MAHG n°2019-02 jui à déc
MAHG n°2019-02 jui à déc
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2019-02 de jui à déc

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Musées d'art et d'histoire de Genève

  • Format : (240 x 320) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : silences...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Un gobelet d’orfèvre le domaine des arts appliqués a reçu en legs de Madame Jeanne-Marie Bader un gobelet couvert en argent de l’orfèvre nurembergeois Wolfgang rössler (1655-1717), daté vers 1700. le décor au repoussé alterne paysages et guirlandes de fruits dans des médaillons et joue du contraste entre l’argent et le vermeil. le bouton de préhension d’origine au sommet du couvercle a été remplacé par une clochette à une date postérieure. cette œuvre rejoint la collection d’orfèvrerie européenne du musée, qui contient déjà plusieurs beaux exemples de facture allemande. Outre ses qualités artistiques, ce gobelet présente un intérêt historique car son parcours peutêtre retracé de sa création à nos jours. en effet, ainsi que l’indique l’inscription en latin au revers du couvercle, il est offert par Jean abraham Mercklin (1674-1720) le 12 juillet 1700 à son père, georges abraham (1644-1702), en mémoire d’un mariage heureux conclu sur ses conseils. Jean abraham est un médecin allemand, membre de l’académie impériale des curieux de la nature, dont le fils épouse en 1722 à genève, camille antoinette huaud. celle-ci est la fille de Jean-Pierre huaud (1612-1680), bourgeois de genève et peintre sur émail, dont le musée possède plusieurs œuvres. le gobelet arrive à genève par ce biais et est transmis dans la descendance au gré des alliances, notamment dans les familles de luc et revilliod. Bénédicte De Donker, conservatrice en chef, domaine Arts appliqués ENRICHIS- SEMENTS itt.e. : S.,41 Oeirr.,beikre,é, I 7htys itt1 ; Ç Die ? t" çeed.C.-tell"'.4.5:4ègq. "'e4Ive  : Ifeec. Alain Huck (né en 1957), Et consumimur, 2018. Fusain sur papier, 2140 x3170 mm. Wolfgang Rössler (1655-1717), gobelet couvert, v. 1700. argent partiellement doré, décor au repoussé,h. 21 cm.
Rare et magnifique ! deux arguments de poids ont prévalu en faveur de l’acquisition d’une montre de poche émaillée, à sonnerie et carillon, et de sa clef accordée  : l’un est lié à la signature de l’œuvre et l’autre à sa provenance. d’une part, le patronyme neuchâtelois Jaquetdroz, associé à celui de leschot à genève, compte parmi les noms les plus réputés de l’horlogerie du dernier quart du XvIII e siècle  : leurs créations exceptionnelles – notamment destinées au marché chinois – installent à genève l’horlogerie à grande complication et portent leurs auteurs au panthéon des horlogers suisses, parmi les rochat, Piguet & Meylan et autres Bovet... d’autre part, l’œuvre parfaitement conservée est directement liée à gustave loup (Tien-Tsin, 1876 – genève, 1961), négociant horloger et collectionneur fameux  : le garde-temps qu’il acheté en chine a rejoint sa collection d’horlogerie et d’émaillerie qui a compté jusqu’à deux cents pièces de premier ordre et qui fut exposée notamment à genève, au Musée des arts décoratifs, à l’athénée et au Musée d’art et d’histoire. gustave loup avait d’ailleurs fait don en 1915 au Mah d’une montre Bovet, rejointe en 1939 par des achats effectués par le musée auprès de l’Office des faillites. ces montres dites chinoises illustrent une époque brillante d’une industrie genevoise célèbre entre toutes  : l’émaillerie appliquée au décor de la montre. l’œuvre aujourd’hui accueillie au musée offre ainsi de nouvelles perspectives à l’entier de la collection et alimentera sans aucun doute études et projets futurs. Estelle Fallet, conservatrice en chef, domaine Horlogerie, émaillerie, bijouterie et miniatures Et consumimur le fonds de dessins contemporains suisses du Mah s’est récemment enrichi d’une œuvre majeure de l’artiste alain huck (né à vevey en 1957). cette feuille aux dimensions monumentales témoigne de la pratique singulière que le vaudois développe depuis 2007  : de vastes compositions réalisées au fusain à partir de projections d’images superposées, dont la stratification, l’enchevêtrement et le brouillage des motifs sont proprement vertigineux. le titre de ce dessin emprunte à la locution latine sous forme de palindrome In girum imus nocte ecce et consumimur igni (« nous tournoyons dans la nuit et nous voici consumés par le feu ») , allusion aux papillons attirés par une flamme qui leur sera fatale. en choisissant cette formule, par ailleurs adoptée in extenso en 1978 par guy debord pour le titre de son film dénonçant l’aliénation des êtres par la société capitaliste moderne, alain huck suggère l’ambivalence de la vie humaine, partagée entre l’espoir, le désir, la quête et une fin aussi inéluctable que tragique. cette thématique complexe et profonde est servie par une exécution virtuose, dans un dessin qui compte déjà parmi les fleurons de la collection du cabinet d’arts graphiques du musée. Caroline Guignard, assistante conservatrice Pierre Jaquet-Droz (1721-1791). La Bonne Aventure. Montre de poche et sa clef, 1790. Mouvement à sonnerie, échappement à cylindre, mouvement à carillon, cinq airs et sonnerie des heures sur cloche, au passage ou à volonté. cadran d’émail blanc, aiguilles en or, grande seconde centrale. décor peint en émail « La Bonne Aventure ou Henri et Emma », inspiré de deux œuvres d’angelica Kauffmann(1741-1807). Poinçon à deux étoiles sur le fond de la boîte  : *Jd*. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :