Maze n°17 mars 2013
Maze n°17 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'art graphique aujourd'hui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
CINÉMA MODE Revue Haute-Couture Alors que nous sommes encore (pour la majorité) en train de nous battre contre les températures glaciales voir même avec la neige, les couturiers, eux, ne se sentent absolument pas concernés et présentent ainsi leurs collections Haute Couture pour le printemps-été qui se fait désirer. En effet, au coeur de l'hiver, ils nous apportent un rayon de soleil avec leurs créations fraîches et légères. Droits Réservés - Dior par Raf Simmons Tout d'abord, on remarquera une tendance générale parmi les défilés : les tenues restent très sages, rien de bien osé ou provocant, tout se fait dans la finesse et le détail. En effet, à part peut-être chez Versace, la totalité des créateurs nous proposent des robes très longues, très élégantes, quelquefois assorties d'une traîne comme chez Chanel ou Alexis Mabille. Qui dit printemps dit fleurs, ce que n'ont pas oubliés les créateurs puisque tous ou presque nous proposent des "robes-fleurs" des robes faites de pétales de fleurs (Dior), ou entièrement brodées (Elie Saab) créant ainsi un effet fleuri, ou tout simplement un tissus imprimé de fleur (Maison Martin Margiela). Raf Simons chez Dior nous propose aussi des robes "gonflées', offrant comme une carapace, donnant du volume et réveillant les robes. Simons réveille sa collection avec des couleurs orange/rose/jaune, jonglant avec celles-ci soit sur des tenues entières, unies, ou en les ajoutant par petites touches a des pièces plus classiques sous forme de broderies ou de collants. On notera aussi l'audace des superpositions avec des tenues "trompe l'oeil" imitant la superposition de plusieurs jupes, plusieurs bustiers, etc.. jouant encore avec les couleurs et créant ainsi un effet graphique et visuel original. Pour finir, on se devait de mentionner le Makeup du défilé : en effet, touche originale, les modèles avaient sur les lèvres, en plus du rouge à lèvre traditionnel, des strass de couleurs, attirant ainsi le regard et apportant une touche féerique. Chanel reste dans le traditionnel et le classique avec l'éternel tailleur en tweed, jouant néanmoins la carte de l'originalité avec l'utilisation de plumes, sur les robes ou encore en bibis perchés sur la tête des modèles, de la dentelle, des drapés, des fleurs, on remarquera notamment cette grande robe violette en mousseline légèrement transparente, accompagnée d'une traîne, très légère et vaporeuse. Chanel nous livre ici une collection inspirée du siècle dernier, tirée des romans de Jane Austen et compagnie, avec toutes ces robes longues, ces gants, le tweed,etc. En dépoussiérant tout cela Chanel prend ainsi la tête de proue de la tendance naissante du néo-vintage, dont nous aurons certainement l'occasion de reparler. Loin de tout cela, Jean-Paul Gaultier nous transporte à l'autre bout du monde, avec une collection directement inspirée du Rajasthan et de la culture indienne. Ainsi nous sommes transportés dans un tourbillon de couleurs, de perles, de bijoux, d'or et de soie.on notera le bel effet des voiles de couleurs vives flottant tel des capes assortis à de simples robes noires, mêlant exotisme, élégance et originalité. Droits Réservés - Versace On notera aussi les robes très originales de Stephane Rolland, à effet d'optique : en effet la robe semble découpées au niveau du genou (le tissus étant remplacé par un tissus transparent "invisible") et le bas semble tenir tout seul. Chose étonnante pour une collection printemps-été, Iris Van Herpen et Versace ont choisi d'utiliser de la fourrure. Chez Versace la fourrure est déclinée dans toutes les couleurs : rose, jaune,.. cassant le côté froid et hivernal de cette matière. Giambatista Valli et Alexis Mabille quant à eux ont choisi de travailler le tulle, donnant ainsi un côté plus féerique à leur collection. Mabille nous transporte ainsi dans une collection sortie de Versailles avec ses grandes robes et ses couleurs pales violettes, rose, bleues, présentées sur un podium rose bonbon. De tous ces défilés on retiendra donc essentiellement une tendance vers la longueur (robes ou jupes), les broderies, les grands voiles de soie, etc : la mode s'assagit. Mais l'originalité n'a pour autant pas été laissée de coté, ni les couleurs pétantes, réveillant les collections par petites touches. Comme à chaque printemps, les tenues aussi fleuriront, mais cette année, peu ou pas de liberty : on préfèrera les broderies où les robes faites de pétales. - Jodie Blin Maze 46 Mars 2013
CINÉMA MODE Yves Saint Laurent, article croisé Si en juin dernier une polémique avait éclaté dans le monde de la mode à propos du récent changement, par Hedi Slimane, du nom de la Maison de Haute Couture Yves Saint Laurent (ou YSL) en Saint Laurent, elle fut vite oublié quand le maître Slimane présenta la collection pour femme Saint Laurent P/E 2013 à la Fashion Week de Paris. COLLECTION FEMME P/E 2013 PART I : JULIA NOBIS COLLECTION HOMME P/E 2013 SASKIA DE BRAUW Le défilé se fait décor noir et très minimaliste. Quand la musique, rock, commence à gagner en intensité les premiers mannequins arrivent. Elles sont coiffées de capelines noires, et habillées de vestes étriquées et pantalons slim sombres, ainsi que de gros noeuds de mousseline noire. Slimane puise dans l'ADN de la maison et fait revivre la robe saharienne créée par Yves Saint Laurent à la fin des années 60, la rayure banquier au travers de smokings élégants et les manches gonflés de chemisiers en tissu transparent. Et quand alors que le noir semblait s'imposait dans tout le défilé, l'arrivée de mannequins vêtues de gandouras colorés vient contrasté cette collection qui donne un nouveau ton à la Maison : Saint Laurent se veut jeune, rock, élégante et désinvolte. Pour la première partie de sa première campagne, Hedi Slimane choisi Julia Nobis qu'il photographie dans une série de somptueux portraits en noir et blanc où l'on découvre les nouvelles pièces de cette collection P/E 2013, tandis qu'Edie Campbell fut choisi pour être en couverture de la deuxième partie de la collection P/E 2013 avec le chanteur américain Beck. Aussi, après un cliché assez mystérieux du torse tatoué de Christopher Owens pour la présentation de la campagne homme P/E 2013, c'est une collection de clichés eux aussi en noir et blanc de la mannequin Saskia de Brauw qui est dévoilée. Slimane travestit ainsi la jeune femme pour lui faire aborder un look de jeune homme élégant, androgyne, ravivant le smoking cher à Yves Saint Laurent. Pour la pré-collection A/E 2013, le directeur artistique de la Maison a choisi Sky Ferreira, une délicieuse chanteuse et mannequin américaine qu’on a pu apercevoir dans la campagne de publicité de CK ONE, un parfum Calvin Klein. La nouvelle égérie féminine de Saint Laurent apparaît dans une série de portraits sensuels en noir et blanc, visiblement la signature d’Hedi Slimane, avec les nouveaux produits de la marque notamment en dentelle ou en cuir. Visiblement, Hedi Slimane a su donner un nouveau souffle à la Maison parisienne, mais si cependant aujourd’hui les initiales YSL font à nouveau polémique c’est à cause du création de la maison Yves Saint Laurent : Yves Saint Laurent. En effet, après deux versions de la Guerre des Boutons en 2011 et de la vie de Coco Chanel en 2009, ce serra donc deux versions de la vie du couturier vu par deux points de vues différents que nous verrons sortir en salle prochainement. L’une sera réalisé par Jalil Lespert et l’autre par Bertrand Bonello. Maze 47 Mars 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :