MAHG n°2018-02 sep à fév 19
MAHG n°2018-02 sep à fév 19
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2018-02 de sep à fév 19

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Musées d'art et d'histoire de Genève

  • Format : (240 x 320) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : belles impressions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 191bto-àlei-018 Hodle(r)estauré le 20 avril dernier, la Journée de conservationrestauration organisée au Mah était consacrée au vaste projet que fut la restauration de plusieurs des œuvres de Ferdinand hodler, en vue de cette année spéciale. aujourd’hui, une exposition-dossier revient en détail sur l’étude scientifique et la conservation de ces tableaux, dans le parcours des salles beaux-arts du Musée d’art et d’histoire. cette présentation temporaire met en lumière le processus de réalisation de trois peintures  : le Portrait de Francine Maylac, L’Homme à la jambe de bois et la première version du Garçon enchanté. autour d’elles, des œuvres graphiques associées et une imagerie scientifique complète mettent à jour les différentes étapes de travail. la question de leur conservation matérielle est également abordée dans un film documentaire produit pour cette occasion et présenté dans la salle, ainsi que dans une série de supports didactiques retraçant les étapes de leurs traitements de restauration. Victor Lopes, responsable de la conservation-restauration atelier Boissonnas (genève, 1862 - genève, 1983), Ferdinand Hodler, 1913 Épreuve argentique noir-blanc encollée sur carton, 225 x 167 mm (image)
MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE rue charles-galland 2 I ch-1206 genève T +41(0)22 418 26 00 I mah@ville-ge.ch HEURES D’OUVERTURE de 11 à 18 heures I FerMÉ le lundI Un trésor dévoilé  : les carnets de Ferdinand Hodler Le processus créatif de Ferdinand Hodler est au cœur d’une série d’expositions-dossiers proposées dans le parcours permanent du Musée d’art et d’histoire. Hodler  : influences et postérité invite à se pencher sur ses carnets de notes, sa technique et la manière dont il a ancré la figure historique du guerrier suisse dans la conscience culturelle nationale HORS CADRE LES RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER DU 28 SEPTEMBRE AU 30 DÉCEMBRE 2018 INAUGURATION LE 27 SEPTEMBRE DE 18 À 21 HEURES acquis par le Musée d’art et d’histoire en 1958 et 1976, les deux-cent-quarante-et-un carnets de notes et croquis de Ferdinand hodler ne sont que très rarement présentés au public. leur fragilité et leur manque (apparent !) d’attractivité les ont en Publication effet tenus à l’écart des expositions jusqu’en 2011. caroline guignard, Les Carnets de Ferdinand le cabinet d’arts graphiques du Mah avait alors Hodler, série « reflets des collections », Musée d’art intégré plusieurs de ces « documents d’archives » et d’histoire, genève, 2018, 102 pages, chF 20.- dans sa présentation Hodler. Œuvres sur papier. ces modestes livrets de poche constituent pourtant un véritable trésor. sa carrière durant, hodler y a consigné esquisses, idées de compositions, notes personnelles, adresses ou encore éléments de théorie artistique. en cette année de commémoration, les visiteurs peuvent ainsi découvrir la diversité des contenus et des fonctions de ces carnets, témoignages exceptionnels de l’intimité et du processus créatif du peintre. une publication, la première jamais consacrée à ce fonds, permet de poursuivre cette plongée au cœur d’un œuvre parmi les plus singuliers de son temps. Caroline Guignard, assistante conservatrice au Cabinet d’arts graphiques Rendez-vous d’artistes, visites-sandwich, concerts... Programme détaillé sur www.mah-geneve.ch EXPOSITIONS Le guerrier suisse si les œuvres à caractère historique ne constituent pas la part prédominante de la production de Ferdinand hodler, elles ont grandement contribué à sa notoriété, en dépit – ou grâce – aux vives polémiques qu’elles suscitent au moment de leur création. le Musée d’art et d’histoire a la chance de posséder un abondant matériel préparatoire lié aux décors de la salle d’armes du Musée national suisse à Zurich. le dernier carton de la fameuse Retraite de Marignan, qui a valu au peintre de si violentes oppositions, est ainsi exposé dans l’escalier d’honneur de l’institution. la figure du guerrier suisse, à laquelle hodler s’est à plusieurs reprises identifié au gré des vicissitudes de sa carrière, sert de fil rouge à la présentation proposée dans la salle des armures à l’occasion du centenaire de la mort de l’artiste. héritée des peintres-mercenaires du XvI e siècle, cette thématique connaît une forte résurgence dans la production artistique helvétique du dernier quart du XIX e siècle. le jeune État fédéral est alors en quête d’images exaltant le sentiment patriotique à travers la célébration de son passé héroïque  : il trouve en hodler son interprète le plus emblématique, qui confèrera au rude combattant confédéré des origines un statut d’icône identitaire. Une mise en perspective inédite la présentation propose une approche originale de trois toiles mettant en scène cet archétype national. Face à un Guerrier à la hallebarde (1895) réalisé pour le Palais des beaux-arts de l’exposition nationale de genève en 1896, à La Bataille de Morat (1917) et à Dietegen couvrant la retraite de Marignan (1906-1907), le visiteur est convié à (re)découvrir des pièces de la collection d’armes anciennes contemporaines des guerres de Bourgogne et d’Italie. Parmi celles-ci, quelques « souvenirs » matériels, réputés provenir des batailles de Morat (1476) et de Marignan (1515), témoignent de l’aura symbolique émanant de ces épisodes historiques. enfin, deux des carnets de croquis de hodler (dont on peut voir une sélection dans les salles beauxarts, lire ci-contre) donnent un aperçu du travail de documentation réalisé par le peintre quant aux costumes et à l’armement de ses guerriers. démentant les reproches de ses détracteurs, il accumule dans ces précieux fascicules notes et esquisses d’après les maîtres anciens et d’après les armes qu’il copie dans divers arsenaux suisses, ainsi qu’à la salle des armures de genève. Corinne Borel, collaboratrice scientifique 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :