Maze n°13 novembre 2012
Maze n°13 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : American Dream.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
SAVAGES Ben et Chon deux jeunes californiens sont à la tête d'un commerce florissant d'herbe de haute qualité auquel le criminel cartel de Baja s’intéresse grandement. Mais ils forment également un couple à trois avec la sensuelle Ophélie baptisée O. C es dix dernières années Oliver Stone avait délaissé son plaisir de filmer dont U-Turn transpirait, préférant le quasi-documentaire mettant l'Amérique yeux grands ouverts face à ses tourments. Mr Stone revient à la fiction, c'est Laguna Beach et le Mexique, c'est l'amour et les masques de la fête des morts, c'est torride et sa à la saveur du sang ; c'est Savages. Où le réalisateur se livre à un insatiable jeu de contraste pour placer l'interminable guerre de la drogue dans l'univers du glamour, thème qu'il avait déjà abordé en tant que scénariste du grand Scarface. Les premières minutes du film annonce parfaitement ce passage constant de la beauté, à l'horreur. Une vidéo amateur laissant découvrir des otages dans un environnement sombre et inquiétant ouvre le bal interrompu par la sensualité de la voix de O faisant corps dans des images noirs et blanc en bords de mers digne des films de l'age d'or Hollywoodiens. Seul les énigmatiques paroles d'Ophélie sur l'incertitude qu'elle soit en vie à la fin de son récit lie les deux images entre elles. Alors le spectateur s'interroge, puis s'inquiète, pourquoi elle ? Pourquoi ces images ? Oliver Stone vous présentes le nouveau visage de cette guerre de plus en plus invisible et insaisissable et pourtant bien réelle, elle est partout et nulle part à la fois. Un clic, un mail, un portable, une vidéo, des codes informatiques, un appel et de linceul vous êtes habillés. La vie de O est régie par cela. Ben, joué par Aaron Taylor- Johnson et Chon joué par Taylor Kitsch, découvrent qu'elle à été enlevée par vidéo, et O apprend qu'elle à été violé par le turpide Lado via une vidéo sur son téléphone. Insaisissable car la corruption est reine à tout les niveaux que se soit à l'intérieur même du cartel où chez l'agent des stups Dennis joué par Travolta étant du coté de tout le monde et de personne pour ne pas y laisser sa peau. Mais Savages c'est aussi l'impact de ce trafic, que font ces corps superbes maintenant éclaboussées du sang de cette guerre ? Nous savons que Chon ayant pour passé celui de navy seal en Afghanistan sera implacable et cèdera à la violence à la première confrontation. Mais qu'en est-il de Ben, le pacifiste, l'idéaliste ? Sa descente vers une sauvagerie naissante n'en sera que d'autant plus intéressante qu'il sème le doute parmi le spectateur. Qui sont les sauvages ? Mais surtout pause des questions sur la faculté à tout Homme de céder à la violence, il place la sauvagerie en chacun de nous, il est cependant regrettable que cette accès à la barbarie de Ben soit aussitôt avorté. On aurait pu espérer plus de profondeur à l'égard de cette question qui aurait pu rompre l'équilibre du trio et remettre en cause l'amour de O pour ces deux hommes. Un amour idéaliste et imaginaire, elle n'aime pas Ben et Chon en tant qu'individu mais l'image qu'elle se crée, résultat de l'union des qualités de l'un et de l'autre. Oliver Stone signe un thriller torride, bien mené avec une utilisation de la couleur primaire rendant à merveille la vie pop, acidulée de Laguna Beach mais les questions qu'il tente de poser ne sont que survolés et rend le film par moment aussi artificiel que les couleurs des paysages. Cependant il permet à Blake Lively plus souvent connu comme la starlette de Gossip Girl de ce montrer comme actrice véritable, et à Benicio Del Toro d’être jubilatoire en criminel exécrable. Maze 26 NOVEMBRE 2012 I Pathé Distribution EMMA BOITTIAUX
FRANKENWEENIE, de Tim Burton STARS 80, de Frédéric Forestier et Thomas LangmannThe Walt Disney Company Cette fois, c'est la bonne. On a vraiment l'impression de retrouver Tim Burton a son plus haut niveau. Frankenweenie c'est l'histoire de Victor, petit garçon américain, solitaire, passionné de sciences et amoureux de son chien, Sparky. C'est ce dernier qui est le personnage central du film, il va se faire écraser par une voiture, et le petit Victor Frankenstein, aidé par son professeur -très inquiétant- de sciences va avoir l'idée de le ramener à la vie grâce au pouvoir de l'électricité, attirant les jalousies de ses camarades de classe. Burton revient donc aux sources, en ressortant du placard le court-métrage du même nom sorti en 1984, cette fois ci avec des marionnettes, et en 3D s'il vous plaît. Frankenstein se transforme en film de monstres, pour notre plus grand plaisir, c'est un grand hommage à un cinéma d'horreur comme on en voit plus. On se plait même à adorer ce petit chien zombie et son maître. B.T Stars 80, un film sur un pari fou qui est lui-même un pari fou. Qui a dit que les chansons des années 80 et leurs interprètes étaient has been ? Les réalisateurs Frédéric Forestier et Thomas Langmannont bien compris que ce n’était pas le cas en faisant d’eux les « héros » du film. Basé sur l’histoire vrai de la RFM Party 80, Stars 80 raconte comment deux fans deseighties, Vincent (Richard Anconina) et Antoine (Patrick Timsit), au bout du rouleau décident de produire une tournée avec leurs vraies idoles (dont voici leurs plus grand titres entre parenthèses, pour que vous les reconnaissiez) : Desireless (Voyage Voyage), Jeanne Mas (En Rouge Et Noir), Sabrina (Boys Boys Boys), Images (Les Démons de Minuit), Cookie Dingler (Femme Libérée), Peter et Sloane (Besoin de rien, envie de toi), Lio (Les brunes comptent pas pour des prunes), Jean- Luc Lahaye (Femme que j’aime), Gilbert Montagné (On va s’aimer), etc.. Ils partent donc en quête de ces stars oubliées et à force de persévérance passent des petites salles aux zéniths, jusqu’à un grand final au Stade de France ! Le scénario est bien sûr bien léger, mais il faut aller voir ce film comme si on allait voir un concert : applaudissements, chant et danse dans le public à la fin ! Même si certains n’étaient même pas nés à l’âge d’or de ces artistes, ce sont des tubes ancrés dans la culture qui sont joués et que l’on voit rassembler la foule à l’écran et dans la salle. Avec un bon humour et un casting pareil, Stars 80 plaira à tous : nostalgiques ou pas, jeunes ou vieux, music-addicts ou non… En bref, c’est un film à voir entre amis ou avec ses parents, pour retrouver le petit grain de folie deseighties ! L.M TED, de Seth MacFarlane Maze 27 NOVEMBRE 2012 Daniel Angeli/La Petite Reine C’est l’histoire d’un petit garçon, John, qui fait une nuit de Noel le vœu que son ours en peluche, Ted, devienne vivant pour être « son ami pour la vie ». A son grand bonheur, le vœu se réalise. Mais presque 30 ans plus tard la magie n’y est plus pour le duo entre le travail, la copine Lori, et leurs beuveries et fumettes permanentes. Pour recoller les morceaux de sa vie alors que Ted le pousse à la débauche et que son couple explose, John décide de se séparer de ce dernier pour « quitter l’enfance ». Mais c’est sans compter l’arrivée de fans psychopathes de l’ours vivant qui vont le kidnapper… Avec beaucoup d’humour, ce film est bien pour rigoler et passer un bon moment entre amis mais cela ne va pas plus loin. C’est souvent trop lourd, voire gênant quand on arrive à mixer des call-girls avec de la drogue, de l’alcool à flot et de la m*rde sur le plancher… N’emmener surtout pas votre petite sœur fan de Winnie le voir ! Le réalisateur, Seth MacFarlane, aurait du en rester à ses séries à succès comme American Dad. En effet, l’histoire est aussi grandement prévisible, tirée par les cheveux, mais il faut avouer que l’ensemble est assez bien construit pour regarder le film en entier malgré ses défauts. Et tant mieux, car le moment le plus drôle du film est dans la chute des 15 dernières secondes qui permet de sortir du cinéma avec un petit fou rire. A voir entre amis uniquement quand on s’ennuie ! L.M



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :