Maze n°19 mai/jun 2013
Maze n°19 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de mai/jun 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 94

  • Taille du fichier PDF : 30,2 Mo

  • Dans ce numéro : ce qu'on vous a caché sur le Bac...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
CINÉMA ART La liberté du modèle selon Paul-Armand Gette Né en 1927, ancien professeur aux beaux-arts de Paris, Paul-Armand Gette est un artiste plasticien qui joue aussi bien de la photographie que des mots, et refuse d’être rangé dans une quelconque case. Son art protéiforme, qui use et ose de multiples supports et surfaces pour se déployer dans toute sa plénitude, puise son inspiration tant auprès de la gent féminine que de la botanique, relevées d’un soupçon de mythologie personnelle. Mais Paul-Armand Gette est aussi et surtout un trublion, qui se plaît depuis toujours à donner des coups de pieds dans les fourmilières, quitte à se trouver ensuite boudé par les administrations. J’ai commencé à correspondre régulièrement avec lui en 2011, par échange interposé de mails : nous nous tenons au courant de nos projets mutuels et discutons de certaines thématiques que nous avons en commun au sein de notre propre travail. Il a généreusement accepté de parler pour Maze d’un concept qui lui est cher, la « liberté du modèle ». Témoignages par regards croisés avec l’une de ses modèles privilégiées depuis maintenant plusieurs années, Sophie Volatier. En 1970, je décide de remplacer mon modèle virtuel, l’Alice de Lewis Carroll, par les petites filles qui se trouvent dans mon entourage, pour éviter soigneusement les modèles professionnels dont je redoute les attitudes stéréotypées. C’est ainsi que Nathalie deviendra mon premier modèle, suivie de beaucoup d’autres. Trois choses étaient d’ores et déjà primordiales pour moi : 1 – l’acceptation par la personne d’être mon modèle 2 - la liberté de choisir ses vêtements 3– l’acceptation des images produites (photographies puis vidéos) avec cette même personne. Ceci étant acquis, je donnais quelques vagues indications sur le sujet et très vite la personne me disait ce qu’elle aimerait faire. A partir de là, mes modèles intervinrent de plus en plus lors des séances de prises de vue et je me contentais de suggérer un lieu de promenade ou d’accepter celui qui était proposé, et cela jusqu’en 1983, où durant l’été je posais la question suivante à Pernilla : Puis-je te toucher ? et la même question à Sophie durant l’automne. Les « oui » que j’obtins ouvrirent la porte au Toucher du modèle. Cette étrange question, étant devenue possible du fait de la nubilité de ces personnes, était bien évidemment suivie d’une autre : Où ? Ce « où » était bien ambigu car il pouvait concerner le site où se produirait le toucher, aussi bien que la partie du corps qu’il était possible de toucher. Il était évident qu’un « non » à la première question mettait immédiatement fin à l’aventure proposée et que l’énoncé de la deuxième provoquait souvent un éclat de rire, car dans le lourd contexte de notre société son humour est indéniable ! Cette liberté dans mon cas était si présente en permanence que j’éprouvais le besoin de la formuler en 1991 et de la proposer à trois de mes modèles pour qu’ils soient entièrement responsables de cet état de modèle. Je suis passionné par ce sujet alors que peu de personnes s’y intéressent. Les réponses furent surprenantes et évasives tant il semble que l’idée de modèle soit liée à une subordination à la volonté des artistes. Pourtant depuis longtemps je n’étais pas satisfait par cette chosification de la personne acceptant d’être modèle, que ce soit par plaisir ou par nécessité. Les seuls médiums utilisés dans le cas de la liberté du modèle sont ceux produisant des images indicielles (photographies – vidéos – films – photocopies). Avec le modèle, cela se passe bien, il fait ce qu’il veut comme il veut et je me contente d’une liberté « de point de vue ». Il est quelques fois surpris de ce que j’ai choisi de regarder, mais il a la liberté d’en demander la destruction, ce qui est très rare. Au début, je donnais quelques indications, mais vraiment très générales, dans le genre « on va faire une promenade », et je ne demandais rien concernant l’habillement. Avec le temps, je ne demande plus rien du tout. Par exemple Sophie est venue il y a deux semaine avec un ensemble vert qui lui plait beaucoup et elle avait envie que nous fassions des photographies. Je pense que le « nous » qu’elle a employé est très important. Elle n’a pas dit « que je fasse », où le « je » m’aurait désigné, mais bien « nous » (elle et moi). Dans les cas où j’ai demandé à une personne si elle voulait bien Maze 84 Mai-Juin 2013
être Artémis par exemple, le projet est alors entre ses mains et peut devenir tout autre que ce que j’avais imaginé. Je ne choisis pas vraiment mes modèles, je pose la question « Qui veut être mon modèle ? » et accepte toute personne y répondant sans critères de sexe ou d’âge. Bernard Marcadé a dit que j’étais un « voyeur autorisé » et je trouve l’expression très juste. Dans « la liberté du modèle » il existe un rapport « exhibitionnisme/voyeurisme » nouveau dans le sens où le voyeur et autorisé à voir et la personne libre de montrer ce qu’elle veut montrer. Je ne suis pas vraiment l’inventeur de ce concept bien que CINÉMA ART ce soit peut-être moi le premier à le formuler clairement. On en trouve des traces chez Bonnard, Rodin, Duchamp, Matisse (bien que pour ce dernier, je suis loin d’être d’accord avec ce qu’il raconte). Il est bien certain que toute recherche ayant le corps pour sujet, nous fait pénétrer dans l’espace du désir et du plaisir partagé dès que la liberté des protagonistes est respectée et alors les horizons s’élargissent considérablement. Les yeux de la nouvelle Galatée : Sophie Volatier Sophie Volatier est modèle pour Paul-Armand Gette depuis plus de 35 ans. Sa relation privilégiée avec l’artiste débuta Maze 85 Mai-Juin 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 1Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 2-3Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 4-5Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 6-7Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 8-9Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 10-11Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 12-13Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 14-15Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 16-17Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 18-19Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 20-21Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 22-23Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 24-25Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 26-27Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 28-29Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 30-31Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 32-33Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 34-35Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 36-37Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 38-39Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 40-41Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 42-43Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 44-45Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 46-47Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 48-49Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 50-51Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 52-53Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 54-55Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 56-57Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 58-59Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 60-61Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 62-63Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 64-65Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 66-67Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 68-69Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 70-71Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 72-73Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 74-75Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 76-77Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 78-79Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 80-81Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 82-83Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 84-85Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 86-87Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 88-89Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 90-91Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 92-93Maze numéro 19 mai/jun 2013 Page 94