Maze n°45 novembre 2015
Maze n°45 novembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de novembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20 Mo

  • Dans ce numéro : autopsie du cinéma français.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 Maze Novembre 2015 Art Climats artificiels  : quand l’art contemporain pense les changements climatiques Du 30 novembre au 11 décembre, à Paris, c’est la COP21, c’està-dire le vingt-et-unième sommet durant lequel les chefs d’États présents sont tenus de prendre d’importantes décisions concernant les problématiques liées aux changements climatiques, comme trouver des solutions pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés celsius notamment. Dans le cadre de ce numéro spécial art contemporain, nous vous emmenons découvrir l’approche des artistes face à cette actualité pressante, à travers les Climats Artificiels, poétique exposition installée au cœur de la Fondation EDF. I Impossible de la rater. Colonne vertébrale de cette exposition, l’installation Cloudscapes, de Tetsuo Kondo nous invite immédiatement à monter l’escalier, enfermés dans une pièce aux parois transparentes, pour vivre une expérience inédite  : traverser un nuage, et tenter de le ressentir physiquement, de se rapprocher au plus près d’un phénomène météorologique normalement inaccessible. Ainsi s’initie notre déambulation à travers les propositions d’artistes contemporains (parmi lesquels Yoko Ono ou Hans Haacke) pour explorer les enjeux suscités par les changements climatiques. L’exposition se divise en trois parties ayant chacune leur problématique propre et une atmosphère particulière. Les « Catastrophes ordinaires », au sous-sol, se découvrent dans des pièces obscures où l’on entre en traversant d’épais rideaux, prêt à être envoûté par d’inquiétants phénomènes évoquant les issues potentiellement dramatiques de changements climatiques non maîtrisés. De cette manière on peut se confronter à l’installation du collectif Hehe, qui nous montre, presque en temps réel, la qualité de l’air dans le ciel parisien, ou au monde étrange imaginé par Laurent Grasso, où deux soleils éclairent un environnement citadin aux airs post-apocalyptiques. « États transitoires » au rez-de-chaussée, nous présente des œuvres en mutation, des équilibres instables, comme le cyclone éternel de Charlotte Charbonnel, ou le morceau de glace de Cécile Beau, qui fond goutte à goutte, inexorablement. Un peu plus loin, les « panoramas » de Julian Charrière questionnent avec humour notre perception et notre rapport à la nature en recréant des sommets enneigés sublimes qui sont en vérité des monts de gravats de chantier, recouverts de farine. C’est à l’étage que nous découvrons finalement « L’état du ciel », tout en nuages et oxygène. Les Sky TVs de Yoko Ono nous invitent à une contemplation sans fin du ciel qui nous surplombe et nous fascine, et tout autour on peut également admirer les propositions nuageuses de Marina Abramovic ou Alison Moffett. Possible aussi d’apprécier l’exacte couleur du ciel de Coney Island, le 21 novembre 2004 avec les ballons de Spencer Finch, ou de glisser la tête à l’intérieur des
micro-serres du Village Green de Vaugh Bell. Les spectateurs, de tous âges, ne manquent pas d’être happés par ces microcosmes entre pureté et artificialité, mêlant état naturel et intervention humaine. La diversité des images et des techniques employées à travers l’exposition permet d’emmener notre regard au fil des œuvres dans un enthousiasme sans cesse renouvelé. Certaines œuvres, faites de systèmes scientifiques complexes, nous émerveillent alors même que leur conception nous est obscure  : peu importe, puisque l’intention de l’artiste est là, dialoguant avec le ressenti du spectateur. L’emploi de la vidéo au sein des installations (parfois développées avec une technologie de pointe toujours plus impressionnante) nous plonge notamment au plus près du réel, dans une volonté presque documentariste (du moins c’est ce que l’on perçoit, entraîné dans l’univers de l’artiste qui capture les images ou les crée de toutes pièces). Les artistes nous interpellent quant à notre rapport à notre environnement, à la survie de notre planète. Loin d’un discours alarmiste ou ouvertement didactique, ils nous invitent à ralentir, nous initient à la contemplation et traduisent en émotions The Impossibility of Cloud, Alison Moffett, 2014 - Maze Art les file:E:/Maze/45/photos/P10106291.jpg données et les chiffres bruts des enjeux climatiques au cœur de la question de notre survie future. C’est une alternative que nous proposent cette vingtaine d’artistes contemporains rassemblés ici autour du climat, une alternative poétique, métaphorique et envoûtante à la réflexion politique et financière qui se trouve au cœur du débat à l’aune de la conférence des parties sur les impacts des changements climatiques. L’artiste s’inscrit en témoin de notre monde contemporain, et il participe à son histoire à travers le message porté par son œuvre. Reflet des enjeux de notre société moderne, l’art contemporain c’est alors un moyen de réflexion et de sensibilisation à travers l’émotion instantanée qui touche l’individu, qui nous pousse à nous questionner toujours plus, à interroger ces enjeux sous des angles inédits, et sans doute aussi, à réfléchir le monde et ses idéaux d’une manière différente, peut-être plus douce, plus bienveillante ou alors plus urgente, mais dans tous les cas, sans doute plus poétique. Climats Artificiels, Fondation EDF, Du 4 octobre 2015 au 28 février 2016 Concrétion, Cécile Beau, 2015- Maze Eloïse Bouré 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maze numéro 45 novembre 2015 Page 1Maze numéro 45 novembre 2015 Page 2-3Maze numéro 45 novembre 2015 Page 4-5Maze numéro 45 novembre 2015 Page 6-7Maze numéro 45 novembre 2015 Page 8-9Maze numéro 45 novembre 2015 Page 10-11Maze numéro 45 novembre 2015 Page 12-13Maze numéro 45 novembre 2015 Page 14-15Maze numéro 45 novembre 2015 Page 16-17Maze numéro 45 novembre 2015 Page 18-19Maze numéro 45 novembre 2015 Page 20-21Maze numéro 45 novembre 2015 Page 22-23Maze numéro 45 novembre 2015 Page 24-25Maze numéro 45 novembre 2015 Page 26-27Maze numéro 45 novembre 2015 Page 28-29Maze numéro 45 novembre 2015 Page 30-31Maze numéro 45 novembre 2015 Page 32-33Maze numéro 45 novembre 2015 Page 34-35Maze numéro 45 novembre 2015 Page 36-37Maze numéro 45 novembre 2015 Page 38-39Maze numéro 45 novembre 2015 Page 40-41Maze numéro 45 novembre 2015 Page 42-43Maze numéro 45 novembre 2015 Page 44-45Maze numéro 45 novembre 2015 Page 46-47Maze numéro 45 novembre 2015 Page 48-49Maze numéro 45 novembre 2015 Page 50-51Maze numéro 45 novembre 2015 Page 52-53Maze numéro 45 novembre 2015 Page 54-55Maze numéro 45 novembre 2015 Page 56-57Maze numéro 45 novembre 2015 Page 58-59Maze numéro 45 novembre 2015 Page 60-61Maze numéro 45 novembre 2015 Page 62-63Maze numéro 45 novembre 2015 Page 64-65Maze numéro 45 novembre 2015 Page 66-67Maze numéro 45 novembre 2015 Page 68-69Maze numéro 45 novembre 2015 Page 70-71Maze numéro 45 novembre 2015 Page 72-73Maze numéro 45 novembre 2015 Page 74-75Maze numéro 45 novembre 2015 Page 76-77Maze numéro 45 novembre 2015 Page 78-79Maze numéro 45 novembre 2015 Page 80-81Maze numéro 45 novembre 2015 Page 82-83Maze numéro 45 novembre 2015 Page 84