MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Mariam Diop, la nomade-attitude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
En Couverture MODES & TENDANCES Mariam DIOP Après des études de Styliste-Modéliste au Lycée des métiers d’art et de la mode Turquetil et un passage à l’Ecole de mode ELISA LEMONNIER des Académies Françaises, Mariam DIOP qui passe son enfance dans l’Essonne, à Brunoy, a décidé de revenir au Sénégal, en créant une ligne de Prêt-à-porter « Nomade’s ». Ses robes sont d’une légèreté et d’une sensualité allant d’un cocktail de matières, du fourreau au wax en passant par le batik. A travers ses créations, elle veut matérialiser et magnifier les unions dites impossibles. Comment êtes-vous arrivée dans le métier de styliste ? Depuis toute petite, j’ai toujours étais attirée par les grands boubous de ma mère et de ses copines quant elle faisait ses Tontines avec la communauté. C’était hallucinant ! Je découvrais ces femmes avec leurs allures et leur foulard de tête bien nouer sur leur têtes et je me disais à cet instant là que c’est ça que je veux faire : créer des habits avec des tissus africains. Elles étaient magnifiques toutes ces DRIANKES (belles femmes africaines avec des rondeurs) habillées avec un tourbillon de couleurs. Je ne voyais pas les boubous mais un arc en ciel ambulant. Ce n’était pas vraiment la matière du bassin qui m’attirait mais les couleurs et les formes à l’occurrence le batik, teint de manière traditionnelle. Dans mes créations, je veux matérialiser et magnifier les unions de tissus jusque là impossibles. J’utilise, la Bazin, le Wax, la soie, les tissus fluides de la Mauritanie… en somme, je mixte les matières pour au final donner un modèle uni. Comment est née la marque NOMADE’S ? La marque a commencé à se mettre en place grâce aux personnes qui ont croisé ma route ainsi qu’à tous ceux que j’ai pu rencontrer lors de mes nombreux voyages plus précisément à Dakar. J’ai fais de très belles connaissances comme mon associer Guy Roland Dapou qui est dans la mode ; Kiane, ancienne mannequin qui m’a beaucoup aidé sur le communication ; Mickael Kra, un créateur de bijoux qui pare mes modèles pour les défilés ; Gaby, Maguy… et tant d’autres qui m’ont beaucoup apporté dans la recherche de ce que je voulais vraiment faire. J’ai pu retrouver une nouvelle source d’inspiration, de nouvelles textures que je ne connaissais pas. C’est donc à Dakar, la capitale de la mode africaine pour moi, que la marque NOMADE’S est née. 22 MBOA Magazine Pensez-vous que les stylistes africains ont leurs mots à dire dans cette mondialisation des cultures à travers leurs créations ? Oui, beaucoup de choses ! La mode a beaucoup évolué ces derniers temps et le monde n’est pas en reste. Pour ma part, je pense qu’il ne faut vraiment pas oublier notre culture car c’est la chose la plus importante. C’est aussi cette culture qui nous fait avancer dans notre métier de créateur voire de styliste. Est-il difficile de vivre des ses créations en tant styliste africain vivant en France et l’Afrique ? C’est plus difficile en Afrique car ce qui manque làbas par rapport à la France, ce sont des points de vente, des espaces de créateurs, des salons avec une presse locale et internationale et des personnes qui t’aident. Il faut aussi savoir où frapper pour avoir un soutient financier. C’est dur mais quand on aime ce que l’on fait, cà devient plus facile pour surmonter les obstacles. Quelles seront vos prochaines collections et quel message passé aux générations futures qui sont intéressées par ce métier ? Je ne sais pas encore pour la « news collection ». J’attends que l’inspiration vienne à moi (sourire). C’est un vrai travail de recherche. Le message que je lance à la nouvelle génération, c’est de ne pas avoir peur. Et pour les futurs stylistes : je leur dis qu’il faut oser faire des mélanges avec harmonie des tissus et avoir un esprit créatif afin de fidéliser sa marque auprès des clients. Mario EPANYA Nom de la collection : Sensualité. Propos recueillis par Aïssatou DIAMANKA-BESLAND
Uwe Ommer Uwe ommer Uwe Ommer MODES & TENDANCES MBOA Magazine 23 Mario EPANYA Uwe Ommer



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :