MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Mariam Diop, la nomade-attitude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Musique Clarisse Albrecht Née d’un père français et d’une mère camerounaise, Clarisse Albrecht a partagé son enfance entre la Guinée-Bissau, le Mozambique et la France. Elle passe ses premières années en Guinée-Bissau, puis quelques temps en France pour retourner ensuite en Afrique, à Maputo, capitale du Mozambique. 10 MBOA Magazine
Musique Enfant, Clarisse est une petite fille rêveuse et curieuse, qui lit beaucoup, adore écrire des histoires, chanter et danser. Ses parents ont l’habitude d’organiser de grandes fêtes où l’on danse sur du Makossa, Marabentta, Rumba Congolaise, MPB, Soul, Funk, R&B, Disco… Des rythmes venus d’un peu partout. Au début des années 90, la famille Albrecht retourne s’installer en France et sa vie d’adolescente se déroule à Cergy en banlieue parisienne. Après son baccalauréat en Lettres & Langues, elle étudie le Cinéma à La Sorbonne. En parallèle, elle est choriste dans un groupe de reprises Soul & Funk, qu’elle quittera rapidement pour entamer sa carrière musicale. Elle vient de sortir son single « Vo cé mé da ». Pourquoi étudier le cinéma à la Sorbonne après votre Baccalauréat en lettres et langues alors que vous vous sentez habitée par la musique ? La musique est ma passion depuis toujours mais j’avais envie d’aller à l’université, de faire des études afin de boucler la boucle de toute ma scolarité en quelque sorte et me dire que je n’avais pas fait tout ce chemin pour ne pas goûter à la vie étudiante. J’aime beaucoup le cinéma d’où ce choix d‘ailleurs. Ma passion pour la musique n’entrait pas en ligne de compte. J’ai toujours été intimement convaincue que mon destin serait de faire de la musique mais je voulais trouver ma voie, la façon dont j’allais m’exprimer dans cet art. En attendant, j’ai donc fait beaucoup de choses en parallèle pour pouvoir conserver le côté précieux et intime de la musique. Je ne voulais pas chanter pour chanter. Vous avez vécu dans plusieurs pays dans le monde, combien de langues parlez-vous ? Quatre. Français, Anglais, Portugais et Espagnol. Que vous a apporté le fait d’avoir été choriste ? J’aimais beaucoup chanter dans la chorale de Gospel quand j’étais à Cergy. C’était un grand plaisir de chanter régulièrement et d’exercer ma voix. Cela m’a permis de me confronter au public, de rencontrer d’autres chanteurs, d’autres jeunes qui comme moi avaient pour ambition de faire de la musique mais aussi des gens qui aimaient chanter tout simplement sans envisager d’en faire une carrière. Ce sont de très bons souvenirs. Malheureusement en étant à l’université à Paris, il m’a été difficile de continuer à y aller. J’ai alors rejoins un groupe de reprises ; C’était complètement différent. Cela m’a permis de réaliser que je ne me sentirais pas complètement à l’aise en étant simplement une interprète ou une choriste, alors que je voulais m’exprimer davantage à travers la musique. C’est à ce moment là que j’ai décidé de prendre du recul pour trouver ma voie en tant qu’artiste. Vous venez de sortir votre premier single dont le clip « vo cé mé dà » est actuellement diffusé en exclusivité sur MBOA TV. Comment l’avez-vous conçu ? Je voulais un clip simple, naturel et coloré. Le réalisateur m’a proposé l’idée de la caméra suggestive, qui représente la vision de l’être aimé qui me suit à travers une journée faite de plaisirs simples dans un décor paradisiaque. De quoi parle cette chanson ? C’est une chanson qui parle de ce que l’amour apporte ; des émotions que nous donnent l’être aimé et ce peu importe son origine, sa couleur. L » important dans la passion c’est l’émotion et le bonheur qu’elle nous apporte. Quels sont vos projets immédiats ? Je continue à promouvoir mon premier single, je vais bientôt entrer en studio pour enregistrer mon premier album. Je vais également donner quelques concerts ; je vais notamment participer à un concert de soutien pour Marcos Diaz et Swim Across The Continents. Il s’agit d’un événement qui a pour but de rappeler aux gouvernements engagés, les promesses faites en 2000, concernant les buts du millénaire. J’invite tout le monde à rejoindre le mouvement : www.swimacrossthecontinents.com Propos recueillis par Jean Roke Patoudem MBOA Magazine 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :