Maze n°6 mars 2012
Maze n°6 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 9,3 Mo

  • Dans ce numéro : A.C.T.A. Autorisation Consentie pour Total Asservissement ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Musique La renaissance de Paradize Le chef-d’œuvre du rock français fête ce mois-ci ses dix années d’existence. Sorti le 12 mars 2002, le neuvième album d’Indochine deviendra un incontournable et replacera ainsi le groupe au sommet avec son million d’albums vendus alors que personne ne les attendaient. Après une décennie douloureuse en vue de nombreux drames et coups -bas, le miracle s’est produit avec le succès de Paradize, qui a su prouver à Nicola Sirkis et ses acolytes qu’ils avaient eu raison de croire en cet album. Dix ans plus tard, outre la célébration de cet anniversaire avec deux concerts au Zénith de Paris les 1er et 2 février, le groupe décide de frapper fort en sortant une réédition de l’album, entièrement remasterisé et complété par de nombreux bonus, notamment des remixes et un DVD. Indochine, ce n’est pas seulement de la musique, mais aussi un univers qui se forge autour d’une certaine esthétique, et ce, depuis des années. Paradize doit son visuel à deux personnes, Peggy.M et Oli de Sat (guitariste, arrangeur et producteur) qui reviennent plus en détail sur la conception de ce visuel à l’intérieur du DVD afin d’expliquer le message qu’à cherché à faire passer le groupe au travers de cet artwork. Contrairement à la pochette parue dix ans auparavant, Paradize+10 nous offre une pochette plus épurée, et plus simpliste. La croix, véritable emblème de cette époque apparaît au côté d’un « +10 » qui vient symboliser et marquer les années passées, et donc, la réédition afin de donné un nouveau tournant à cet album. Outre l'hommage fait à Paradize, c'est un véritable remerciement qui est fait aux fans par la présence de tatouages à l'intérieur du disque. Cependant, l’artwork original n’est pas oublié puisqu’on le retrouve à l’intérieur de l’album avec les paroles des différents morceaux. C’est sans la moindre surprise que l’on redécouvre Paradize à travers cette version remasterisée, et non réenregistré comme on pu le laisser entendre certaines mauvaises langues. Un premier CD comporte l’intégralité de l’album tel qu’il fut présenté à sa sortie en 2002. Rapidement, on s’aperçoit que seuls les basses et guitares ont été retravaillées sur les différents Sony Music
110 *• ■ NIN:5•4• e4- le a* a'- morceaux. Les voix semblent elles aussi un peu plus claires que sur la version originale. Pour ce faire, nous avons demandé l'opinion des fans, qui nous ont donnés des avis divers et variés. On notera que pour certains, la sortie de la remasterisation était l’occasion d’acheter cet album et non l’original afin d’avoir les bonus en plus, tandis que d’autres pensent qu’il est inutile de se le procurer puisqu’il s’agit d’un produit « purement commercial » et qui ne suscite alors « pas le moindre intérêt ». Après avoir parcouru les réseaux sociaux, ce sont des avis similaires qui se forgent et font même ressortir des questions qui n'avaient pas lieux d'être ainsi que des débats sur la sortie de cet album. S’en suit un second cd comportant plusieurs remixes, majoritairement présents sur les singles promotionnels. C’est alors avec un grand plaisir que l’on se replonge dans l’univers des divers artistes ayant signé ses différents remixes. Ce second CD s’ouvre sur un bootleg mélangeant ainsi Indochine (Punker) et Cassius (The Sound of Violence) qui se mêle l’un à l’autre avec une extrême facilité. On remarquera l’excellent remix de J’ai demandé à la lune avec un univers proche du son saturé de Paradize et une batterie plus présente. La voix de Pauline Léonet sur fond de violon donne à son tour une nouvelle sorte d’envoutement au morceau, nous laissant facilement entrer dans une autre dimension. S’en suit un remix des Dead Sexy Inc de Mao Boy bien différent des deux morceaux différents. En effet, l’univers s’ouvrent immédiatement vers d’autres horizons et en particulier vers un univers japonisant, allant jusqu’à rappeler des jeux vidéos de par la musique et la voix modifié de Nicola. Puis, le remix de Le Grand Secret par Tricky nous emporte immédiatement avec une idée plus saturée une fois de plus sans dénaturée la chanson. Malgré le refrain mit en boucle, cette version a su trouver la voie afin de redonner l’aspect d’origine au morceau d’une toute autre manière, ce qui est plus qu’appréciable. Les remixes se closent avec une version remixée d’Un Singe En Hiver par Oli de Sat. Là encore, c’est un aspect japonisant qui nous ouvre la voix vers un son plus épuré et bien différent de la version originale. Jouant sur les effets au synthé et saturés, il a su donné une vision particulière du morceau et proche d’un champ de bataille. On y retrouve également trois inédits de la période Paradize, Glory Hole, Comateen II (dont les paroles sont signées Elise Verger



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :