Magma n°3 sep/oct 2009
Magma n°3 sep/oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de sep/oct 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : SunMédia EURL

  • Format : (210 x 230) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : Green Academy... recyclez, ça en jette !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Texte : Eva Duval/Photo : Jean-Michel Albert AH … TAHITI ! VOUS AIMERIEZ Y ÊTRE ? QU’À CELA NE TIENNE ! AVEC LE VA’A, ON S’Y CROIRAIT PRESQUE… CE SPORT D’ÉQUIPE ET D’ENDURANCE, QUI MÊLE SENSATION DE GLISSE ET VITESSE, DEVRAIT VOUS PLAIRE. RENDEZ-VOUS AU CENTRE MUNICIPAL DE VOILE DE MARSEILLE POUR UNE HEURE RICHE EN ÉMOTIONS. II est 18h30. Julo Tefau, responsable de la section Va’a au Club de Marseille Mazargues, me prête un shorty et commence ses explications. La pirogue tahitienne, ou le Va’a, est un sport traditionnel polynésien. Aujourd’hui modernisé, il conserve certaines coutumes. Sur le V6 (Va’a de six places), chacun a un rôle bien précis. "Le numéro 1 donne le rythme. C’est le faahoro. Les numéros 2, 3 et 4 donnent la puissance. Ce sont les moteurs. Le numéro 5 accompagne, et le numéro 6, le peperu, est le barreur", explique-t-il. Le capitaine, le tare, se trouve parmi les moteurs. Lorsqu’il chante, chaque rameur doit changer sa rame de côté de manière parfaitement synchronisée. Je vois enfin à quoi ressemble ce fameux Va’a : une pirogue (beaucoup plus longue et beaucoup plus fine qu’un kayak, si l’on tient à la comparaison) dont la stabilité est assurée par un flotteur latéral, faisant office de balancier. Mais attention ! On n’y entre pas n’importe comment ! On ne doit jamais se mettre debout à l’intérieur. Sur ce, j’essaie tant bien que mal de mettre une jambe de chaque côté du Va’a et de me laisser tomber à ma place. Je rentre ensuite mes deux gambettes, une par une. Pour ramer, c’est très technique aussi. J’écoute les conseils qu’on me donne en me sentant de moins en moins rassurée. Bien équipée de mon gilet de sauvetage, je suis prête. Et c’est parti pour la grande aventure… 32 Dans le V6, je suis à la place numéro 5. Tout est très synchro(eh oui, chaque mouvement parasite freine l’engin !). On doit tous ramer exactement en même temps, un sur deux à droite, les autres à gauche. Tous les six ou huit coups, le tare chante, on change de côté. Ceux qui ramaient à gauche rament à droite et vice versa. J’en profite pour admirer un peu le paysage, je suis grisée par l’eau sur laquelle on glisse, tout près, tout près…Oup’s ! La rame m’échappe presque, je suis déjà en retard par rapport aux autres. Vite, vite, je reprends le rythme. On va à une vitesse incroyable, 8 ou 9 km/h, rien qu’à la force de nos petits biscotos (euh… surtout des leurs d’ailleurs !). Au bout d’une bonne demie heure, je commence à sérieusement sentir mes épaules (oui, oui, c’est vraiment un sport et pas seulement un loisir !). Les autres rameurs ont pitié de moi ; on ne tarde pas trop à faire demi-tour. LORSQU’IL CHANTE, CHAQUE RAMEUR DOIT CHANGER SA RAME DE CÔTÉ RECHERCHE COLOCATAIRE POUR OCTOBRE À LA PENSION DES MIMOSAS. CONTACTER LA RÉDACTION : )
Pratique EQUIPEMENT : le VA’A se pratique en shorty et en gilet de sauvetage, été comme hiver. Il vous faudra également une rame/Les sorties se font à partir de la BASE NAUTIQUE DU CMV avec le CLUB MARSEILLE MAZARGUES (06 74 19 68 90) ou à la Pointe Rouge avec LE CLUB MANU-URA 13 (06 17 87 01 77)/Environ 100 € 0 € à l’année/Pour débutants ou initiés/Durée d’une séance d’initiation : 1h/Durée d’une séance pour les abon nés à l’année : 2h30 à 3h/Plus d’infos sur www.fairedusportamarseille.com En résumé, une séance de découverte très sympa, bien que fatigante. Je vous laisse imaginer les courbatures le lendemain ! Mais bon, c’est ça le sport ! Et puis l’ambiance est vraiment agréable. La majorité des rameurs sont tahitiens. Certains ont commencé la pratique du Va’a il y a seulement quelques mois, mais déjà, on les sent très soudés entre eux. Bel esprit d’équipe… Et vive Tahiti ! POUR SAUVER UN ARBRE, MANGE UN CASTOR !!! : )



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :