MBOA Magazine n°4 jan/fév/mar 2011
MBOA Magazine n°4 jan/fév/mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de jan/fév/mar 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 42

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Binta Diallo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ZOOM SUR... ► Ayant pris seul le relais, le Burkina Faso ne pouvait pas suivre. L’école a fermé. De ce fait, il était difficile au FESPACO de créer une telle section. Mais depuis peu, nous avons constaté que les pays comme le Maroc, le Burkina Faso, le Ghana, l’Afrique du Sud, le Bénin, le Togo, le Mali commençaient à ré-ouvrir des écoles de cinéma. C’est pour ces raisons que nous avons cette année, mis en place cette section dont l’originalité est de primer l’école et non l’étudiant. Un certain nombre d’hommages sont rendus aux cinéastes africains durant cette édition. Est-ce enfin une reconnaissance de nos pairs ? Comme le dit Sembene Ousmane « Il faut donner le numéro Un à l’Afrique pour que l’Afrique se regarde ». Je pense réellement que l‘Afrique commence à connaître des mutations. Nous nous devons aujourd’hui d’apprécier valablement le travail d’un autre Africain. Même si on a des ressentiments, même si quelquefois on est jaloux, il faut savoir reconnaître que le frère d’à côté a plus de qualité, plus de mérite. C’est tellement valorisant pour celui qui le reconnaît. Aujourd’hui, nous rendons hommage aux artistes émérites du monde du cinéma, aux comédiens, aux réalisateurs qui nous ont quittés, pour qu’ils deviennent immortels. Mais au-delà de ces hommages que nous rendons, le FESPACO a décidé de récompenser des réalisateurs de leur vivant.. C’est ainsi que cette année, le festival sera dédié à Souleymane Cissé et à Gaston Kaboré. Et ce sera ainsi pour chaque édition. D’où les sculptures de bronze ? Il faut bien se dire que si nous voulons que Ouagadougou soit la capitale du cinéma africain, il faut qu’au-delà du festival, la ville ait des repères qui le prouvent. Ces repères doivent se caractériser à travers des infrastructures, des moments, une cinémathèque et beaucoup d’autres choses en rapport avec le cinéma. C’est pour cela que depuis 2009, nous avons introduit l’initiative de la colonne des Etalons en matérialisant le réalisateur par sa sculpture. Cette colonne rend hommage à tous les réalisateurs qui ont eu l’honneur de remporter un Etalon d’Or au FESPACO. Nous l’avons déjà fait pour Idrissa Ouedraogo qui, d’ailleurs, a apprécié l’initiative. C’était aussi le cas pour Sembène Ousmane pour l’ensemble de son œuvre. 24 MBOA Magazine Qu’envisagez-vous sur le marché du numérique, qui est un marché en plein essor ? Il ne faut pas s’opposer à la nouvelle génération. Je pense que c’est une réflexion technique, de souveraineté qui s’organise autour du numérique dans la compétition du long et du court-métrage. Le FESPACO accepte déjà le numérique puisqu’il est éligible pour les séries, les vidéos, les documentaires et le prix des écoles… Mais je pense que le festival doit non seulement être un festival qui s’ouvre à toutes les productions, mais doit rester un festival élitiste. Le numérique et l’argentique devront converger pour que le festival gagne de plus en plus en qualité. C’est une question d’actualité certes, mais il faudra faire un choix très réfléchi si on veut bien la traiter. Vous sentez-vous prêt pour cette édition 2011 ? Il n’y a pas de souci. Nous sommes prêts, prêts à accueillir les festivaliers de tout horizon. Il faut que chaque participant se considère comme un des acteurs du succès du festival. Le FESPACO doit rester un succès collectif et au pire, un échec collectif. Si les réalisateurs nous ramènent leur copie à temps, nous pourrons faire une bonne programmation. Si les professionnels nous ramènent à temps leurs demandes d’accréditations, nous pourrons faire leurs badges à temps, et ainsi de suite. Si nos partenaires nous donnent les financements à temps nous pourrons faire la commande du matériel technique à temps et avoir une diffusion de qualité. Tout cela va ensemble. Donc, il faut que chacun prenne sa part de responsabilité pour qu’ensemble, nous puissions réussir l’organisation de la nouvelle édition du FESPACO 2011. Propos recueillis par Jean Roké Patoudem
VIVEZ UNE PREMIÈRE LA JOURNÉE DE LA TÉLÉVISION AFRICAINE LE 27 FÉVRIER 2011 EN DIRECT DU FESPACO (ô 7 TÉLÉVISIONS AFRICAINES GOLFE TV (Bénin) CANAL 3 (Burkina Faso) RENAISSANCE TV (Burundi) STV 2 (Cameroun) DRTV (Congo Brazzaville) RTT (Niger) 2STV (Sénégal) ACPFILMS.rurtil=- appt -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :