Maze n°13 novembre 2012
Maze n°13 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : American Dream.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
THE BREAKFAST CLUB, un aperçu des contraintes des statuts sociaux plus ne s’entend pas avec ses parents, et que s’il prétend le contraire, c’est qu’il est un menteur. Brian tente de les interrompre. Malgré cela, John quelques minutes plus tard s’attaque à Claire et critique sa virginité qu’elle semble refuser d’assumer. Monsieur Vernon envoie ensuite Andy et Allison chercher à boire pour la classe. Sur le chemin, Andy explique son soucis principal, son père et son entraîneur l’étouffent. Allison, elle, se contente de dire des bêtises, elle dit boire des « tonneaux de Vodka » constamment. Durant le déjeuner, nous remarquons que même les repas correspondent à leurs statuts sociaux, comme si c’était réellement un mode de vie. Claire a carrément un plateau de sushi, Andy énormément de nourritures surtout protéiné, John n’a rien, il va alors vers Brian qui a un repas extrêmement équilibrer et Allison, qui elle, se fait ellemême un sandwich très étrange contentant ce qui semble être des chips avec du sucre. Après avoir vu le déjeuner de Brian, John se lève et fait une imitation de comment il voit la famille de Brian. Brian ne se défend pas mais Andy prend son parti, en lui demandant à quoi ressemble sa famille à lui. John fait alors une imitation violente d’un père détestant son enfant. Andy le traite alors de menteur et lui dit qu’il tente uniquement de se donner une image pareille de lui-même. Andy s’approche alors de lui et lui montre une brûlure de cigare que lui aurait faite son père après qu’il ait renversé un pot de peinture dans le garage. Andy ne dit rien. John se lève, se met à courir, jette sur le sol ce qu’il trouve sur les tables et escalades une sorte d’escaliers. Il s’assoit et soupire. Claire reproche à Andy ce qu’il a dit. Plusieurs scènes de ce genre s’enchaînent durant le film. Il y a un certain contraste entre leurs relations, une fois ils semblent liés, une autre, ils se détestent. Ceux que l’on défendait un moment deviennent une source d’attaque juste après. John semble quand même être le meneur du groupe. Au fur et à mesure que l’on avance avec eux, nous voyons qu’ils ont de la compassion les uns pour les autres puisqu’ils ont tous des situations difficiles. Vers la fin, ils sont tous assis et discutent. Andy explique ce qu’il a fait pour être en retenu, il culpabilise de ses actes envers un autre garçon, le groupe est alors plongé dans une ambiance triste, dans laquelle certains se mettent même à pleurer. Brian explique alors la sienne. Au final, ils finissent par rire avec lui de son acte à lui. Puis Brian, lance le sujet du lundi. Il dit qu’il les considère maintenant comme ses amis. Claire lui dit la vérité, elle dit qu’elle ne pourra pas lui dire bonjour, qu’elle n’assumera pas vis-à-vis de ses amies de parler à quelqu’un comme Brian et même avec le reste. Andy lui reproche d’être aussi méchante, elle lui retoque qu’il fera exactement la même chose. John s’énerve et crie « tu es une pourriture », elle se défend qu’il agirait de la même façon si elle venait lui parler lundi matin. On a alors un aperçu des contraintes de leurs statuts sociaux, Claire se met à pleurer, elle dit qu’elle en a marre de devoir se fier à l’avis de ses amies. John continue de lui crié dessus, le sujet des parents de Claire revient à nouveau sur le tapis et on réalise à quel point c’est le point faible de celleci. Finalement, nous voyons à quel point les parents de chacun d’eux ont eu une influence sur ce qu’ils sont aujourd’hui. Aucun n’a vraiment eu un impact positif puisqu’ils semblent être prisonniers, malheureux, comme dans un cercle vicieux. Sont-ils eux-mêmes en étant ce qu’ils sont ? Lorsque l’on les regroupe, nous réalisons à quel point ils manquent de franchise au quotidien les uns envers les autres. Dans la dernière scène, Claire et John finissent par s’embrasser, elle lui laisse une de ses boucles d’oreilles, Andy embrasse Allison qui a été métamorphosée par Maze 24 NOVEMBRE 2012 Universal Pictures France
Claire et Brian, écrit la dissertation au nom de tout le groupe. Brian n’était pas pris d’affection pour uniquement une personne, l’était en fait pour tout le monde. C’est un film vraiment spécial, qui fait énormément réfléchir sur la perception que nous avons des personnes au lycée. On juge souvent sans connaître, on se fait la plupart du temps des idées fixes sur les personnes que l’on ne connaît pas pour au final se faire des limites et créer des groupes. Je ne pense pas que ce soit quelque chose de changeable, les groupes sociaux existent depuis pratiquement toujours. Il faut tout de même s’ouvrir puisque c’est quelque chose d’assez pesant, qui amène des problèmes parfois incurables. Je fais notamment référence aux nombreuses fusillades dans les lycées américains qui suscitent également un débat sur les armes en Amérique, mais je vais prendre pour exemple la fusillade de Columbine ayant faite 15 morts, incluant les assassins. Les deux tueurs étaient deux personnes rejetées par les autres. Ils n’appartenaient pas à des groupes sociaux élevés, ils n’étaient pas appréciés. Cette frustration les a emmenés dans la folie qui a causé la terreur, la peur, un massacre. Une émission MTV fait en ce moment fureur, intitulée « If You Really Knew Me ». Des personnes interviennent dans les lycées et tentent justement de défaire les limites qu’imposent les étiquettes collés dans le dos de certaines personnes. C’est vraiment quelque chose d’intéressant, les gens se découvrent alors, ils découvrent leurs faiblesses, ils s’ouvrent à des personnes qu’ils n’aimaient pas et règlent même de vieux comptes pour mieux vivre ensemble. C’est quelque chose de réellement bénéfique permettant alors d’éviter des situations telles que les fusillades et les retenues un samedi. Et vous, dans quelle catégorie vous placeriezvous ? Seriez-vous prêts à vous ouvrir socialement ? EWELINA SPIEWAK Maze 25 NOVEMBRE 2012 Universal Pictures France



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :