jour qui passe, ma maman de m’avoir mis au monde. Sans elle, je ne serais pas devant vous.
Andry H Comment pourriez-vous définir vos designs ? Je dirais que les designs que nous réalisons sont plutôt à tendance « fashion », parce que cela symbolise la société moderne dans laquelle nous vivons. Nous voulons montrer qu’il est possible de vivre dans une modernité absolue ou presque, tout en gardant ses valeurs humaines. J’en profite pour remercier Laure R., l’infographiste de la marque. La différence est une chance, qu’est-ce que cela signifie ? Pour moi, ce slogan c’est un moyen de faire passer le message qu’il faut avoir conscience de la chance qu’on a de côtoyer des personnes différentes de nous, que ce soit sur les plans culturel, physique, religieux, ethnique etc… mais qui ont été de près ou de loin, acteurs de notre réussite ou de notre évolution personnelle, professionnelle, scolaire ou sociale. Personnellement, j’ai eu la chance de rencontrer au cours de ma vie des personnes qui m’ont fait grandir et évoluer, sur le plan scolaire. Je pense par exemple à mon professeur de comptabilité, qui est maghrébin. De même, mes amis sont noirs, antillais, asiatiques, maghrébins, blancs, métis, hétérosexuels, homosexuels, bègues, etc. Sur le plan professionnel, c’est également le même type de rencontres enrichissantes. Vous voyez bien que si nous voulons nous donner plus de chance d’évolution, de réussite, nous ne pouvons pas vivre en vase clos. PODIUM Qu’est-ce qui vous a poussé à l’entrepreneuriat ? J’ai créé mon entreprise, pour pouvoir mettre en place une structure qui traduirait concrètement les valeurs qui me sont chères. Je trouve aussi que créer une entreprise, c’est créer une activité qui nous ressemble et nous correspond parfaitement. Je ne voulais pas avoir le sentiment de me lever tous les matins et aller exercer une activité comme si c’était une contrainte, ou la ressentir comme un fardeau. Ce sentiment vous sape le moral à la longue. Alors que créer sa boîte, même si cela demande énormément de temps et de sacrifice, croyez-moi, vous permet de vivre votre passion au quotidien, et comme dit le chanteur « C’est bon pour le moral, c’est bon bon… » (Rires). En tant que jeune diplômé, est-il difficile de créer une entreprise ? Sans hésitation, oui. Il est difficile de créer une entreprise, en tant que jeune diplômé. Quand vous allez présenter à une banque un projet en béton pour une demande de prêt, certaines d’entre elles vous font la remarque du siècle : « Vous n’avez pas d’expérience en tant que chef d’entreprise ? ! », et vous comprenez à cet instant que dans cette remarque se trouve déjà leur réponse. Le financement est un obstacle. Même si votre bilan prévisionnel est crédible, et votre business plan bien rédigé, il faut un apport personnel conséquent, pour qu’une banque vous suive. Sinon, il existe des organismes spécialisés qui peuvent vous aider si votre dossier est rejeté par une banque. Quelles sont vos perspectives d’avenir ? La marque EDING By Berry ne propose que des tee-shirts pour l’instant, Bien évidemment à moyen terme, nous pensons élargir notre gamme, en proposant des pulls, des sweats, des gilets, et des accessoires comme des casquettes, bonnets, ceintures, etc. Pour terminer, quel message souhaitez-vous adresser aux lecteurs de MBOA magazine ? Je leur souhaite à toutes et à tous, beaucoup de bonheur et de réussite. Rendez-vous dans notre boutique en ligne www.edingbyberry.com, accompagné de votre plus beau sourire (rires). Que Dieu vous protège les amis et merci de votre attention. Propos recueillis par Lucie BIYAKA MBOA Magazine//35 Andry H



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :