Maze n°4 janvier 2012
Maze n°4 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : interview Liz Cherhal.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
MUSIQUE-ITW LIZ CHERHAL IL EST ARR Sous ses airs sages, la charmante Liz Cherhal laisse bien vite voir un personnage déjanté et joyeux qui sait habilement parler de choses tristes ou cruelles avec humour. Liz touche à tout, de la passion du théâtre à la musique, en passant par des études de sociologie, autant de cordes dont elle joue parfaitement en concert comme sur le disque. Après quelques années de projets musicaux en groupes et de tournées avec son spectacle « Il est arrivé quelque chose », Liz Cherhal enregistre un album fin et subtil, doux et cruel qui ne laisse pas indifférent et pour lequel rien n’a été laissé au hasard. A la fois au centre de sa création et co-productrice, elle signe la maîtrise des moindres détails pour un disque si délicieusement personnel qu’il touche forcément l’auditeur. 14 morceaux à l’orchestration soignée et variée (hautbois, timbales, guitare électrique, accordéon, programmation rythmique faite à l’ordinateur et même une chorale) qui se mêle avec les genres pour créer un ensemble parfaitement harmonieux. Tous les thèmes y sont abordés : l’amour, la famille, la mort, toujours de façon légère et agréable, sans en être moins saisissant, chaque chanson est écrite justement, à la fois incisives et caressantes, les paroles parfaitement écrites s’enroulant avec la musique dans un ensemble merveilleux. En concert, on la retrouve en compagnie de Cédric Cartier, guitariste, et Nicolas Bonnet, contrebassiste, et de son fidèle accordéon, les chansons ainsi interprétées presque nues n’en sont pas moins héroïques. Aller voir Liz Cherhal en concert est d’autant plus une bonne idée qu’elle gratifie le public de blagues, de sketches savoureux. Liz Cherhal fait par- Maze 8 JANVIER 2012 Frank Le Roux 2010/République du Centre
IVÉ QUELQUE CHOSE tie de ces personnes qui savent faire rire en racontant des choses tristes ou des choses quotidiennes, et dans la vie quotidienne, c’est très appréciable. A l’occasion de la sortie de son album « Il est arrivé quelque chose », Kalmia Productions, sortie le 7 Novembre 2011, nous lui avons posé quelques questions. Avez vous senti une différence sur la tournée après la sortie de l’album ? Pas vraiment, il y avait plus de monde, c’est chouette, comme l’album est diffusé nationalement, ça permet de remplir des salles dans le nord, dans le sud, dans l’est, alors qu’avant je ne remplissais pas ces salles là. Comment s’est déroulé le passage de chansons de scène, déjà existantes, à une version album, plus orchestrée ? J’ai tout maquetté, c’est à dire que j’ai tout enregistré, toute seule chez moi avec des instruments logiciels et quelques vrais instruments, mais c’était vraiment du boulot d’ordinateur, et ça je l’ai fait toute seule afin de pouvoir bien réfléchir à comment faire pour qu’une chanson qu’on joue en live soit aussi également efficace sur un album et pour moi ça passe par les arrangements, et il faut les réfléchir différemment pour un album que pour un concert, il faut que les chansons soient parfois un petit peu plus courtes, parfois un petit peu plus pêchues, il faut qu’il se passe des choses dans la musique pour contrecarrer le fait qu’on ne nous voit pas quand on nous écoute sur un disque. Il faut penser à tout ça pour que le disque soit attrayant même si on ne nous voit pas. C’était une volonté d’aller dans la réécriture ? Complètement, pour moi, un disque et un concert sont deux choses totalement différentes et indépendantes. J’aime bien l’idée que des gens qui me voient en concert n’aient pas entendu mon disque, et que des gens qui écoutent mon disque ne m’aient pas vue en concert, que les deux choses existent indépendamment, et c’est pour ça que je ne voulais pas du tout faire un live, parce que les lives, c’est vraiment pour les gens qui ont vu le concert. Peut-être que je le ferai plus tard, mais pour cet album là, je voulais vraiment qu’il ait sa vie et son identité propre en dehors des concerts. C’est un album à la fois très personnel et très proche des gens qui l’écoutent, comment abordez-vous ce rapport personnel/universel ? Sans doute qu’on vit tous un peu les mêmes choses et que quand on a l’impression d’être seul face aux différents évènements de sa vie, en en parlant et en partageant, on se rend compte que ces choses qui nous arrivent, elles arrivent aussi ailleurs, je pense que c’est pareil pour les chansons, quand on a l’impression d’écrire une chanson vraiment intime et personnelle, quand on la chante devant des gens on se rend compte qu’elle résonne dans la vie des gens qui sont en face, c’est troublant et agréable à la fois. Ca vous touche que les gens se sentent tous concernés ? Oui, complètement, je suis toujours très sensible aux gens qui m’écrivent, qui viennent me parler à la fin des concerts, ça me touche beaucoup. Est-ce que vous considérez que vous avez des racines profondes dans la région Nantaise, vous avez été en résidence à Cap Nort... Je suis originaire de Chateaubriand, et quand j’ai commencé à faire des études j’ai été vivre à Nantes il y a plus d’une dizaine d’années, et j’ai un très fort Maze 9 JANVIER 2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :