Magazine Observatoire de Paris n°8 sep/oct/nov 2007
Magazine Observatoire de Paris n°8 sep/oct/nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de sep/oct/nov 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Observatoire de Paris

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : célébrations nationales... Jules Janssen.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
MATTHEW LEHNERT Contact : Matthew LEHNERT Directeur de recherche CNRS GEPI +33 (0)1 45 07 76 11 matthew.lehnert@obspm.fr PORTRAIT D’UN AMÉRICAIN À PARIS PORTRAIT OF AN AMERICAN IN PARIS Phénomène connu : un patineur qui tourne en repliant ses bras sur lui-même accélère sa rotation. Ce phénomène est dû à la conservation d’une quantité appelée « moment cinétique ». Comment les galaxies acquièrent, conservent ou perdent leurs moments cinétiques ? C’est à cette question fondamentale et originale, que tente de répondre Matthew Lehnert, un jeune astronome américain hébergé par le GEPI. Matthew Lehnert bénéficie de la seule chaire d’excellence que l’ANR 1 a mise à disposition de l’astronomie en 2006. It is well known that an ice skater rotates faster when her arms are drawn onto her chest. It is a phenomenon due to the conservation of a quantity known as « kinetic [angular ?] momentum ». How do galaxies acquire, conserve or lose their kinetic momentum ? This is the fundamental and original question that Matthew Lehnert is trying to answer. This young American astronomer, presently working with GEPI, holds the only chaire d’excellence in astronomy awarded by ANR 1 in 2006. Curieux de tout, Matthew Lehnert l’a semble t-il toujours été. Il le reconnaît volontiers ; du plus loin qu’il s’en souvienne il a toujours voulu comprendre « comment ça marche », et cette soif de connaissance s’est très tôt portée sur l’astronomie en général et sur les galaxies en particulier ! Rien de surprenant donc, à ce qu’au terme d’un parcours sans faute, la thèse de doctorat que Matthew Lehnert soutient brillamment, porte sur les galaxies actives baptisées « starburst galaxies » ou « galaxies à flambée d’étoiles ». Le cadre dans lequel se déroule cette recherche : le campus Homewood de l’Université Johns Hopkins (USA), sur lequel est hébergé le Space Telescope Science Institute (STScI), l’organisme fondé par la NASA pour gérer le télescope spatial Hubble. Or nous sommes au début des années 1990 et Hubble livre justement ses premiers résultats, attirant sur le campus les astronomes du monde entier. Les échanges sont passionnés et passionnants ! Comment quitter sans regret un tel environnement ? En en retrouvant un autre aussi enrichissant. Matthew Lehnert entame en effet un Post Doc à l’Université de Californie en 1993, l’année où le premier des deux télescopes W.M. Keck, les plus grands télescopes optiques et proche-infrarouges installés à l’Observatoire du Mauna Kea à Hawaï entre en service. Le curriculum vitae de Matthew s’enrichit ensuite de quelques références européennes de renom : de l’Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, au département d’astrophysique du Max Planck Institute en Allemagne. L’excellence reconnue par une chaire En 2006, à 42 ans, Matthew Lehnert est un spécialiste reconnu de la dynamique des galaxies, et notamment des galaxies lointaines. Il a noué des collaborations fructueuses avec des astronomes du GEPI - Galaxies, Étoiles Physiques et Instrumentation. En effet, le GEPI réunit les nombreuses compétences nécessaires à l’étude des galaxies : de la chimie à la physique, de la théorie à l’instrumentation, des méthodes d’observation à l’élaboration de bases de données. Il est en outre le concepteur du spectrographe FLAME/GIRAFFE, installé au VLT 2 de l’Observatoire européen austral en 2002, un instrument qui sera de loin le plus efficace pour évaluer avec précision les champs de vitesse des galaxies distantes. Toujours en France, l’Agence Nationale pour la Recherche - ANR a été créée en 2004. Son programme « Chaires d’excellence » vise à favoriser l’accueil dans des laboratoires français de chercheurs et d’enseignants chercheurs étrangers de haut niveau. Un projet ambitieux pour étudier l’origine et l’évolution du moment cinétique des galaxies est déposé à l’ANR en avril 2006. Recruté en tant que directeur de recherche au CNRS, Matthew Lehnert arrive en France fin 2006. Il l’a écrit dans le dossier déposé à l’ANR : « C’est le moment idéal pour démarrer ce programme ». L’Observatoire de Paris est aussi le lieu idéal puisque le spectrographe GIRAFFE est un outil unique pour comprendre l’évolution des galaxies ! 16 – MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°8/SEPTEMBRE 2007 PORTRAIT SENSIBLE... Matthew Lehnert has always been a person with an inquiring mind, as he readily admits. As far back as he can remember, he had always wanted to understand « how things work », and his thirst for knowledge soon focused on astronomy in general and galaxies in particular. It is no wonder then that his PhD thesis, which he brilliantly defended, should be on active galaxies called « starburst galaxies ». He carried out his research at the Homewood campus of Johns Hopkins University in the United States, which houses the Space Telescope Science Institute (STScI), an organization created by NASA to operate the Hubble space telescope. At the beginning of the 1990s, the first results from Hubble began to come in, drawing to the campus astronomers from all over the world. How could one leave without regret such an intellectually stimulating place ? By finding an equally exciting one. Matthew Lehnert began a postdoc at the University of California in 1993, the year when the first of the two W. M. Keck telescopes at the Mauna Kea Observatory in Hawaii, the largest optical and near-infrared telescopes, went into operation. Stays at some prestigious European centres followed : the Leiden Observatory in the Netherlands, and the department of astrophysics of the Max Planck Institute in Germany. A chair in recognition of excellence In 2006, at 42, Matthew Lehnert is a well-known specialist in galaxy dynamics, particularly distant ones. He has collaborated with astronomers from GEPI (Galaxies, Stars, Physics and Instrumentation Laboratory), a group equipped with the necessary expertise for the study of galaxies : from chemistry to physics, from theory to instrumentation, and from observation techniques to the development of databases. They designed the FLAME/GIRAFFE spectrograph, installed on ESO’s (European Southern Observatory) VLT 2 in 2002 and by far the most efficient instrument to accurately evaluate the velocity fields of distant galaxies. Here in France, the Agence Nationale pour la Recherche (ANR) was created in 2004. Among the programs it funds, the « Chaires d’excellence » program aims at helping French laboratories to recruit high-level foreign lecturers and researchers. An ambitious program for the study of the origin and evolution of galaxy kinetic momentum was presented to ANR in April 2006. At the end of 2006, Matthew Lehnert arrived in France after being appointed CNRS senior researcher. In the application presented to ANR, he wrote : « This is the ideal time to get this program going ».The Observatoire de Paris is also the ideal place, because the GIRAFFE spectrograph is the right tool to understand the evolution of galaxies. (1) ANR : Agence Nationale pour la Recherche. (2) Very Large Telescope.
MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°8/SEPTEMBRE 2007 – 17 COLLOQUES ET RENCONTRES SCIENTIFIQUES SCIENTIFIC MEETINGS AND COLLOQUIA Outre l’échange de connaissances, les colloques sont parfois le moyen privilégié d’asseoir sur le long terme une relation étroite avec un pays et d’ouvrir de nombreuses perspectives de collaboration. Besides the scientific discussions and personal contacts taking place, colloquia offer an ideal opportunity to establish close and long-lasting relationships with another country that pave the way for fruitful collaborations. LES JOURNÉES 2007 « SYSTÈMES DE RÉFÉRENCE SPATIO-TEMPORELS », 17-19 SEPTEMBRE 2007 Programmée cette année sur le site de Meudon de l’Observatoire de Paris, cette série de réunions scientifiques internationales s’offre aux chercheurs comme un forum de discussion de haut niveau dans le domaine des systèmes de référence céleste et terrestre, rotation de la Terre, astrométrie et temps. Les Journées 2007 aborderont les développements récents, les perspectives, réalisations futures et applications du repère céleste de référence (ICRF). Le programme scientifique comprendra 4 sessions intitulées « Plans pour le nouvel ICRF ; Modèles et standards numériques en astronomie fondamentale ; Relativité en astronomie fondamentale ; Prédiction de l’Orientation de la Terre ». Elles sont organisées en conjonction avec le workshop de l’IERS sur les conventions IERS, qui aura lieu au BIPM (Sèvres) les 20 et 21 septembre 2007. THE JOURNÉES 2007 « SYSTÈMES DE RÉFÉRENCE SPATIO-TEMPORELS », 17-19 SEPTEMBER 2007 The main purpose of these international meetings (to be held this year at the Observatoire de Paris, on its Meudon site) is to provide a forum for discussion of researchers in the fields of celestial and terrestrial reference systems, Earth rotation, astrometry and time.The Journées 2007 will be focused on the issues related to the recent developments, perspectives of future realizations and scientific applications of the celestial reference frame (ICRF). The scientific program will be composed of four sessions entitled « Plans for the new ICRF ; Models and Numerical standards in Fundamental astronomy ; Relativity in Fundamental astronomy ; Prediction of Earth Orientation. » The Journées 2007 are organized in conjunction with the IERS Workshop on Conventions, to be held on 20-21 September 2007 at BIPM (Sèvres, France). Pour en savoir plus/Further information : http://syrte.obspm.fr/journees2007/Contact : nicole.capitaine@obspm.fr RENCONTRES DE L’OBSERVATOIRE DE PARIS : TROISIÈME CONFÉRENCE SINO-FRANÇAISE « ORIGINS », 15-20 OCTOBRE 2007 La thématique « Origines » (de la matière, avec la cosmologie ; de la vie, avec les planètes extrasolaires) est une des priorités fortes des agences européennes et chinoises en astronomie et en astrophysique. Pour la partie « cosmologie et astroparticules », les laboratoires français rassemblent un éventail unique en Europe de compétences, avec une quinzaine de laboratoires, plusieurs centaines de chercheurs et enseignants-chercheurs, et un potentiel important de réalisations techniques. La thématique « planètes extrasolaires » est quant à elle en plein essor avec la découverte d’une variété et d’un nombre croissant d’objets ; en France, elle bénéficie du leadership de deux grandes expériences spatiales, CoRoT et GAIA, ainsi que d’une expertise unique en interférométrie (dont VLTI et’OHANA) et dans divers aspects de la détection des exoplanètes et de leur physique, au sol (dont PF/VLT, HARPS/ESO, SOPHIE/OHP) et dans l’espace. La recherche chinoise en astrophysique est en pleine croissance et développe de nombreux contacts vers les pays occidentaux. L’accueil de doctorants et postdoctorants chinois en Europe a et aura des répercussions considérables sur le poids futur des laboratoires français dans la discipline. Le but de ce colloque est de favoriser les échanges franco-chinois sur des thématiques en forte évolution. Il se déroulera au Centre international d’études pédagogiques, à Sèvres. OBSERVATOIRE DE PARIS MEETING : THIRD SINO-FRENCH CONFERENCE : « ORIGINS », 15-20 OCTOBER 2007 The « Origins » theme—origin of matter, in cosmology ; of life, through the study of extrasolar planets—is one of the main priorities of European and Chinese agencies in the fields of astronomy and astrophysics. Regarding the « cosmology and astroparticles » component, French laboratories can boast a unique range of expertise in Europe, with some fifteen laboratories, several hundred researchers and lecturer-researchers, and a large number of technical achievements. The « extrasolar planets » field is presently booming, following the discovery of a multitude of objects of increasing variety : in France, it is driven by the fallout from two major space projects, CoRoT and GAIA, as wellas by a solid expertise in interferometry (VLTI and’OHANA) and in various aspects of exoplanet detection and physics, on the ground (PF/VLT, HARPS/ESO, SOPHIE/OHP) and in space. Chinese research in astrophysics is thriving, and it has established a number of contacts with Western countries. The presence of visiting Chinese PhD students and post-docs in Europe is having and will continue to have a significant impact on the future influence of French laboratories on the discipline. The purpose of this conference is to facilitate Franco-Sino exchange of ideas on subjects of current interest. The meeting will be held at the Centre international d’études pédagogiques, in Sèvres. Pour en savoir plus/Further information : http://origins.obspm.fr/CENTRE INTERNATIONAL DES ATELIERS SCIENTIFIQUES - CIAS À vocation pluridisciplinaire, les ateliers et cours du CIAS sur le campus de Meudon, permettent à des scientifiques de divers horizons d’échanger connaissances et méthodologie.• « Astéroïdes doubles », en septembre, organisé par Alan W. Harris• « Space Plasmas and Astrophysics », colloque en l’honneur d’André Mangeney, du 11 au 14 septembre 2007, organisé par Olga Alexandrova INTERNATIONAL CENTRE FOR SCIENTIFIC WORKSHOPS (CIAS) Through its workshops and lectures, the multidisciplinary-oriented CIAS offers scientists from different backgrounds the possibility to share their knowledge and methodology.• « Double Asteroids », September, organized by Alan W. Harris• « Space Plasmas and Astrophysics », colloquium in honour of André Mangeney, 11-14 September 2007, organized by Olga Alexandrova



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :