Maze n°8 mai 2012
Maze n°8 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : francoishommande.fr.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
CINÉMA FESTIVAL E CANNES Cette année Cannes revêtira son magnifique tapis rouge du 16 au 27 mai pour la 65e édition de son festival du film. A l’origine Festival International du Film, il est créé par Jean Zay, ancien ministre ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, qui voulait implanter en France un festival du cinéma avec un rayonnement égal ou même supérieur à celui de la Mostra de Venise. Prévu en 1939, l’arrivée de la guerre en Europe perturbe les lancements du projet. Le festival voit finalement le jour en 20 septembre 1946, à Cannes. Mais ce n’est qu’à partir de 1952 que les initiateurs du projet décident d’ouvrir le festival en mai. Et en 1972, le festival est alors reconnu d’utilité publique. Cependant, les premières éditions font du festival un évènement mondain, sans grande importance cinématographique (quasiment tous les films y gagnent un prix) où il fait bon de se montrer. Mais la venue de célébrités du monde entier comme Grace Kelly (Le crime était presque parfait et Fenêtre sur cour d’Hitchcock), Brigitte Bardot (Et Dieu créa la femme de Roger Vadim ; Le Mépris de Godard), Romy Schneider (Sisi, d’Ernst Marischka), Alain Delon (La piscine de Jacques Deray ; Rocco et ses frères de Luchino Visconti) et sa médiatisation lui créent une réputation légendaire. Depuis la création en 1955 de la Palme d’Or au lieu du Grand Prix, le festival montre qu’il a de nouvelles ambitions. En 1962, la Semaine de la Critique est alors créée, suit La Quinzaine des réalisateurs en 1969, Un certain regard en 1978, et dernièrement la Cinéfondation en 1998. Le but du Festival évolue lui aussi. Aujourd’hui, l’un des buts est d’encourager le développement du 7e Art sous toutes ses formes et créer et maintenir un esprit de collaboration entre tous les pays producteurs de films. Et la création du Marché du Film en 1959 rempli parfaitement cet objectif. Il donne au festival une dimension professionnelle qui favorisera par la suite les rencontres et les échanges entre les acteurs de l’industrie cinématographique. Ces dernières semaines, les annonces officielles du Festival de Cannes ont mis fin à la multitude de rumeurs qui entouraient le mythe. Les dépêches se sont faites au compte goutte. Nous avons appris que Nanni Morettiserait le président du jury du festival de cette année. Pour rappel, Nanni Moretti est un acteur et réalisateur italien né au début des années cinquante ; il marque un renouveau dans le cinéma italien avec une nouvelle sensibilité plus dramatique, différente de celle de la comédie italienne drôle et burlesque, directement héritée de la Commedia
dell’arte. On lui doit notamment Palombella rossa, La chambre du fils (film avec lequel il remporte la Palme d’Or en 2001), et plus récemment le magnifique Habemus Papam (2011). Bérénice Béjo, qu’on a aperçu et plus ou moins apprécié dans le talentueux The Artist, sera la maîtresse de cérémonie de l’édition 2012. Dans l’équipe des jurés on retrouvera aussi Jean-Paul Gaultier qui a de nombreuses fois demandé à faire parti du jury, après avoir créé notamment les costumes du Cinquième Élément de Besson ; la réalisatrice et actrice palestinienne Hiam Abbass ; l’anglaise Andrea Arnold ; la française Emmanuelle Devos ; Marie- Antoinette, dans Les adieux de la Reine : Diane Kruger ; Ewan Mc Gregor, promu huit fois meilleur acteur par des institutions internationales ; le réalisateur Alexander Payne ; Raoul Peck, chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Mais chaque année, la même question ce pose : Qui marquera le millésime 2012 ? L’an passé c’était Terrence Malick et son magnifique The tree of Life qui avaient remporté la prestigieusePalme d’Or. Lors de l’édition 2011, on avait aussi pu apprécier Habemus Papam de Nanni Moretti, Polisse deMaïwenn, l’étrange Melancholia de Lars Von Trier, La Piel que habito de PedroAlmodovar, et le décalé This must be the Place de Paolo Sorrentino où l’on retrouve Sean Penndans la peau d’un personnage étonnant. Le 19 avril dernier, tous les journalistes étaient conviés au Grand Hôtel de Paris (IXe arrondissement) car l’équipe du festival dévoilait la sélection officielle de cette année. Le cru 2012 s’annonce déjà très bon, avec notamment Wes Anderson, on lui doit Fantastic Mr. Fox (2009), qui présentera Moonrise Kingdom avec Bruce Willis, Edward Norton et Bill Muray ; Alain Renais, qui présentera une adaptation d’Eurydice de Jean Anouilh, avec Pierre Arditi, Sabine Azéma, Michel Piccoli, Lambert Wilson et Anny Duperey. Et David Cronenberg sera aussi présent, il présentera Cosmopolis, avec Juliette Binoche et le vampiriqueRobert Pattinson. Mais aussi Jacques Audiard, primé en 2009 pour Un prophète, avec De rouille et d’os,dans lequel Marion Cotillard tiendra le rôlephare. De nombreux films sont attendus au tournant, comme Amour, de Michael Haneke avec Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert. Le réalisateur avait déjà épaté Cannes en 2009 avec Le ruban blanc en remportant la Palme d’Or. Sont aussi attendus : Hong -Sang-Soo, pour Dans un autre pays, le réalisateur Coréen revient deux ans après avoir gagné le prix d’Un certain regard. Isabelle Huppert fait également parti du casting. Le brésilien Walter Salles, après Central do Brasil et Carnets de voyage, présentera Sur la route, un road-movie adapté du roman homonyme de Jack Kerouac. La sélection officielle du 65e Festival du film de Cannes annonce, malheureusement, une kyrielle de films sans grand intérêt pour la plupart. Cependant, la sélection d’Un Certain Regard risque de beaucoup plaire avec notamment Xavier Dolan qui présentera son troisième film : Laurence Anyways. Sylvie Verheyde dévoileraConfession d’un enfant du siècle, une allusion certaine au roman autobiographique d’Alfred de Musset qui raconte sa liaison avec George Sand. Le film réunira Charlotte Gainsbourg et Peter Doherty. Cannes Classics diffusera cette année Runaway Train de Andrei Konchalovsky et Tess de Roman Polanski qui sont deux films à voir. Quant au film de clôture, il s’agit de Thérèse D., de Claude Miller (décédé récemment en avril 2012) avec Gilles Lellouche et Audrey Tautou, qui narre l’histoire d’une femme à la fin des années 1920, accusée à tort de l’assassinat de son mari. Ici, à Maze, nous souhaitons une bonne chance à tous les sélectionnés et que le meilleur l’emporte. DELCOURS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :