Maze n°1 octobre 2011
Maze n°1 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Association Inspira-Maze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : la censure.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
MUSIQUE CABARET VERT 2011 UN NOMBRE DE FESTIVALIERS RECORD POUR UNE ÉDITION HAUTE EN COULEURS ! C'est dans la ville de Charleville-Mézières (08) que se déroule chaque année, depuis maintenant 7 ans le Cabaret Vert, éco-festival à la programmation éclectique allant du métal à l'électro-punk en passant par le reggae, le rock et la chanson française. Cette année, le festival nous faisait saliver depuis avril et Le vendredi fut un melting-pot de genres. A commencer par le métal/hardcore de Hatebreed. Malgré une très mauvaise qualité sonore, l'ambiance du concert était enflammée comme le montre cette vidéo (notamment à 1:40 où le public a créé un tourbillon !). Dans un registre plus soft, This Is Not Hollywood et The Wombats ont livré d'excellentes performances notamment ces derniers, originaires de Liverpool, qui ont fini leur setlist par un savoureux "Let's Dance To Joy Division". Les australiens de the Death Set et les allemands d'Atari Teenage Riot dans leurs sets énergiques ont g31 10 l'annonce des premiers noms : Iggy Pop and the Stooges, Peter Doherty, NOFX, The Wombats, The Do, Lilly Wood & The Prick, The Rapture, The Death Set, Vitalic, Selah Sue, Atari Teenage Riot, Stupéflip, Sexy Sushi, Mademoiselle K, The Bellrays, The Shoes et bien d'autres... Et bien cette excellente programmation ne nous a pas déçu ! Benjamin Lemaire assuré. Sur la Grande Scène nous avons ensuite vraiment été conquis par la douceur psychédélique de The Dø. La chanteuse, Olivia Merilahti, est vraiment ravissante, sa voix très jolie, la musique grandiose. La nuit était tombée. Nous nous sommes fait entourer de punks à crêtes démentielles. Pas de doute, Iggy Pop & the Stooges étaient attendus. Et BAM ! Les Stooges débarquent, entament "Raw Power'", Iggy commence à chanter, les pogos partent de tous les cotés, l'ambiance est folle, des gens montent sur scène, le public chante en choeur le célèbre "I Wanna Be Your Dog", et le concert
se finit par un "No Fun" révolté. Même si Iggy était un peu moins en forme que d'habitude, ce concert fut vraiment génial. La soirée se finit par Sexy Sushi. La prestation est à prendre au 46e degré, la musique est Après une bonne nuit de sommeil, nous étions prêts à attaquer ce long samedi. Grâce à leur pop, psyké-folk pour les uns et folk-électro pour les autres, les Bewitched Hands et Lilly Wood & the Prick ont donné de la bonne humeur dans le public, plus nombreux que la veille. C'était ensuite au tour de Selah Sue d'enchanter la foule venue l'applaudir devant la scène des Illuminations. La chanteuse a une voix magnifique mais son show manque de fond, la musique reste tout de même très agréable à écouter. La découverte de la soirée fut he Bellrays. Un groupe au son punk avec une chanteuse soul à la Aretha Franklin, vraiment surprenant et accrochant. Nous n'allons pas vous mentir, cela faisait 6 mois que nous attendions avec impatience le concert de Peter Doherty. Nous ne fumes pas déçus. L'enfant terrible du rock anglais débarque seul sur scène avec sa guitare. Il nous interprète magnifiquement bien les ballades de son album solo comme "Last Of The English Roses" où deux danseuses classiques viennent l'accompagner, "Arcady" ou encore "For Lover". Et on savoure les reprises des tubes de ses deux groupes que sont les Libertines et les Babyshambles : "Can't Stand Me Now", "Don't Look back Into The Sun", "Delivery" et l'excellent "Fuck Forever" dernier 11 chouette mais faire monter des gens presque nus sur scène et les jets de plantes vertes et de chaises en plastique dans le public est assez spécial. e7 Benjamin Lemaire morceau du concert. Il joue à merveille son personnage de dandy et finit en jetant sa guitare dans le public, qui fut brisée en dizaines de morceaux distribués à tout va ! Bien sur le chanteur a été critiqué après son show. Supercherie, arnaque musicale, junkie... Et bien nous n'avons personnellement jamais vu un personnage avec autant de charisme, arrivant à captiver plus de 20.000 personnes avec une simple Gibson. L'ambiance du concert de NOFX fut sans doute la meilleure du festival. Le punk-rock tout en énergie des américains a mis le feu avec un final assez burlesque. La soirée se finit par les Rapture, très bon concert, le nouvel album rend vraiment bien sur scène encore une belle surprise. Le dimanche se veut, au Cabaret Vert, traditionnellement familial. Le billet du jour est en effet à 5 €, la programmation est exclusivement française. Ce jour ne nous a pas enchanté plus que cela même s'il on salut la belle performance de Mademoiselle K et l'excellent concert de Stupéflip, un univers à part entière v r ai me n t t r è s b i en r o dé. L e s T ê t e s Raides et Pigalle ne sont pas vraiment notre tasse de thé, mais les adeptes ont beaucoup aimé.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :