Maze n°10 jui/aoû 2012
Maze n°10 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 50

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : c'est l'été !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
baigner ce qui pour elle est important. L'aide à revivre, prend du temps pour elle et en même temps n'est pas cette personne pleine de pitié face à l'handicap, au contraire parfois il oublie presque et manque de tact, mais il est comme ça. Il est là mais dès qu'elle lui parle de tendresse il ne sait plus, il dit qu'il est prêt parce que finalement il ne sait pas véritablement ce que c'est que l'amour, le vrai : il a peur de le montrer et pour lui l'amour physique est suffisant. La question est toujours après l'acte : qu'est-ce qu'il se passe ? Comment fait-on ? Ce sont véritablement les questions d'Ali, celui d'un "handicapé des sentiments", de la vie, qui n'a pas les codes pour vivre en société, va jusqu'à faire renvoyer sa soeur sans faire attention. Contre celles de Stéphanie handicapée physiquement, qui doit trouver la force de revivre et de se montrer. Elle qui aimait être regardée, avoir une certaine domination sur les hommes par sa beauté, doit maintenant trouver une satisfaction ailleurs, et comment faire avec ses jambes en moins pour continuer à avoir du pouvoir. Les réponses de ces personnages amènent quelque chose d'omniprésent dans le film ; la violence. Le film montre une montée en puissance de la violence chez les personnages, chez Ali car ses combats clandestins deviennent une source de revenus, mais aussi parce que finalement là dedans il est bon, partout il a échoué et là il réussit. Mais aussi principalement chez Stéphanie, c'est d'ailleurs avec cela qu'Audiard amène toute la force et l'ambiguïté du film. La force de vivre, elle la trouve dans la force d'Ali, le fait qu'elle soit abimée physiquement et que lui soit une brute avec tous ses membres et qui va s'abîmer dans les combats. Elle n'est pas répugnée, au contraire, ce qui nous amène au paroxysme du film. La scène où Ali est en sang en train de perdre un combat et où Stéphanie sort de sa voiture. Avec toute sa vulnérabilité au travers de ses prothèses mais avec aussi la dureté dans le regard, elle vient pour qu'Ali n'arrête pas son combat comme s'il n'avait pas intérêt à le perdre. Le voir s'abîmer lui redonne un pouvoir. Ce qui différencie aussi son dernier film de celui qui l'a précédé c'est le fait qu'il soit lumineux, qu'il y ait une esthétique, Audiard nous offre alors de très beaux plans avec une belle photographie ce qui donne une force supplémentaire à certaines scènes notamment les scènes de combats. Malgré le fait que la scène vers la fin avec l'enfant soit peut-être de trop, qu'elle engendre un côté fataliste du personnage, le réalisateur a une fois de plus montré son talent ainsi que les acteurs qui sont époustouflants. EMMA BOITTIAUX Maze 28 Eté 2012 D.R.
ACTU RENCONTRE AVEC JULIE DE WAROQUIER L'été commence, tout comme les vacances. Aparté propice aux excursions, peut-être les vôtres vous porterons t-elles jusqu'au Palais Luppé d'Arles ? ! Si cela est le cas, vous y rencontrez de curieuses photographies signées Julie de Waroquier. Véritables invitations au voyage et à la rêverie s'offrant au passant dans le cadre de l'exposition intitulée "Bonheurs simples...dans un monde de contraste", ces mises en scènes imprégnées d'une lumière intemporelle et douce poussent en effet le spectateur à plonger dans un univers où la fausse simplicité est une couleur à part entière. L'auteur de ces productions, une jeune femme lyonnaise de vingt-trois ans, s'y plait à défier les lois de la gravité, et toute en légèreté, s'amuse à rendre aux objets et sujets du monde réel des airs féériques et inventés. Nous accordant un peu de son précieux temps, Julie de Waroquier a bien voulu répondre à nos questions concernant son travail. C'est en exclusivité, et c'est pour vous dans Maze ! Maze 29 Eté 2012 Julie de Waroquier Julie de Waroquier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :