Maze n°8 mai 2012
Maze n°8 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : francoishommande.fr.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
MODE RAF SIMONS, L'ÉLU Il y a un peu plus d'un an, en mars 2011, John Galliano était démis de ses fonctions de directeur artistique chez la maison Dior, pour cause de plaintes pour insultes antisémites. En septembre dernier, le créateur flamboyant était alors condamné à 6000 euros d'amende avec sursis, le tribunal ayant tenu compte des excuses du styliste ainsi que de son désir de se soigner de ses multiples addictions. Depuis, le groupe LVMH, qui détient la maison Dior ainsi que de nombreuses autres maisons de haute couture, n'a toujours pas trouvé de remplaçant pour le poste qu'occupait John Galliano. Des rumeurs ont circulé, comme par exemple à propos de Marc Jacobs (styliste chez Louis Vuitton), Ricardo Tisci (Givenchy), ou même Nicolas Ghesquière (Balenciaga), mais rien d'officiel n'avait été encore présenté. Il devenait alors urgent de trouver un directeur artistique, les collections étant fades, démontées par la critique, sans originalité ni innovation quelconque, la marque misait tout sur les accessoires et les cosmétiques pour se maintenir, avec de nombreuses campagnes de publicité. C'est le 9 avril dernier, dans un communiqué de la maison Dior, que la nouvelle est tombée : l'héritier de John Galliano sera Raf Simmons, 44 ans, directeur artistique de Jil Sander. Il s'occupera alors des "collections de haute couture, de prêt-àporter et d'accessoires féminins", a précisé Dior. Le styliste Néerlandophone et Belge, également photographe, possède aussi sa propre griffe de vêtements et accessoires masculins, fondée en 1995. A la surprise générale, en février dernier, la maison Jil Sander dont il était le directeur artistique, avait annoncé son départ. Apres la nomination d'Hedi Slimane aux commandes d'Yves Saint Laurent, on pouvait se douter que ce départ innatendu avait un lien avec la grande maison de la rue Montaigne qui était alors en pleine recherche d'un remplaçant de Galliano. Le retour du minimalisme et de l'élégance. "Il va inspirer et propulser dans le XXIe siècle le style que monsieur Dior a lancé depuis l'ouverture de sa maison et qui a changé, dès sa première collection, les codes de l'élégance mondiale", s'est félicitée la marque dans son communiqué. Fini les grands défilés extravagants et théâtraux avec des robes tout droit sorties d'un autre monde, marques de fabrique de John Galliano, à l'imagination sans limite, avec l'arrivée de Raf Simons la maison Dior renouvelle son style entièrement. Tout à l'inverse de John Galliano, Raf Simons se pose comme un emblème du minimalisme et de l'élégance, mais néanmoins avant-gardiste et très éxigeant. En effet ses collections bien que d'aspect très simples, trouvent leur originalité dans le détail, qui en fait des pièces originales, qui ne tombent pas dans le trop plein de simplicité, qui pourrait alors devenir ennuyeux. Ce styliste qui sort de la même école que Martin Margiela ou encore Dries Van Noten nous réserve certainement de belles surprises en ce qui concerne Dior. "La maison Dior est le symbole de l'élégance absolue. Son savoir-faire unique m'inspire un profond respect. Je mesure l'honneur et la responsabilité qui me sont donnés aujourd'hui de diriger la création de la marque française la plus célèbre du monde" Ainsi Raf Simons se réjouit de son nouveau poste à la tête de la création chez Dior. Le premier défilé de haute couture de Raf Simmons aura alors lieu en Juillet prochain. Nous pourrons alors nous faire une idée de ce que prévoit le créateur pour la maison Dior, s'il sera à la hauteur de toutes les attentes, s'il arrivera à se faire une place après tout le travail de Galliano qui avait tant marqué les esprits. Le défilé de Juillet est alors attendu plus que n'importe quel autre, faisant encore flotter le mystère et le suspens dans le monde de la mode qui est en pleine révolution, avec tous ces changements. JODIE
MODE LES PARFUMS MYTHIQUES VOL. 1 Fruités, fleuris ou épicés, les parfums de créateurs sont aussi mythiques qu’un sac ou qu’une robe de couturier. Ce mois-ci, Maze vous propose donc de faire le tour de ces fragrances légendaires. Christian Dior N°5 de CHANEL Marylin Monroe a avoué le porter pendant la nuit : il est aujourd’hui aussi mythique que la star. Son nom n’a pas été choisi au hasard. Coco Chanel voulait une fragrance qui puisse représenter l’esprit de sa marque. Ernest Beaux, parfumeur, lui présenta alors des échantillons de ses compositions. Coco choisi celui qui portait le numéro cinq. Ainsi, il sortit le 5 mai 1921, soit le cinquième mois de l’année. N°5 représente la féminité et le chic par excellence. Un parfum de caractère, comme en avait la créatrice. En 2012, la maison créé une nouvelle publicité. On y voit simplement le flacon se redessiner et se remplir, sur un fond blanc : « Une goutte de N°5, et rien d’autre ». Un minimalisme qui résume l’essentiel. Miss Dior de Dior Miss Dior est le premier parfum de Christian Dior. Il représente la jeune femme romantique, mais aussi élégante, tel le créateur l’imagine avec ses silhouettes New Look. On retrouve sur le flacon le motif « pied de poule », le même que sur son célèbre tailleur et un joli nœud de ruban. La maison décide ensuite de le revisiter, et de créer « Miss Dior Chérie », sa petite sœur parmi d’autres telles que « L’eau », « L’eau fraîche » et « L’eau de toilette », aux notes un peu plus légères. Malgré tout, elle sauvegardera la fragrance originale. Nina de Nina Ricci La maison est connue pour créer de somptueuses robes, alors il fallait bien un parfum aussi merveilleux, qui puisse refléter tout l’esprit « couture ». Nina Ricci imagina donc Nina, une fragrance qui ressemble à ses créations. Il est destiné aux jeunes femmes, celles qui vivent dans des rêves féériques au quotidien. Une fragrance fruitée, qui donnerait presque envie de la goûter : de douces notes de caramel et des agrumes pour le pétillant. Quand au flacon, il représente une pomme rouge, pour le romantisme, et aux feuilles argentées pour le magique, pourtant revisité plusieurs fois : avec des cristaux de Swarovski, doré, ou plus récemment avec de jolis dessins. En 2010, on découvre une campagne de publicité, avec une héroïne de conte des temps modernes, qui chante une nouvelle version de « Sunday Girl » de Blondie, chantée par l’égérie ellemême : Florrie. Opium d’Yves Saint Laurent Opium, rien que par son nom, est un appel à la provocation. Et quand sa première campagne sort dans les années 1970, elle fait polémique : « pour celles qui s’adonnent à Yves Saint Laurent », tel est son slogan. Pourtant, c’est le succès assuré et telle une drogue, les femmes ne peuvent pas s’en passer. C’est un parfum sensuel, avec une odeur épicée. D’ailleurs, si une fragrance pouvait nous faire voyager, ce serait bien elle. Son flacon, aux inspirations chinoises a légèrement changé au fil des années, mais il en a gardé sa couleur. A l’intérieur de celui-ci, du jasmin (symbolique de la Chine) mais aussi de la mandarine et de la vanille. Finalement, il ne finira pas de séduire. Et pour les nouvelles générations, on retrouve désormais Belle d’Opium, un nouveau parfum qui garde néanmoins tout l’esprit de l’original. ANAÏS ZITTER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :