Maze n°10 jui/aoû 2012
Maze n°10 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : c'est l'été !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
MUSIQUE GUNS N'ROSES LE GROUPE LE PLUS DANGEREUX DU MONDE EN CONCERT EN FRANCE ! En avril dernier, les Guns N’Roses entraient au Rock’n’Roll Hall of Fame aux côtés de groupes comme les Red Hot Chili Peppers, les Small Faces, Donovan et Joan Jett. Slash, Duff McKagan, Steven Adler et Matt Sorum étaient présents lors de la cérémonie (Izzy Stradlin avait un empêchement). Axl, lui, n’était pas là, et il a expliqué sa raison dans une lettre (la raison étant encore et toujours sa brouille avec Slash, la lettre est facilement trouvable sur internet), et a par la même occasion, réduit nos espoirs de reformation des Guns N’Roses « première version » à néant… Qu’à cela ne tienne, j’irai alors les voir pendant leur tournée européenne passant par notre pays très rock’n’roll en juin. Autant ne pas trop attendre. Les Guns nouvelle génération passent donc par Paris (où le pauvre chanteur se fait voler ses bijoux… et fait un tour à Intermarché, merci Le Petit Journal !), Strasbourg, Toulouse, Toulon, Montpellier, Lyon et font un passage le 16 juin au Hellfest pour promouvoir leur dernier album en date, Chinese Democracy (2008). Le 10 juin, je me rend donc à Lyon. Le concert doit débuter à 20h à la Halle Tony Garnier, mais j’y vais 1h plus tôt, histoire de ne pas être placée trop en retrait. Il y a déjà pas mal de monde devant la scène : des rockeurs et rockeuses trentenaires, des bons vieux rockeurs, une bande de bikers et quelques teenagers. Je parviens tout de même à me faufiler aux environs du septième rang. Maintenant, il faut patienter. Heureusement que j’ai deux amies lyonnaises avec moi, tout aussi fans des Guns N’Roses ! Et mes yeux se régalent d’un beau rockeur aux cheveux longs blonds (trentenaire cependant). A 20h15, les lumières s’éteignent. Des moteurs d’hélicoptères résonnent dans la salle et accompagnent le groupe de première partie qui arrive sur scène. Pendant plus d’une demiheure, No One Is Innocent, groupe résolument engagé, chauffe le public de son rock brut français. Malgré la bonne musique et un chanteur en forme, les paroles ne sont pas vraiment audibles… Les lumières se rallument enfin et l’attente recommence. Cette fois, le public est beaucoup plus fébrile. A la moindre personne débarquant sur scène, des cris redoublent alors que ce n’est qu’un pauvre technicien. Une heure passe… La foule devient vraiment impatiente et certains sifflent… De plus, rester debout, sans bouger et serré comme une armée désordonnée d’Orques combattant les Elfes aux Gouffre de Helm pendant plusieurs heures n’est pas des plus confortable ! Finalement après 1h30 d’attente (ce qui est raisonnable à la vue de certains concerts de ce groupe capricieux qui fait parfois patienter ses fans 3h où… ne montent tout simplement pas sur scène !) Maze 8 Eté 2012 Geffen Records
l’obscurité tombe… Les trois écrans géants s’allument. Sous une lumière rouge intense et les cris des spectateurs apparaît le guitariste DJ Ashba. Les autres membres du groupe (nombreux, ils ne sont pas moins de 8 sur scène !) le rejoignent et entament la première chanson, » Chinese Democracy », de l’album du même nom. Ils enchaînent avec « Welcome to the Jungle «, et on peut le dire, dans le public, c’est la jungle (oui, jeux de mots facile…). Axl Rose a toujours cette même voix puissante mais malheureusement les paroles ne sont pas plus intelligible que lors de la première partie… Puis viennent « It’s so Easy » et « Mr. Brownstone » qui font se déchaîner le public. Et Axl, qui s’amuse bien, coiffé de son chapeau et de ses lunettes, tout en sueur, déjà. La salle replonge dans le noir et s’affichent sur les écrans géants les mots GUNS puis N puis ROSES, scandés en chœurs par le public. Le groupe pratiquait déjà ce divertissement dans ses jeunes années… Quand les lumières se rallument, l’intro de batterie de « Rocket Queen » retentit et la folie s’empare une fois de plus du public. Une femme, pas très jeune, assise sur les épaules d’un homme profite qu’Axl soit tourné vers elle pour soulever son tee-shirt sous lequel elle ne porte rien ! Le chanteur la gratifie d’un sourire tout en continuant de chanter, imperturbable. Une autre chanson se termine et Axl présente le guitariste Richard Fortus et le laisse seul face au public entamer un solo orgasmique comme il sait bien les faire… Le groupe rejoint ensuite le séduisant guitariste pour l’explosive « Live and Let Die », avec pétards et explosifs justement, suivie de la ballade » This I Love », où la voix d’Axl atteint des sommets, puis « Better ». Le chanteur se retire ensuite pour laisser le bassiste Tommy Stinson chanter. Enfin, un piano est amené sur scène où Dizzy Reed prend place afin de faire une démonstration de ses talents et enchaîne avec « November Rain » où Axl tire enfin son chapeau et ses lunettes et est affublé de son bandeau rouge, comme au bon vieux temps… (le gras en plus mais on ne va pas lui en vouloir). S’en suit des tubes mythiques : « You Could Be Mine », « Sweet Child O’Mine », « Civil War », « Don’t Cry », ainsi que « Knockin’On Heaven’s Door » (interminable !), » Nightrain » et certaines chansons de Chinese Democracy, avec parfois des transitions solos, de DJ Ashba, Bumblefoot et un deuxième de Richard Fortus, ainsi qu’une reprise d’ » Another Brick In The Wall ». Le concert se termine sur la ballade « Patience » et le survolté « Paradize City », où des confettis roses et or tombent comme de la pluie sur le public. Les artistes saluent (Axl a retrouvé son chapeau tandis que Richard Fortus a laissé tomber la chemise…). Il n’y a pas de rappel mais après 3heures de show, cela se comprend. Cela semblait être un bon jour pour le sulfureux chanteur, qui réussit à garder sa voix intacte jusqu’à la fin du concert, et pour le groupe qui ne montra pas de signe de fatigue et était toujours à fond ! Un vrai show Guns N’Roses à l’ancienne avec pétards, explosifs, guitares saturées, supers solos… et un public comblé ! Les artistes saluent (Axl a retrouvé son chapeau tandis que Richard Fortus a laissé tomber la chemise…) Il n’y a pas de rappel mais après 3heures de show, cela se comprend. Cela semblait être un bon jour pour le sulfureux chanteur, qui réussit à garder sa voix intacte jusqu’à la fin du concert, et pour le groupe qui ne montra pas de signe de fatigue et était toujours à fond ! Un vrai show Guns N’Roses à l’ancienne avec pétards, explosifs, guitares saturées, supers solos… et un public comblé ! MAURANE TELLIER Maze 9 Eté 2012 gnrfrance



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :