MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
MBOA Magazine n°2 jui/aoû/sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui/aoû/sep 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : MBOA TV

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : Mariam Diop, la nomade-attitude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
FOCUS 2 MBOA Magazine NOUVEAU !. rn3oa• 1 1 1 TELEVISION MUSICALE URBAINE NOUVELLE GENERA nON RAP/HIP-HOP/RNB/POP/SOUL MUSIQUES AFRICAINES & CARAIBEENES 24H/24 7J{l FREEBOX 12911 Disponible en FRANCE ALICEBDX 13711 TELEVISION-WEB-MAGAZINE-MOBILE TELECOM
- L’édito d’Aïssatou - Qui n’a pas entendu parler des vuvuzélas, cet instrument à musique qui émet plus de 160 décibels en un souffle. C’est grâce à la coupe du monde de 2010 que nous avons découvert l’existence de cet objet tant convoité par les supporters. Malgré les critiques de certains sur les méfaits qu’ils peuvent produire sur l’audition, leur utilisation a accompagné le Mondial avec entrain. Alors arrêtons-nous un peu sur cette coupe du monde ! Le Ghana a été éliminé après un beau match qui nous a permis d’y croire durant quelques instants parfois accompagné d’euphories et de doutes. Malgré notre déception, nous gardons de beaux souvenirs de cette rencontre avec l’Uruguay où les « Black stars » se sont battus avec acharnement jusqu’à la dernière minute. Ils n’ont pas encore dit leur dernier mot, nous les soutiendrons encore une fois pour la prochaine « World cup ». Cette manifestation mondiale restera toujours dans les mémoires collectives avec une organisation digne de ce nom que nous a offert l’Afrique du Sud. D’aucuns en doutaient : l’Afrique ne peut pas recevoir un événement de cette augure. Qu’elle ne sait pas organiser une rencontre qui concentre autant de monde et de nationalités différentes. Qu’elle ne va pas répondre avec professionnalisme à ce qu’on attend d’elle. Mais je peux vous dire que tout s’est bien passé. L’Afrique est capable ! L’Afrique est prête à répondre à tous les défis du futur. Merci encore à l’Afrique du sud de nous avoir rendu notre dignité par cette organisation dynamique. Quand on dit que 2010 est l’année de l’Afrique, ce n’est loin d’être un pléonasme, cela porte une signification au sens large du terme. Il y a 50 ans déjà les pays africains accédaient à leur indépendance pour enfin être libre du colonialisme qui leur privait de leurs droits les plus naturels. 50 ans déjà, que nos grands leaders africains à l’image de Kwame Nkrumah, Jomo Kenyatta, Patrice Lumumba, pour ne citer que ceux-là, se sont levés pour faire bloc à la dépendance néfaste du colonisateur. Ils ont dit « non » ou plus encore ils ont dit « Silence, on décolonise ! » Bien avant eux des rois africains comme Lat Dior Goné Latyr Diop, Béhanzin, Mbaba Diakho, Aboury Ndiaye, Samory Touré,... avaient déjà, eux aussi, fait entendre leur voix contre ce système impérialiste néfaste EDITO pour le développement de l’Afrique et des Africains. Après des guerres d’indépendances, des conflits régionaux, des discussions et des négociations, l’Afrique obtient enfin cette liberté tant convoitée et se met ainsi à parler d’indépendance. Cet événement vieux de cinquante ans fait l’objet de célébrations interminables sur les terrains africains et européens. Je déclare ainsi 2010, l’année des souvenirs mais aussi de la prise de conscience. Car il ne suffit pas seulement de célébrer l’histoire mais de prendre conscience que cette histoire doit être réécrite par les Africains eux-mêmes. Alors n’attendons plus ! L’année 2010, c’est aussi la grande sœur de l’année 2009, où pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, un noir devient président des Etats-Unis. Par cet événement, nous comprenons enfin qu’il n’y a pas de « Race » inférieur ou supérieur, il y a juste l’Humain avec ses compétences, son savoir-faire, quelques soient ses origines. L’année 2010, c’est toute une Afrique qui se remet en question et pense à son « devenir-avenir ». L’année 2010, c’est encore aussi l’inauguration du Monument de la Renaissance à DAKAR. Une idée originale du Président Abdoulaye WADE qui a séduit tous les Africains, que ce soit ceux du continent ou de la diaspora. Si l’on sait que des personnalités comme Jessy Jackson se sont déplacés pour rendre hommage à ce symbole qui interpelle le monde entier, faudrait-il rassurer certains sénégalais qui avaient manifesté une réticence durant toute la construction de cet édifice et leur dire que ce joyau qu’est le « Monument de la renaissance » n’est une propriété sénégalaise mais africaine voire mondiale. A travers cette pierre représentant un homme, une femme et un enfant pointant le doigt vers l’horizon, nous voyons une Afrique naissante, une Afrique géante, une Afrique debout pour une future Afrique économiquement puissante qui ose et qui se montre au monde entier afin de leur dire que d’ores et déjà, les choses géopolitiques ne se feront plus sans elle ! Alors voilà comment les choses tournent. Elles peuvent être à l’endroit pour le bonheur des uns et à l’envers pour celui des autres. MBOA Magazine 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :