Magazine Observatoire de Paris n°7 mar/avr/mai 2007
Magazine Observatoire de Paris n°7 mar/avr/mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mar/avr/mai 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Observatoire de Paris

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : retour sur Corot, l'aventure ne fait que commencer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
BUSTE DE LALANDE par Houdon. Bibliothèque, Observatoire de Paris PORTRAIT DE LŒWY. Bibliothèque, Observatoire de Paris Contacts : Simone DUMONT Suzanne DÉBARBAT Astronomes honoraires Observatoire de Paris suzanne.debarbat@obspm.fr LA CONSTELLATION DU CHAT, ainsi désignée par Lalande. THE CAT’S CONSTELLATION, a name given by Lalande. Bibliothèque, Observatoire de Paris LE GRAND ÉQUATORIAL COUDÉ de l’Observatoire de Paris. Gravure, 1891. THE LARGE EQUATORIAL COUDÉ of the Observatoire de Paris. Engraving, 1891. Bibliothèque, Observatoire de Paris COMMÉMORATIONS 2007 : JOSEPH-JÉRÔME LEFRANÇOIS DE LALANDE ET MAURICE LŒWY 22 – MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°7/MARS 2007/HISTOIRE COMMEMORATIONS 2007 : JOSEPH-JÉRÔME LEFRANÇOIS DE LALANDE AND MAURICE LŒWY Cette année 2007 est l’occasion de célébrer la mémoire de deux astronomes qui ont eu une place éminente à l’Observatoire de Paris, et qui ont disparu respectivement en avril 1807 et en octobre 1907. In this year 2007 we remember two astronomers who have occupied a prominent place at the Observatoire de Paris, and who passed away in April 1807 and October 1907, respectively. Né à Bourg-en-Bresse en 1732, Joseph-Jérôme Lefrançois de Lalande, venu à Paris étudier le droit, rencontre Joseph- Nicolas Delisle et aussi, Pierre-Charles Le Monnier. Ce dernier lui obtient en 1751 une mission à Berlin : il y observe la Lune en correspondance avec La Caille qui est au cap de Bonne-Espérance, premier exemple d’une réelle coopération scientifique internationale avec plus de sept stations d’observation du Cap à Stockholm. La qualité de son travail lui ouvre à son retour les portes de l’Académie des sciences. Il se lance dans de longs calculs : parallaxe de la Lune (1753-54), date du retour de la comète de Halley (1758), puis parallaxe du Soleil après le passage de Vénus sur le Soleil en 1769. L’Académie lui confie la rédaction de la Connaissance des temps. Il succède à Delisle dans la chaire d’astronomie du Collège Royal de France ; son célèbre cours s’appuie sur son Astronomie, qui aura trois éditions. Lalande s’intéresse particulièrement aux planètes dont il améliore les tables, aux taches du Soleil et aux comètes. Pendant la Révolution et le Consulat, l’astronome achève deux grandes œuvres : le catalogue de 50 000 étoiles et sa Bibliographie astronomique. En mai 1795, sur proposition de Lakanal, Lalande est nommé directeur de l’Observatoire de Paris par le Comité d’Instruction publique. Un mois plus tard, est créé le Bureau des longitudes, qui assurait, entre autres, la tutelle de l’Observatoire. Lalande en devient le secrétaire tout en continuant à administrer l’Observatoire jusqu’en 1798. Moritz Lœwy 1 naît en 1833 près de Marienbad, au sein d’une famille juive qui doit bientôt fuir les persécutions. C’est donc à l’Observatoire de Vienne qu’il débute sa carrière d’astronome en 1856 mais il ne peut y espérer faire carrière à moins de se convertir. Le directeur, Littrow, lui conseille de partir pour Paris, où il arrive en 1860, et le recommande à Le Verrier. À l’Observatoire de Paris, il poursuit des recherches sur les orbites de comètes et de petites planètes, mais se spécialise bientôt dans des domaines relevant de l’astrométrie et des techniques instrumentales. Naturalisé français en 1863, il est élu à l’Académie des sciences en 1873. Directeur adjoint de l’Observatoire de Paris sous les mandats de Mouchez (1878-92) et de Tisserand (1892-96), il en assure la direction de 1897 à 1907. Sa réalisation la plus connue - qu’il décrit en 1872 - est une nouvelle forme de monture équatoriale qui prendra ultérieurement le nom de coudé et dont sept modèles existent dans le monde. Du plus grand des deux, installés sur le site de l’Observatoire de Paris, respectivement en 1882 et en 1890, ne subsiste plus aujourd’hui que le bâtiment en meulière qui l’hébergeait. C´est le grand équatorial coudé qui a servi à construire le célèbre Atlas de la Lune (1896-1910) dont les magnifiques planches photographiques ont permis pendant un demi-siècle d´illustrer nombre d´ouvrages d´astronomie publiés dans le monde entier. Born in Bourg-en-Bresse in 1732, Joseph-Jérôme Lefrançois de Lalande, who had come to Paris to study law, met J. N. Delisle and Pierre-Charles Le Monnier. In 1751, the latter obtained for him a mission to Berlin, where he observed the Moon and corresponded with La Caille, who was at Cape of Good Hope. This is a first example of a truly international scientific cooperation, with over seven observation stations from the Cape to Stockholm. Thanks to the quality of his work, on his return he was appointed to the Academy of Sciences. Over a period of several years, he carried out a number of extensive calculations : parallax of the Moon (1753-54), date of the Comet Halley’s return (1758), and parallax of the Sun after the passage of Venus in front of the Sun in 1769. He was commissioned by the Academy to write Connaissance des temps and succeeded J. N. Delisle to the Chair of Astronomy at the Collège Royal de France. His famous lectures were based on his own Astronomy, of which three editions would be published. Lalande was particularly interested in planets, whose tables he improved, solar spots, and comets. During the Revolution and the Consulat, the astronomer completed two major works : a 50,000 star catalogue and his Astronomical Bibliography. In May 1795, he was appointed director of the Observatoire by the Comité d’Instruction publique on Lakanal’s recommendation. One month later was created the Bureau des longitudes, which among its responsibilities had the Observatoire under its supervision. Lalande became its secretary, while continuing to serve as head of the Observatoire until 1798. Moritz Lœwy 1 was born in 1833 near Marienbad into a Jewish family that soon had to flee to escape persecution. He began therefore his career as an astronomer at the Vienna Observatory in 1856, but he couldn’t expect to rise through the ranks unless he converted. Littrow, the director of the Observatory, advised him to move to Paris, where he arrived in 1860, and recommended him to Le Verrier. At the Observatoire de Paris he pursued his study of comet and small planet orbits, but soon specialized in astrometry and instrumentation techniques. In 1863 he acquired French nationality and ten years later was appointed to the Academy of Sciences. He was assistant director of the Observatoire de Paris, first during Mouchez’mandate (1878-92) and later during that of Tisserand (1892-96), before becoming director from 1897 to 1907. His most famous achievement—which he described in 1872—was a new type of equatorial mount later known as coudé (bent at an angle), of which seven models exist throughout the world. Two of them were installed at the Observatoire de Paris, in 1882 and 1890 respectively. Of the larger of the two, there only remains the burrstone building in which it was housed. It is the large equatorial coudé that was used to produce the famous Atlas of the Moon (1896-1910) whose beautiful photographs illustrated for half a century so many astronomy books all over the world. (1) Connu en France sous le nom de Maurice Lœwy./Known in France as Maurice Lœwy.
PUBLICATIONS PUBLICATION SCIENTIFIQUE PUBLICATION GRAND PUBLIC PUBLICATION JEUNESSE MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°7/MARS 2007/PUBLICATIONS – 23 Albert Einstein Century International Conference : Paris, France, 18-22 July 2005, under the direction of Jean-Michel Alimi, CNRS senior researcher/Observatoire de Paris (LUTH) and André Füzfa, associate researcher at LUTH. The conference celebrates the centenary of Einstein’s fundamental papers on special relativity, quantum mechanics and Brownian motion. It was the unique meeting gathering the top researchers at the beginning of our century in string theory, quantum gravity, non-commutative geometry, cosmology, black holes physics and high-energy astrophysics. A wide panel of exceptional scientists working in allareas of the science initiated by Albert Einstein give both an overview of his legacy and the most recent and exciting developments on the knowledge of our physical world. AIP Conference Proceedings, Editors Jean-Michel Alimi, André Füzfa, December 2006, 265 pages (1248 pages on the CD-ROM), 193 € Où sont les autres ? À la recherche de la vie dans l’Univers par Dominique Proust, ingénieur de recherche CNRS et Jean Schneider, directeur de recherche CNRS, astrophysiciens à l’Observatoire de Paris L’Univers observable semblant présenter en bien des endroits les mêmes caractéristiques physiques que notre planète et son environnement, il est tout naturel de se demander « où sont les autres » ? D’une très ancienne interrogation métaphysique, la recherche de la vie extraterrestre est devenue une science à part entière, l’exobiologie. Cherchant d’abord à comprendre quand et comment le vivant est apparu sur la Terre puis à évaluer les possibilités de vie dans l’Univers, elle est intimement liée à la chimie et à la biologie mais aussi aux progrès de l’astronomie et de l’astrophysique. Elle rassemble les spécialités les plus récentes, de l’étude des formes de vie en milieux extrêmes à la détection de planètes extrasolaires. Ce livre propose une vision d’ensemble sur cette question de la recherche de la vie dans l’Univers. Éd. Seuil, Coll. Science ouverte, janvier 2007, 312 p., 22 € Cet ouvrage a été sélectionné, dans la catégorie 9-14 ans, pour le Prix « La science se livre » 1 organisé par le Conseil général des Hauts-de-Seine qui sera attribué le 23 mars 2007. La gravitation : ou pourquoi tout tombe... par Jean-Philippe Uzan, chercheur à l’Institut d’Astrophysique de Paris Toutes les fins d’après-midi, Simon se rend au square et y retrouve son ami Antoine, avec lequel il invente toutes sortes d’aventures incroyables de science-fiction. Un soir, Simon invente une planète sur laquelle rien ne tombe ! « Impossible ! » réplique Antoine. S’instaure alors une discussion avec Claire, la grande sœur de Simon, astrophysicienne qui va répondre à leurs interrogations sur la gravitation : pourquoi tout tombe ? Est-ce que les objets plus lourds tombent plus vite ? Le poids et la masse, est-ce pareil ? Où est le bas ? Pourquoi la Lune ne tombe pas sur la Terre ? Est-ce que la gravitation peut disparaître ? Éd. Le pommier, Coll. Les minipommes, Ill. B. Martinez, octobre 2005, 64 p., 8 € (1) « La science se livre », manifestation annuelle du Conseil Général des Hauts-de-Seine à laquelle participe l’Observatoire de Paris, se déroule du 7 mars au 7 avril. Elle est en 2007 consacrée au thème « Les expéditions et découvertes scientifiques ». Pour en savoir plus : www.hauts-de-seine.net (rubrique Culture) De l’espace pour la Terre - L’œil du satellite au service des hommes et de leur planète, sous la direction de Jacques Arnould et d’Aline Chabreuil Le service de la communication du Centre National d’Études Spatiales - CNES a publié récemment un ouvrage passionnant invitant à une réflexion sur l’avenir de notre planète avec les regards croisés d’une dizaine de chercheurs, experts et philosophes. L’observation spatiale de la Terre, qui est un des axes prioritaires du CNES, permet d’appréhender la Terre comme un système global et fournit les moyens de comprendre, d’agir et d’anticiper les enjeux planétaires de demain. Les satellites nous livrent des données géographiques humaines et écologiques inédites. Ils permettent de mesurer la déforestation et la progression des déserts, d’évaluer la fonte des glaces et les ressources en eau, découvrir de nouvelles ressources minières et énergétiques, optimiser les pratiques agricoles, suivre le développement de l’urbanisation, mesurer les effets des activités humaines sur l’air, l’eau ou le sol. De l’espace pour la Terre présente les réponses d’experts internationalement reconnus, illustrées par des images de la Terre prises depuis l’espace. Un livre magnifique ! Éd. Le Cherche midi, décembre 2006, 160 p., 28 €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :