Magma n°18 mar/avr/mai 2013
Magma n°18 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : SunMédia EURL

  • Format : (210 x 230) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, consommons différent !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
DOSSIER Réalisé par Marius Rivière TOGETHER, IT’S BETTER ! Croissance zéro en 2012, pouvoir d’achat et salaires en berne, gaspillage, pollution… Le 20 h se charge des mauvaises nouvelles économiques. A Magma, on préfère vous parler des nouvelles pratiques qui émergent en réaction à la morosité ambiante. Un mot d’ordre les rassemble : la collaboration. Tour d’horizon de ce nouveau phénomène. - 16 -
DOSSIER Consommation collaborative. Le terme ne vous dit peut-être rien, pourtant vous avez tous un jour ou l’autre prêté un saladier à votre voisin ou proposé à plusieurs amis de les amener quelque part en voiture. Et bien, l’économie collaborative, c’est ça ! Louer plutôt qu’acheter, échanger plutôt que posséder. Les crises économiques de ces dernières années ont boosté ces nouvelles pratiques en particulier au niveau local. Les AMAP et leurs paniers de fruits et légumes vendus par des producteurs locaux ou les SEL, Système d’Echange Local de compétences, de produits et de services par exemple ont fait leur apparition un peu partout dans l’hexagone dans les années 90. Le web, accélérateur de succès La consommation collaborative a pris son envol il y a quelques années, en grande partie grâce au web. C’est d’ailleurs par un terme issu du jargon du net qu’Edwin Mootoosamy, un des principaux collaborateurs du très complet blog consocollaborative.com et co-fondateur du think tank Oui Share définit la consommation collaborative : “C’est le même principe que le Peer to Peer. C’est un outil qui permet de mettre en relation des particuliers pour répondre à des demandes personnelles, économiques, sociales et environnementales communes”. Pas de doute, selon lui, le web a permis aux pratiques collaboratives et d’entraide de se développer à une échelle bien plus élevée que tout ce qui avait été fait jusque là. “On dit souvent que la consommation collaborative fait descendre le web dans la rue, c’est vrai, les offres sont partout et augmentent la proximité”, ajoute-t-il. Le modèle collaboratif crée des communautés en fonction de besoins communs sur le net avant de concrétiser ces projets dans la réalité. Covoiturage, colocation, partage de compétences, d’objets en tout genre, financement de projets artistiques ou encore location de vêtements, le web a servi de catalyseur à des milliers de projets pour autant de startups créées. Sur la toile, elles ont trouvé un moyen plus rapide, plus facile de se faire connaître et de mettre en relation les gens entre eux. “Internet a permis de démocratiser et d’instaurer une vraie confiance dans ce système”, explique Alexandre Woog, responsable du projet E-loue, un site de location d’objets en tout genre. Créé en 2009, l’idée lui est venue alors qu’il cherchait désespérément une perceuse pour un emménagement. : “Il nous semblait inconcevable d’acheter une perceuse pour un usage finalement peu fréquent. Quand nous en avons finalement trouvé une, la personne qui nous l’a prêté m’a dit en rigolant : “j’aurais pu vous la louer !” Bingo, on avait notre concept”. Aujourd’hui on trouve de tout sur son site : tondeuse, table de massage, console de jeu ou encore machine à coudre, l’internaute peut les louer une heure, un jour ou une semaine selon ses besoins. Comme E-Loue, les succès se multiplient pour ces nouvelles entreprises “collaboratives” dans des domaines extrêmement variés. Les sites tels que Zilok ou Lokob (uniquement sur Marseille) proposent les mêmes services qu’E-Loue. Air BnB, un site qui propose de se loger entre particuliers enregistre plus de réservations dans une ville comme Paris que l’ensemble des hôtels de la capitale ! Citons pêle-mêle videdressing.com qui permet de louer ou de vendre ses vêtements, PriceBuzz pour réaliser des achats groupés, Smoov’Up pour trouver et former des colocations, Wifis.org pour partager sa connexion wifi ou encore voiturelib.com, devenu Drivy.com, premier site de covoiturage en France. “Les grandes entreprises de demain émergent en ce moment même”, croit savoir Philippe Moati, économiste et cocréateur de l’institut Obsoco (voir interview page 20). Un remède anti-crise Comment expliquer un tel succès ? “C’est une forme de réponse à toutes les difficultés économiques rencontrées par les gens, mais également un désir de réduire le coût écologique des produits consommés”, pense Edwin Mootoosamy. “La consommation collaborative est le signal fort d’un changement, d’un besoin de recréer à nouveau du lien social”, renchérit-il. “Pour moi, le couchsurfing est plus qu’un mode d’hébergement, c’est un moyen de rencontrer des gens, de partager ses expériences”, raconte Clémentine Vaysse, étudiante en journalisme. Depuis trois ans, date de son inscription sur le site couchsurfing.org, elle a notamment logé chez trois personnes différentes aux quatre coins du Brésil. Dans la même veine, Sina Domning, étudiante en sociologie fait du covoiturage depuis quatre ans depuis un site allemand : “on rencontre des gens, on compare nos cultures, nos goûts et puis ça fait passer le temps du trajet beaucoup plus rapidement”. C’est ce lien social qui est constamment mis en avant par les utilisateurs de toutes les pratiques collaboratives. Peut-être parce que ce lien social a totalement disparu avec la suprématie de la grande distribution. “C’est aussi une façon de rétablir la confiance du consommateur en ce qu’il achète”, indique Lucie Rechard, chargée de communication pour La Ruche qui dit Oui. Cette entreprise l’a bien compris, puisqu’elle propose à des producteurs locaux de vendre en lots leurs produits à des particuliers de la région. Une personne se charge alors de redistribuer la marchandise à tous ces acheteurs, il créé ainsi sa ruche. Il en existe désormais un peu partout en France. > Rendez-vous sur Magma Tv pour découvrir d’autres projets collaboratifs en vidéo ! www.magmalemag.com - 17 -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :