Maze n°12 octobre 2012
Maze n°12 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : interview Giedré « Je cuis vachement bien le Ébly. »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
La philosophie « CYNE » C YNE. Quatre lettres et quatre membres pour former un groupe encore trop méconnu du public français. Akin, Cise Star, Enoch et Speck, familiers du milieu hip-hop, ont formé ce groupe en 2000 en Floride. Néanmoins ne soyez pas étonnés si vous n’avez encore jamais entendu parler de ce groupe : cela n’est pas dû à votre manque de culture. CYNE est très discret dans les médias, volontairement ou pas, il ne fait que très rarement son apparition dans ces derniers. On se souvient d’eux notamment dans le Stylus Magazine dans lequel ils ont étés nommés « album de la semaine » en 2005 pour leur opus « Evolution fight », probablement leur meilleur album jusqu'à aujourd'hui. J’ai donc décidé de donner un coup de pouce à leur popularité en leur consacrant un article. CYNE c’est un concept à part entière, toute la difficulté va donc être de le définir pour susciter votre envie. Quatre lettres qui forment l’acronyme : « Cultivating Your New Experience ». En effet CYNE c’est ça : une philosophie affirmée sur un style musical hétéroclite. Le groupe se décrit lui-même sur son site internet : « un va-et-vient entre les lignes du hip-hop classique, de la musique de texture, et une sélection rythmée de mots et de sons - et, pour moi, cela définit CYNE. » CYNE s’épanouit dans un son chaud et émouvant sur un rythme qui mélange harmonieusement jazz, hip-hop, rock et même trip-hop. Le groupe américain a collaboré avec des artistes du monde entier, y compris Nujabes (de son vrai nom Jun Seba) producteur de hiphop, de trip hop et DJ mondialement connu dans le monde hip-hop. Mais le groupe a également collaboré avec Four Tet (Kiern Hebden) qui mixe avec brio la musique électro sur fond de jazz et d’electrofolk. Cela explique peut-être les influences jazz, electro et hip-hop du groupe. CYNE c’est également l’héritage direct du groupe de rap américain « Public Ennemy » connu pour leurs prises de positions politiques radicales dans leur chanson, critiquant les médias. CYNE n’est donc pas un simple groupe de hip-hop, toute sa singularité repose dans ses convictions intellectuelles qu’il exprime dans son rap lapidaire aux idées politiques clairement affirmées. Le groupe est connu pour ses chansons qui suivent la philosophie de Jean-Jacques Rousseau dont une chanson homonyme lui est consacrée. CYNE montre son ouverture d’esprit et fournit l’un des rares exemples d’engagement politique et philosophique digne d’intérêt dans un monde hip-hop souvent très mercantile. Le groupe s‘affirme également activiste et s’intéresse aux sciences humaines aussi bien qu’à la philosophie, fervent défendeur d'un esprit « Do It Yourself ». CYNE est aussi un grand critique de la société, « Je suis né libre, mais maintenant je suis comme un esclave de la société ». Finalement il est indispensable d'écouter leurs chansons pour comprendre leur état d’esprit et leur prise de position sur notre société. « Pourquoi se mentir quand on réalise qu’on est devenu des victimes du cauchemar américain. » Critique de la société américaine, de la société de consommation, du racisme ou encore de la discrimination. Une critique négative de CYNE se fait alors doucement jour : le quatuor se manifeste aussi à travers cette manie de trop souvent tomber dans le pessimisme et l'accablement qui laisse un arrière gout déprimant sur nombreuse de leur chanson. Le concept CYNE est donc large et singulier, et le groupe n’est pas peu fier de son originalité lorsqu’il s’exprime sur son site internet : « Il y a la Terre, il y a l'espace, et puis il y a CYNE... » Alors à vos écoutes, ce groupe ne mérite que plus de reconnaissance pour son talent musical, l’écouter c’est l’adopter, l’adopter c’est lui donner de l’élan pour l’avenir. A vous de juger. MANON GABEREL Maze 20 Octobre 2012
Albums, notre sélection du mois Une fois n'est pas coutume, le mois de septembre a été le théâtre d'un nombre de sorties d'albums impressionnant. Bonne occasion pour nous d'en choisir quelques-uns pour vous faire partager nos découvertes, coups de cœur et déceptions ! Battle Born, quatrième album de The Killers signe un tournant pour le groupe. En effet, après la mort du saxophoniste, Thomas Marth, le ressentit n’est plus le même et c’est un aspect bien plus nostalgique autour de balades qui s’instaure. Cependant, la version deluxe offre 3 titres de plus à l’accent électro dont un sort un peu de nulle part, brisant l’uniformité créée par l’ensemble de l’album. En bref, un résultat mitigé pour quelques titres sympathiques mais que l’on délaissera rapidement pour un autre album. Meilleur titre : "Battle Born" Note : 4/10 Les danois de The Raveonettes sont de retour avec Observator et comptent bien montrer qu’ils ne sont pas prêts à s’arrêter en si bon chemin. C’est à travers une pop aux accents mélodieux mais aussi parfois mélancolique qu’ils nous renvoient et que l’on saura apprécier tout le long de l’album. Une impression de retour dans le passé se fait notamment à l’aide du choix des rythmiques et des riffs qui font souvent penser à de vieux morceaux. Seul petit bémol, l’album ne contient que 9 titres alors que la moyenne en compte une douzaine, nous laissant alors sur notre faim. Meilleur titre : "You Hit Me (l'm Down)" Note : 8.5/10 Notre coup de cœur du mois ! Fables of History, de The Moons, menés par Andy Crofts, clavier du modfather, Paul Weller, nous ont en effet livré un second album époustouflant. Le son vintage rappelle les brillantes heures de la pop anglaise, notamment les Beatles, les Kinks et les Who. Les cinq anglais nous transportent dans leur univers avec des ballades acoustiques, notamment leur single "Jennifer (Sits Alone)", un songwriting parfaitement maitrisé, des mélodies psychédéliques ("It's Taking Over Me", "Double Vision Love") le tout accompagné de jolies harmonies, comme sur le titre "Revolutionary Lovers", et rythmé par un incontournable tambourin. Un groupe made in UK à suivre de très près ! Meilleur titre : "Revolutionary Lovers" Note : 9/10 Maze 21 Octobre 2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :