Manager & Réussir n°8 sep/oct/nov 2015
Manager & Réussir n°8 sep/oct/nov 2015
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°8 de sep/oct/nov 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : la révolution co-working.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Manager Business RÉUSSITE 22 STÉPHANE COURBIT Les ambitions planétaires du big-boss de la prod’A 50 ans, l’entrepreneur français pourtant discret est surtout connu pour sa carrière et ses succès en tant que producteur audiovisuel. Pourtant, voici un redoutable homme d’affaires qui rayonne dans de nombreux domaines  : de la télévision à l’hôtellerie en passant par l’énergie et les jeux en ligne. Portrait. Comme Arnaud Lagardère, Stéphane Courbit a su diversifier ses investissements. On ne sait pas grand-chose de la vie privée et intime de ce magnat de la production. Stéphane Courbit, né le 28 avril 1965 à Crest dans la Drôme, poursuit grâce au programme boursier du CROUS des études supérieures à l’IUT de Valence et à l’Institut Supérieur de Gestion de Paris. Par la suite, il s’est fait connaître du grand public en dirigeant Endemol France, la société de production qui a lancé la première émission de télé-réalité en France  : Loft Story. Mais revenons d’abord sur son démarrage professionnel dans le PAF. SES DÉBUTS AVEC DECHAVANNE PUIS ARTHUR En 1990, il rencontre Christophe Dechavanne à la fin de l’émission Ciel, mon mardi ! et se fait engager d’abord comme stagiaire chez Coyote Conseil. Embauché dans la foulée comme homme à tout faire par l’animateur - « Stéphane, un café ! » selon la légende - l’élève dépasse rapidement le maître
et le quitte. Car en 1994, il s’associe avec le présentateur Arthur et crée la société CASE qui devient ASP (Arthur Stéphane Production) qui produit l’émission à succès Les Enfants de la Télé. En 1998, le Néerlandais Endemol entre au capital d’ASP qui devient alors Endemol France. La nouvelle entité - plus de 1000 heures de programmes à l’année - est rachetée en 2000 par Endemol - lui-même racheté par l’espagnol Telefónica. Mais Stéphane Courbit reste à la tête d’Endemol France et impose la téléréalité dans l’Hexagone. En avril 2001, Endemol France produit en effet Loft Story, la première émission de téléréalité diffusée par M6. D’ENDEMOL FRANCE À LOV GROUP Fin 2007, Stéphane Courbit revend les 50% d’Endemol France, quitte sa direction et crée sa propre holding d’investissement, Lov Group - acronyme composé des premières lettres des prénoms de ses enfants -, centrée sur des activités liées au divertissement et aux métiers numériques. Il fonde donc son groupe et axe sa stratégie d’investissement sur des sociétés spécialisées autour de quatre secteurs principaux  : l’Internet (avec le jeu en ligne et le financement collaboratif), la production audiovisuelle, l’énergie, et l’hôtellerie haut-de-gamme. Stéphane Courbit a par ailleurs investi dans le sport (réseau de foot en salle). Stéphane Courbit a lancé sa holding avec l’ambition de se positionner au cœur des marchés en croissance tels que l’ouverture des jeux en ligne, la dérégulation de l’énergie, l’investissement collaboratif, la production audiovisuelle, l’hôtellerie de luxe… Lov Group opère en 2015 dans 25 pays (Europe, Amérique du Nord, Océanie) et constitue l’actionnaire de référence au sein de ses filiales. Sa mission est de détecter et de s’implanter sur les marchés de demain. Stéphane Courbit possède également Lov Hotel Collection, un groupe d’hôtellerie de luxe réunissant 6 établissements à Courchevel, Gordes et Saint-Tropez. « J’ai réinvesti toute ma fortune dans le groupe Lov, qui emploie aujourd’hui 5 000 personnes » explique-t-il. Sans abandonner l’activité à laquelle il doit sa fortune, Stéphane Courbit est devenu un investisseur avisé et un business-man horspair, dont l’image a juste été un peu écornée par sa présence dans l’affaire Bettencourt. Rappelons en effet que le 28 mai dernier, Stéphane Courbit a été condamné à une amende pénale de 250 000 euros par le tribunal correctionnel de Bordeaux dans le procès Bettencourt. SA CULTURE D’ENTREPRISE Plus qu’un actionnaire, Lov Group se positionne comme le partenaire de ses filiales, une implication qui se traduit par un accompagnement tant aux niveaux humain, financier, que stratégique. Une stratégie que Stéphane Courbit résume ainsi  : « Notre esprit entrepreneur nous pousse à identifier les marchés porteurs de demain et à s’intéresser aux entreprises innovantes afin de les développer. Notre objectif est d’accompagner de jeunes entreprises dans leur expansion, de découvrir de nouveaux talents et d’investir aux côtés de partenaires industriels, entrepreneurs, ingénieurs, artistes, créatifs, qui ont tous en commun la passion de l’innovation. » Pas étonnant de voir le patron devenir un business-angel qui compte avec la création du fonds de dotation Lov’Entreprendre. N°3 EUROPÉEN DE LA PRODUCTION TÉLÉ C’est donc en janvier 2008 que Stéphane Courbit a créé au sein de sa holding, et aux côtés de partenaires industriels (Groupe Arnault, Familles Agnelli et De Agostini, AMS Industries) Banijay Entertainment, une autre holding regroupant une dizaine de sociétés de production télé  : Air Productions (Nagui), Banijay Productions (Alexia Laroche-Joubert), H20 (Cyril Hanouna) en France, Cuarzo en Espagne, Brainpool en Allemagne, Nordisk dans les pays nordiques, Bunim Murray aux États-Unis, Screentime en Australie. Il a parallèlement investi dans Euro Media Group, leader européen dans la fourniture de prestations techniques audiovisuelles qui détient les studios de télévision de La Plaine St Denis via Studios de France. Même s’il a su diversifier ses activités dans de nombreux secteurs en forte croissance, Stéphane Courbit n’a pas du tout abandonné ses premières amours et ses ambitions planétaires en matière de production audiovisuelle. En effet, après l’alliance, en octobre dernier, des groupes Endemol, Shine et Core Media, deux autres géants européens du secteur, sa filiale française Banijay et l’italien Zodiak (qui regroupe des sociétés comme Marathon, ALP ou GTV, et a réalisé environ 500 millions d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier), ont officialisé leur mariage. Réalisant ensemble un chiffre d’affaires d’un peu moins d’un milliard d’euros, ils forment aujourd’hui le numéro trois européen de la production d’émissions pour la télévision, derrière deux rois de la téléréalité  : l’anglo-néerlandais Endemol-Shine (plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires) et l’allemand Fremantle (1,5 milliard d’euros). Bref, le dynamique et discret quinqua que ses collaborateurs présentent comme un grand professionnel, travailleur infatigable et manager humaniste, n’a décidément pas fini de nous étonner. n F.D. Plus d’infos sur www.stephane-courbit.com LES FILIALES DE LOV GROUP Betclic Everest Group (jeux en ligne) Banijay (production audiovisuelle) Euro Media Group (production audiovisuelle) Direct Energie (énergie) MyMajorCompany (financement collaboratif) Le Five (sport) Créé par Lov Group en 2014, holding présidée par Stéphane Courbit, Lov’Entreprendre est un fonds de dotation qui a vocation à aider les porteurs de projets de création ou de reprise d’entreprises en Drôme-Ardèche. Il est né d’un constat simple  : la création et la reprise d’entreprises, parce qu’elles permettent aux créateurs/repreneurs de créer leur propre emploi et leur donnent la possibilité d’en créer d’autres autour d’eux, sont un levier majeur pour stimuler l’emploi et le dynamisme économique d’un territoire. Si l’intention est courageuse, la création ou la reprise d’une entreprise reste cependant un choix difficile, un parcours souvent solitaire et semé d’embuches, financières et administratives. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 1Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 2-3Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 4-5Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 6-7Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 8-9Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 10-11Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 12-13Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 14-15Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 16-17Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 18-19Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 20-21Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 22-23Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 24-25Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 26-27Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 28-29Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 30-31Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 32-33Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 34-35Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 36-37Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 38-39Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 40-41Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 42-43Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 44-45Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 46-47Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 48-49Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 50-51Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 52-53Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 54-55Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 56-57Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 58-59Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 60-61Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 62-63Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 64-65Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 66-67Manager & Réussir numéro 8 sep/oct/nov 2015 Page 68