Maze n°12 octobre 2012
Maze n°12 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : interview Giedré « Je cuis vachement bien le Ébly. »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Cher journal, j’aurais aimé que ces jours de fête ne s’arrêtent pas. Ce mois de janvier n’en finit pas et il fait très froid. Ma grand-mère est morte la nuit dernière, une crise cardiaque a dit le docteur. Je pleure. Comment a-t-elle pu nous laisser, c’est horrible mais je lui en veux tant. Je la croyais immortelle. Mon grand-père pleure, mon père pleure et c’est la première fois que je les vois dans cet état. Toute la famille s’est réunie, et pour la première fois, aucun rire, rien que de la tristesse. Toute la journée, les amis de mes parents défilent. Moi, je préfère rester dans ma chambre. On l’enterre dès demain. Je voudrais redevenir petit, tout petit et me blottir dans ses bras. 24 Février 1940 Je n’ai plus trop le cœur à écrire. La maison est silencieuse sans ma grand-mère, pourtant elle ne faisait pas beaucoup de bruit. Je passe beaucoup de temps avec mon grand-père, j’essaie d’être drôle même si je n’y arrive pas trop. Il y a eu une bonne nouvelle et une mauvaise, encore. On a appris par la radio que le 16 février, Wilson Churchilla ordonné la mise hors de combat du navire allemand, l’Atmark en Norvège. Mais Hitler, ce scélérat, a envahi le pays Scandinave en dépit de sa neutralité en représailles. Qui pourra arrêter ce fou furieux ? 15 Avril 1940 Cher journal Les nouvelles, les nouvelles de la guerre, c’est ce qui me pousse a écrire. J’ai entendu dire que le 9 avril, les armées de Hitler ont envahi la Norvège. Les Alliés franco-anglais auraient répliqué par un débarquement sur la côte de la Norvège, en vue de protéger les gisements de fer de Suède, tandis que le gros de leurs armées serait resté l'arme au pied, le long de la frontière française. Ils auraient engagé à Narvik leur première campagne contre la Wehrmacht. On va y arriver, j’en suis sûr. On va les écrabouiller. Pour un peu, j’irai m’engager pour les aider, mais je suis trop jeune. La victoire n’est pas loin. J’ai hâte d'écrire sur ces pages blanches, la date de la victoire. Je veux être tailleur comme mon père, mais aussi journaliste ! Je m’exalte, mais il faut que je te laisse, ma mère sonne la soupe ! 5 juin 1940 Cher journal, les nouvelles sont terribles. Ce n’est pas la date de la victoire que je viens écrire mais celle de la défaite. Je vais faire un récapitulatif des petites notes sur lesquelles j’écris tous les soirs les nouvelles. Je travaille chez un journaliste qui m’aime bien, il s’en fou que je sois juif. Je garde ces enfants tous les soirs de 16h à 20h car sa femme est à l’hôpital. Ma mère prépare les repas et je n’ai plus qu’à leur donner. Quand il rentre, il me raconte ce qui se passe. Voici ce qu’il me raconte, soir après soir : Le 10 mai 1940, sept mois après la déclaration de guerre de la France et de Dr Mendes ou le Journal De Geller - Deuxième partie l'Angleterre à l'Allemagne, celle-ci rompt le front occidental et met fin à la guerre. Elle a lancé ses armées sur les Pays-Bas, la Belgique et la France. Les Belges, qui s'abritaient derrière leur neutralité, ont été débordés par les divisions blindées de la Wehrmacht et des parachutistes allemands ont sauté sur Liège Les commandements anglais et français ont envoyé leurs troupes en Belgique. Mais à leur surprise, Hitler a porté son principal effort dans les Ardennes, une région montagneuse qui n'est protégée que par les fortifications que l’ont croyait efficace, de la ligne Maginot. C'est ainsi que trois divisions blindées ont percé le front français du côté de Sedan. Le 20 mai, les armées franco-anglaises sont prises en tenailles et le 24 mai, les Allemands ont pris Boulogne, et ont encerclé Calais. Il paraît que Hitler ne veut pas écraser la France et l'Angleterre mais seulement les réduire à l'impuissance pour avoir les mains libres à l'est de l'Europe, selon le projet énoncé dans sa profession de foi, Mein Kampf. Il faudra que je la lise... le Premier ministre britannique a décidé de faire rembarquer ses troupes à Dunkerque. C'est l'opération « Dynamo » : 300.000 soldats anglais et français sont évacués par le port de Dunkerque vers l'Angleterre. En Belgique, le roi Léopold III, a signé la capitulation de son armée, le 28 mai. Autant dire que je ne vais plus au collège. J’aide le plus que je peux mes parents et je fais des petits boulots. Je ne sais pas ce qui va nous arriver. J’ai peur, tout le monde à peur, ça se sent partout, où que l’on aille. Les gens dans la rue marchent vite… 17 juin1940 Les catastrophes s’enchaînent. On dirait un mauvais roman. Je ne crois pas qu’aucun écrivain oserait écrire une telle histoire. Hitler ne nous suffisait pas, voilà que Mussolini, le dictateur italien, le 10 juin, nous a déclaré la guerre. Mon ami Alain le journaliste me raconte, parfois il a les larmes aux yeux et nous pleurons ensemble, mais il a fois en un certain Général de Gaulle, et moi je le crois. Il y a trois jours, 14 juin, les Allemands sont entrés dans Paris et le gouvernement s’est réfugié où ? à Bordeaux ! dans les universités. Depuis ça grouille de militaires partout. La Faculté de Droit accueille les affaires étrangères tandis que celle de Lettres, le vice-président du Conseil, Chautemps et des sous-secrétaires d’Etat dont un certain Charles de Gaulle qui est aujourd’hui au Royaume-uni. Demain, c’est mon anniversaire et j’ai demandé a mes parents de ne rien organiser, je n’ai pas le cœur à vieillir dans ce monde. THIBAULT COMTE Maze 46 Octobre 2012
dagaàiaMidami."—.. Monsieur Teste, ou les rouages de l’entendement ni 4e Paul Valéry redouté par certains pour la complexité de sa pensée, livre dans Monsieur Teste un exemple concret de ses cheminements mentaux. Parut pour la première fois dans la Revue du Centaure en 1896, cet essai qu'il publia à 25 ans servit de fil rouge au restant de sa carrière. Ne recherchant pas obligatoirement la gloire, ce jeune homme foudroyé par sa fameuse "Nuit de Gênes" durant laquelle le spectacle d'un orage particulièrement violent l'aurait bouleversé spirituellement et aurait remit en cause son approche de l'existence, se pencha sur un dessein bien plus complexe, celui qui consiste à la compréhension de l'être. Et par où commencer si ce n'est par l'endroit où se forment les idées ? ! Ainsi cet essai part littéralement de la tête, soit "teste" en ancien français, pour devenir le « testis », soit le « témoin » de la réflexion d'un être hors du commun dans son appréhension du monde. Son héros principal nommé "M.Teste" y est très clairement défini tel un personnage « impossible » par son auteur dès l'introduction qui précède le texte intitulé La soirée avec monsieur Teste. Impossible, impossible, mais pourquoi donc ? Paul Valéry éclaire son lecteur en mentionnant « C'est son âme que cette question ! Elle vous change en M.Teste. Car il n'est point autre que le démon de la possibilité » En somme ce personnage qui en vient à se décrire, dans un supplément intitulé Quelques pensées de M.Teste, de cette sorte, « Je suis l'instable », est une représentation abstraite de l'homme qui ne saurait être réelle puisque qu'il n'est jamais clairement défini. En d'autres termes, Valéry construit son personnage principal, qui tout au long de l'essai est observé et décrit par un narrateur invisible, autour d'un système appelé « un crible machinal » répartissant en deux catégories les choses peuplant le monde, soit les choses possibles, et celles impossibles. Usant de ses facultés intellectuelles pour s'orienter dans cet environnement à l'apparence froid et formel où les contingences prévales aux passions, M.Teste peut ainsi sembler terne, mais cache en réalité la recherche d'un équilibre parfait entre les situations et les attitudes à adopter. Démarche qui obsédera Paul Valéry durant toute sa carrière. Fort de ses dix-huit pages, ce livre donne néanmoins un aperçu de la machinerie intérieure de l'intelligence. Utilisant les mots dans un sens très personnel, l'auteur essaie ici de palier à l'insuffisance de la langue, au manque de termes exprimant véritablement l'idée, et explique qu'une telle tentative de définition de la « mythologie intellectuelle » justifie « l'emploi, sinon la création, d'un langage forcé, parfois énergiquement abstrait ». Cette approche quasiment légendaire de l'entendement nous plonge premièrement dans une situation banale, celle qui consiste à se rendre au théâtre pour assister à la représentation d'une pièce, mais évidemment cela ne saurait être aussi normal pour M.Teste. Portant son attention non sur le spectacle, mais sur les êtres amassés dans la salle, cet observateur accompagné par le narrateur mystérieux, fait part de son approche quand au monde. Lui, n'est pas un être qui se repait intellectuellement afin de connaître ce monde, mais au contraire, il cultive l'état d'appréhension continu des choses et se transforme en « homme de verre », se dédoublant à chaque nouvelle situation jusqu'à se construire un véritable arsenal de personnalités, ce qui sera fidèlement illustré par Alving Lusting qui croqua cet être aux mille visages, toujours flous, pour la première de couverture de l'ouvrage (voir ci-dessous). L'adaptabilité étant le maitre mot de la pensée Testienne, l'enseignement à tirer de cet ouvrage est qu'il convient de garder en mémoire ce qui servira plus tard pour évoluer en accord avec son environnement. Voilà le but de cet homme qui tend à comprendre sans percevoir mettant au rebut son corps biologique et laissant le champs libre aux sphères mentales. Unique en son genre, cet essai, qui malgré toutes les dénégations de son auteur met en parallèle la personnalité de son personnage principal et celle de Paul Valéry, a semblé pour les lettrés d'alors être un autoportrait du jeune écrivain, fait qui n'aura pas échappé à Borges qui rendit un hommage à Paul Valéry à sa mort en déclarant qu'il était "...un homme qui, dans un siècle où l'on adore les idoles du sang, de la terre et de la passion, a toujours préféré les plaisirs lucides de la pensée et les secrètes aventures de l'ordre", ce qui s'accorde en tout point à la figure de l'insaisissable monsieur Teste. Si vous plongez dans un livre court, certes, mais dense en concept, ne vous effraie pas, Monsieur Teste est l'oeuvre qu'il vous faut pour faire fonctionner vos méninges. Et qui sait, peut être percerez-vous vous aussi les mystères de la conscience et de l'intelligence ! MARINE ROUX Maze 47 Octobre 2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :