Manager & Réussir n°8 sep/oct/nov 2015
Manager & Réussir n°8 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°8 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : la révolution co-working.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Manager Business ENQUÊTE « PROJECTEUR » UNE FORTE ATTENTE DES DIPLÔMÉS Le coworking s’impose aussi comme un nouveau cadre innovant en termes de flexibilité et d’organisation. Il répond ainsi aux attentes d’une génération d’actifs qui chercherait de nouvelles formes de travail. Ainsi, selon une étude du cabinet d’audit Deloitte réalisée auprès d’un panel d’étudiants de grandes écoles et d’universités, 96% des futurs diplômés interrogés aimeraient bénéficier d’une flexibilité entreprise/domicile en termes de lieu de travail. Ils seraient 65% à vouloir exercer leur profession en nomade. 28 En 2015, le travail est de plus en plus flexible et nomade. D’où l’intérêt du coworking. ou 42 Floors aux États-Unis. Selon certains, cette nouvelle forme de travail remet fondamentalement en question les anciennes théories pyramidales du travail. Aujourd’hui, le travail se fait en réseau par une agrégation ponctuelle de compétences s’associant et se dissociant selon les projets, plus rapide et flexible que les structures très hiérarchisées des entreprises, le réseau remplaçant potentiellement l’entreprise. WWW.BUREAUXAPARTAGER.COM Bureaux À Partager est le site sur lequel trouver son espace de travail flexible idéal  : du bureau permanent à la salle de réunion ponctuelle. Dès que vous avez trouvé le lieu qui vous convient vous entrez directement en relation avec son propriétaire. C’est facile et très rapide ! Sur BAP, vous trouverez des bureaux indépendants, des bureaux partagés par des entreprises, des espaces de coworking, des incubateurs et des salles de réunion à louer à l’heure. Le partage de bureaux (colocation d’entreprises) permet de faire des économies en mutualisant les espaces et les charges communes. Mais au-delà de l’aspect financier, il permet aussi de dynamiser l’environnement professionnel et de créer des synergies entre les entreprises. Dans un espace de coworking, les membres sont complémentaires et signent des contrats entre eux. On retrouve les pôles de compétence principaux de l’entreprise (créatifs, managers, communicants) ce qui permet à chaque membre un accès facile, naturel et enrichissant à des ressources humaines variées. Ajoutez à cela un cadre convivial favorisant l’échange et vous verrez y naître des collaborations. Concrètement, les espaces de coworking proposent, via le plus souvent un système de tickets, un espace partagé accessible à la demi-journée, la semaine, le mois ou plus, pour travailler, dialoguer, collaborer... bref, assouvir les besoins d’interaction et d’échange de connaissances. On y partage un bureau mais aussi des ressources (électricité, frais de lignes téléphoniques, réseau Internet, salles de réunion, visioconférence…) ou différents services (formations, assistance informatique, gestion du courrier, cafétéria…). Et surtout, on peut y mener des projets communs. De ce fait, ces endroits intéressent les entreprises - de plus en plus en recherche de freelances - qui y voient un vivier de professionnels aguerris au travail en réseau et aux problématiques de veille technologique. VERS UNE ÉCONOMIE DU PARTAGE Le coworking n’est qu’un exemple de cette économie du partage qui se développe en France et dans le monde entier. Revente, don, troc, location de court terme, emprunt  : tous ces autres modèles - monétarisés ou non, entre particuliers
Brian Chesky, le fondateur et PDG d’Airbnb ou par l’intermédiaire d’entreprises ou d’associations - peuvent permettre d’augmenter la durée d’usage de biens consommateurs de ressources. Ils construisent tous une véritable économie du partage qui se renouvelle sous l’essor des technologies numériques. Les biens « partageables » représentent environ un quart des dépenses des ménages et un tiers de leurs déchets, et si les modèles de partage étaient utilisés « au mieux », c’est jusqu’à 7% du budget et 20% des déchets des ménages qui pourraient être économisés. Travis Kalanick, le fondateur et PDG d’Uber Comme l’explique Damien Demailly (Iddri), « Les pouvoirs publics doivent construire un cadre économique et réglementaire favorable aux modèles vertueux. Les initiatives naissantes permettant d’explorer de nouvelles pistes peuvent être soutenues via  : une visibilité accrue, des financements et incubateurs, l’adaptation de certaines réglementations. » UBER, BLABLACAR, AIRBNB & LES AUTRES L’économie du partage est plébiscitée par les Français. Selon l’Eco- Scope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 22% des Français interrogés utilisent déjà l’un de ces services. Un résultat remarquable, alors que la plupart des acteurs de cette économie n’ont que quelques années d’activité dans le pays. La France est déjà le deuxième marché mondial d’Airbnb, le géant américain de location temporaire entre particuliers. Paris est aussi la deuxième ville en Europe pour Uber. « Ce chiffre de 22% est très bon, il montre que l’économie du partage est en phase de développement. Mieux, près de 30% des Français sondés comptent y recourir au cours des douze prochains mois. Le potentiel d’utilisateurs est donc très important », souligne Frédéric Micheau, Directeur des études d’opinion chez OpinionWay. Comme l’explique si bien Frédéric Mazzella, le fondateur de BlaBlaCar (lire son portrait P.10 de ce numéro), l’économie collaborative et de partage représente l’avenir de notre société, en favorisant les échanges et la transmission de valeurs essentielles dans le monde de l’entreprise. Elle permet également l’émergence d’un nouveau mode de management plus interactif, plus transversal et plus humain. n F.D. Frédéric Mazzella, le fondateur de BlaBlaCar. 29 François Bouchon/Le Figaro



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 1Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 2-3Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 4-5Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 6-7Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 8-9Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 10-11Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 12-13Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 14-15Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 16-17Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 18-19Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 20-21Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 22-23Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 24-25Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 26-27Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 28-29Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 30-31Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 32-33Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 34-35Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 36-37Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 38-39Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 40-41Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 42-43Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 44-45Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 46-47Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 48-49Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 50-51Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 52-53Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 54-55Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 56-57Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 58-59Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 60-61Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 62-63Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 64-65Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 66-67Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 68