Maze n°12 octobre 2012
Maze n°12 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : interview Giedré « Je cuis vachement bien le Ébly. »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
découvrir en revenant plus diabolique que jamais. Avant de conclure cette review de la rentrée, n'oublions pas de citer l'incroyable American Horror Story, qui sera de retour le 17 Octobre aux Etats-Unis pour une seconde saison complètement différente puisque l'histoire se déroulera dans un hôpital psychiatrique des années 60. La série permet de redécouvrir le genre de l'horreur qui disparaît peu à peu, laissant place au gore que l'on fait passer pour de l'horreur. Mais il ne faut pas confondre peur et psychose avec sang. Donc si vous ne connaissez pas encore la série, je vous conseille vivement de rattraper les douze épisodes que composent la première saison. Vous risquez d'être assez déçu du pilot comme la plupart, mais ne vous arrêtez pas au bord de la route et continuez le chemin. Les pitchs : "Elementary" : Une version moderne des aventures de Sherlock Holmes dans le New York contemporain... "Vegas" : D'après l'histoire vraie de Ralph Lamb, un cowboy devenu le shérif de Las Vegas, la ville de tous les vices, durant les années 60 et 70... "Made In Jersey" : Une avocate, originaire d'un milieu populaire, fait de ce qui pourrait passer pour un défaut son plus bel atout ! Elle a des connaissances que ses collègues de sa firme de Manhattan ne possèdent pas... "Partners" : Partenaires en affaires et amis de longue date, Charlie et Louis - l'un est gay et l'autre hétéro - sont engagés l'un et l'autre dans une relation de couple sérieuse. Soit quatre personnes impliquées dans trois relations. "Last Resort" : Après avoir refusé d'obéir à un ordre de tir de missiles nucléaires, l'équipage d'un sous-marin américain fuit jusqu'à un point reculé de la planète. Apatrides et traqués, les marins décident de fonder eux-mêmes leur patrie ! Le plus petit pays du monde à avoir l'arme nucléaire... "666 Park Avenue" : Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emménage dans une résidence new yorkaise très chic de l'Upper East Side dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont Series Land signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent... "The Neighbors" : Une famille tout ce qu'il y a de plus "normale" s'installe dans une copropriété toute aussi normale en apparence, mais il s'avère que tous les habitants sont en réalité des aliens... "The New Normal" : Un couple gay qui souhaite fonder une famille fait appel à une amie pour devenir leur mèreporteuse... "Go On" (non cité dans l'article mais la série a débuté) : Un irrévérencieux mais néanmoins charmant commentateur sportif se remet de la perte d'un être cher grâce aux membres d'une thérapie de groupe... "Animal Practice" : Un vétérinaire bougon adore les animaux mais déteste leurs maîtres.. "Guys With Kids" : Trois trentenaires se plaisent bien dans leur nouveau rôle de père bien qu'ils n'aient pas encore grandi dans leurs têtes... "Revolution" : Dans un monde où toute forme d’énergie a mystérieusement cessé d’exister, des personnes s’efforcent de survivre et de retrouver leurs proches. "The Mob Doctor" (non cité dans l'article mais la série a débuté) : Une jeune doctoresse spécialisée en chirurgie cardiaque est partagée entre deux mondes : la médecine, au sein de laquelle elle espère faire carrière, et la mafia de Chicago, à laquelle elle est liée à cause d'une grosse dette dont elle ne parvient pas à s'acquitter. "The Mindy Project" : Une sorte de jeune "Bridget Jones" façon médecin s'efforce de naviguer entre ses problèmes personnels et sa vie professionnelle. "Ben & Kate" : Une mère célibataire accueille chez elle son frère un peu loser qui l'aide à élever son enfant… MICHAEL PANTOUSTIER Maze 40 Octobre 2012
Les amours imaginaires Dans le dernier numéro de Maze, nous vous avions parlé de Laurence Anyways, le dernier film de Xavier Dolan traitant de la transsexualité d’un point de vue intimiste et authentique. 23 ans et déjà 3 films à son actif (les 3 ont été sélectionné à Cannes, dont Laurence Anyways ressorti primé dans Un certain regard) , Xavier Dolan fait partit de ces jeunes prodiges du cinéma. Il a écrit le scénario de son premier film autobiographique déjà très prometteur, J’ai tué ma mère à 16 ans et l’a réalisé à 19 ans, et a été sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs lors du Festival de Cannes 2009. Il a 21 ans quand il a réalisé son second film : Les amours imaginaires. Cette fois, C'est l'histoire de deux amis, Francis et Marie, qui tombe en même temps amoureux de la même personne, Nicolas, et se livrent un duel malsain pour essayer de conquérir le bel étalon. Francis (Xavier Dolan) et Marie (Monia Chokri) ont égarés leur âme en pleine folie amoureuse, jusqu’à en oublier l'amitié qu'ils les unissaient l'un à l'autre. Leur problème ? Nicolas (Niels Schneider), une sorte de divinité aux cheveux blonds bouclés, en plus de sa beauté enivrante, il se révèle être cultivé et insaisissable. De sorte, comme un aimant, il attire terrible et sépare les deux amis. Au fil du film, Nicolas devient la convoitise suprême de Francis et de Marie, il est celui que l’on ne peut s’empêcher de dévorer du regard, il est celui que l’on désire avec ardeur, il est celui que l’on pense aimer passionnément puisque forcément à un moment le désir devient si fort que l’on le confond avec l’amour. Nicolas, conscient de son magnétisme, en abuse avec une certaine perversité. Désinvolte et insouciant, il les encourage dans leur psychose amoureuse dans un « Qui m’aime me suive ! » A croire que cette situation lui correspond. En effet, qui n’aime pas être l’objet de toutes les convoitises ? Qui n’aime pas se sentir aimé de tout part sans même avoir fait le moindre effort ? Qui n’aimerait pas posséder son charisme naturel et naturellement destructeur ? La tension monte de rendez-vous en rendez-vous et, très vite chacun interprète de manière obsessionnelle les comportements ambigus et destructeurs de l'objet de leur désir, Nicolas. Ces histoires sont vouées à l’échec et condamnées à un éternel recommencement. On notera qu’il suffit d’une Maze 41 Octobre 2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :