Magma n°18 mar/avr/mai 2013
Magma n°18 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : SunMédia EURL

  • Format : (210 x 230) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, consommons différent !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Le crowdfunding Parmi toutes les pratiques collaboratives développées sur le web, une activité en particulier a pris une ampleur considérable ces dernières années : le crowdfunding, comprenez financement collaboratif. De l’initiateur KickStarter, à KissKissBankBank, son cousin français, en passant pas Indiegogo, Rocket Hub ou encore Ulule, les sites ne manquent pas. Le principe ? Chaque internaute est invité à soumettre un projet à la générosité des visiteurs dans des catégories diverses et variées : écologie, documentaire, art, photographie, musique, cinema... En fonction du niveau de financement, le, ou les auteurs, du projet s’engage à offrir des contreparties à leur financeurs. Véritables déclencheurs d’initiatives, ces nouvelles plateformes transforment la création. Si vous avez des idées à l’état de projet, foncez ! Cette mouvance s’accompagne-t-elle pour autant d’un retour au militantisme ? “Non, la consommation collaborative est apolitique, elle est simplement pratique. C’est un désir de consommer différemment, pas un mouvement politique”, explicite Edwin Mootoosamy. D’ailleurs, selon l’étude réalisée par l’institut Obsoco, les consommateurs collaboratifs ne sont pas dans une démarche alternative ou politique mais bel et bien pratique. “Bien sur, il y a une remise en cause d’un système mais le but premier pour le consommateur est de consommer mieux”, indique Lucie Rechard. Avec le scandale de la viande de cheval dans les plats surgelés, La Ruche qui dit Oui a d’ailleurs observé une forte hausse de ses inscriptions. Un nouveau modèle économique ? Tous les experts consultés s’accordent en tout cas sur un point : ces nouvelles manières de consommer ne sont pas un simple effet de mode, mais bien un mouvement de fond, un changement fondamental des mentalités. Pour Dominique Turcq, président de l’institut Boostzone, l’émergence d’un modèle collaboratif “cache un engouement qui nous amènera à un nouveau mode de consommation basé sur l’entraide et la solidarité en société”, avant d’ajouter : “mais ne soyons pas naïfs. Si le projet est socialement attractif, le modèle économique reste lui à définir”. “ La révolution collaborative vient à peine de commencer “ Une viabilité économique que certaines entreprises sont parvenues à trouver. E-Loue prélève par exemple 20% sur toutes les transactions effectuées sur le site, Drivy, prélève quant à elle, 30% sur chaque trajet payé (qui contient en contrepartie l’assurance du véhicule). Un modèle qui fonctionne puisque l’entreprise s’exporte désormais à l’étranger. Ces nouvelles entreprises émergentes pourraient-elles faire de l’ombre aux grands acteurs de la consommation de masse ? Possible. Mais certains sont bien décidés à ne pas se laisser distancer. En décembre dernier, le groupe Auchan a ainsi annoncé qu’il rejoignait le réseau collaboratif Quircky, fondé en 2009. Son principe est simple : n’importe qui peut se rendre sur le site de l’entreprise américaine et proposer un projet de création d’objet pour 10 dollars. Toute une communauté d’inventeurs donne alors son avis sur la forme, la couleur, la fonctionnalité de l’objet... Puis le produit est fabriqué et vendu. Les bénéfices de la vente sont reversés aux inventeurs après prélèvement d’une commission. Ce sont ces produits, une cinquantaine aujourd’hui, qu’Auchan vend dans ses magasins. Certains regretteront que ces pratiques collaboratives soient “récupérées” par la grande distribution, mais quoi qu’il arrive le mouvement est amorcé et modifiera d’une façon ou d’une autre le modèle de consommation actuel. Pour Dominique Turcq ,“La révolution collaborative vient à peine de commencer”. - 18 -
DOSSIER Les 3 produits collaboratifs que vous aurez bientôt chez vous... Le 3D Doodler, c’est son nom, est le premier stylo 3D au monde. L’encre est composée d’un plastique qui se refroidit au contact de l’air; il vous permettra de créer toute sorte de forme et d’objets. Proposé sur KickStarter, le 3D Doodler, créé par deux américains, un fabricant de jouet et un inventeur indépendant pour le MIT, sera commercialisé au mois de septembre pour un prix autour de 75$ (environ 57€). La montre Pebble est tout simplement le projet qui a amassé le plus de fonds sur KickStarter en 2012 : 10 millions de dollars récoltés au total ! La Pebble possède un écran à encre électronique (similaire aux liseuses), est dotée d’une autonomie de 7 jours et peut se connecter avec votre smartphone via Bluetooth. Vous pourrez ainsi gérer votre musique, vos appels, vos messages... Une sacré innovation pré-commandable sur le site getpebble.com pour 150$ (environ 115€). Marre de forcer à s’en faire péter les vaisseaux sanguins pour rentrer son chargeur dans une prise électrique ? La Pivot Power est là pour vous. Il s’agit d’une multiprise flexible permettant de brancher tous vos divers appareils. Créé via le site Quircky, le produit est disponible pour 30$ sur quircky.com (environ 23€). - 19 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :