MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Mariam Diop, la nomade-attitude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
ZOOM SUR... 40 MBOA Magazine Modu Sèye Quand on a une étoile qui brille et qui ne veut plus s’éteindre, il faut s’appeler Modu Sèye avoir des origines sénégalaises, avoir habité le quartier de Grand-Dakar, avoir les yeux plus gros que le ventre, avoir un corps d’athlète et un esprit de combattant. Alors, c’est en ce moment seulement que les Etats-Unis deviennent une terre d’accueil et les rêves s’y réalisent parce qu’on veut toujours aller au-delà de ses limites avec un air motivé ou « motivated » ou même « ModuVated ». Vous arrivez aux Etats-Unis, il y a huit ans, en vous séparant de votre famille, Comment cela s’est-il passé ? En réalité cela fait 11ans que je vis aux Etats-Unis. Je me souviens le jour de mon départ, j’étais très excité d’aller dans le pays de mes rêves. Mais au moment de partir, j’étais très triste de devoir quitter ma famille et mes amis. Je m’inquiétais du fait que je n’allais peut- être pas les revoir sachant qu’eux aussi pouvaient partir vers d’autres horizons. Arrivé aux Etats-Unis, pendant les 8 premiers mois de mon séjour, j’étais très déçu, car les choses ne se sont pas déroulées comme c’était prévu. Deux semaines après mon arrivée, ma tante qui était censée m’héberger m’a demandé de quitter son domicile. A partir de ce moment il fallait se mettre à l’évidence : ne compter que sur moi-même. J’ai appelé mon meilleur ami Abdul au Nebraska et deux semaines plus tard j’ai pris le greyhound bus pour 26 heures de trajet afin de partager sa petite chambre. Une fois sur place, plus le temps passait, ma situation devenait de plus en plus difficile. Mais malgré cela, j’ai pu garder la tête haute, c’est d’ailleurs, ce qui m’a valu ce que je suis devenu aujourd’hui. Pourquoi les Etats-Unis au lieu de la France, sachant que vous êtes originaire du Sénégal et que historiquement, la France est plus proche de vous ? J’admets que c’est plus facile pour les Sénégalais d’atterrir en France, mais moi j’ai toujours voulu aller aux Etats-Unis. Mon rêve était de devenir basketteur professionnel en NBA, chose plus facile à réaliser aux Etats unis qu’ailleurs. Ce style de vie sport-études que je menais déjà au Sénégal, collait parfaitement avec celui de certaines universités américaines. Vous êtes titulaire d’un Bachelor en informatique et d’une maîtrise en administration des affaires dans le Nebraska. Pourquoi avezvous choisi de surfer sur un tout autre domaine, celui du mannequinat et de la mode ? C’était l’une des décisions les plus dures que je n’avais jamais prises dans ma vie. J’ai voulu travailler dans le domaine de l’informatique pour des raisons financières mais le fitness était ma passion. Ce fut dur de l’annoncer à ma famille car j’étais non seulement le premier et le seul à avoir terminé ses études mais aussi, le seul à avoir obtenu ses diplômes universitaires. Je redoutais leur réaction, mais j’étais déterminé. Quant au mannequinat c’est une chose qui ne m’a jamais effleuré l’esprit quand je vivais encore au Sénégal. Mais les États-Unis étant un pays avec des opportunités inespérées, je ne pouvais m’empêcher de saisir cette occasion qui m’était offerte, vu que beaucoup de gens du milieu de la mode me contactaient en me demandant si je n’envisageais pas de le faire. Au début Je n’étais pas sûr d’avoir le profil d’un top model. Cependant, les offres et l’intérêt des professionnels de la mode à vouloir travailler avec moi étaient toujours présents, je me suis dis « Pourquoi ne pas tenter ma chance. » Et c’est à partir de ce moment que j’ai signé avec ma 1ère agence « Exposure Inc » à Kansas City dans le Missouri en 2003 bien que je sois encore au Nebraska. Vous avez créé une marque de vêtements « ModuVated », comment vous est venue l’idée de vouloir habiller les autres par vos propres créations ? Ma ligne de vêtements représente juste une partie du concept « ModuVated ». C’est seulement 1 élément parmi les 5 éléments sur lesquelles je me concentre actuellement. Ayant travaillé comme top- model pendant 7 ans, j’ai connu beaucoup de personnes dans l’industrie de la mode. Quand j’ai ►



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :