Magazine Observatoire de Paris n°2 jun/jui/aoû 2005
Magazine Observatoire de Paris n°2 jun/jui/aoû 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jun/jui/aoû 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Observatoire de Paris

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'optique adaptative avec Falcon et Sésame.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ÉTUDIANTS DE L’ÉCOLE DOCTORALE à l'Observatoire, site de Paris Observatoire de Paris - E.V. DOCTORAL SCHOOL STUDENTS at the Observatoire, on Paris site Contacts : Pierre ENCRENAZ LERMA + 33 (0)1 40 51 20 36 pierre.encrenaz@obspm.fr Ana GOMEZ GEPI + 33 (0)1 45 07 78 43 ana.gomez@obspm.fr Didier PELAT LUTH + 33 (0)1 45 07 74 37 didier.pelat@obspm.fr ÉTUDIANTS DE L’ÉCOLE DOCTORALE à l'Observatoire, site de Meudon Observatoire de Paris - J. Q. DOCTORAL SCHOOL STUDENTS at the Observatoire, on Meudon site L'ASTRONOMIE ET L'ASTROPHYSIQUE À BONNE ÉCOLE EN ILE-DE-FRANCE ASTRONOMY AND ASTROPHYSICS IN GOOD HANDS IN ILE-DE-FRANCE Le Ministère vient d'accréditer l'École Doctorale « Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France » (ED) dont l'établissement porteur est l'Observatoire de Paris en association avec les universités Paris 6, Paris 7 et Paris 11. The Ile-de-France Doctoral School « Astronomy and Astrophysics » (ED), hosted by the Observatoire de Paris in association with the Paris 6, Paris 7, and Paris 11 Universities, has just been accredited by the Ministry. La nouvelle École Doctorale Astrophysique et Astronomie d'Ile-de-France remplacera l'ED du même nom en septembre 2005. Elle préserve la qualité du dispositif existant, s'adapte aux exigences de la réforme LMD 1 et s'ouvre à l'Espace Européen de l'Éducation et de la Recherche. L'École Doctorale fédère également neuf autres établissements partenaires : les Universités de Paris 12, Versailles-Saint- Quentin, Cergy-Pontoise, Marne-la-Vallée, L'École Normale Supérieure, l'Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (CEA 2), l'École Nationale des Sciences Géographiques, l'Institut de Physique du Globe de Paris et l'ONERA 3. Un réseau de laboratoires L'objectif de l'ED est de poursuivre la formation des étudiants « à » et « par » la recherche dans le domaine fortement interdisciplinaire de l'Astronomie et de l'Astrophysique. Elle est habilitée à délivrer le diplôme de Docteur après soutenance d'un mémoire et validation des enseignements complémentaires. L'École Doctorale s'appuie sur un réseau comprenant tous les laboratoires d'Astronomie et d'Astrophysique d'Ile-de-France et sur d'autres unités, en Ile-de-France, en province ou en Europe, dont les domaines de recherche sont proches de ceux de l'Observatoire, soit au total une trentaine de laboratoires. Le projet vise à accueillir annuellement environ quarante doctorants. L'éventail des sujets de thèses proposés tient compte de la politique scientifique des laboratoires associés, des priorités nationales et internationales de la discipline et préserve un équilibre entre la nécessité de former les futurs chercheurs de la discipline et de proposer une formation plus large susceptible d'offrir des débouchés professionnels variés. Au cœur de l'Europe Les thèses se déroulent en majorité dans les laboratoires d'appui de l'ED ainsi que dans d'autres laboratoires français, dans des organisations internationales ou dans des universités et/ou laboratoires étrangers, notamment par le biais des thèses en cotutelles. En outre, ces laboratoires entretiennent des liens avec les entreprises dont les activités technologiques sont très proches de leurs disciplines. Le projet de la nouvelle ED est de s'ouvrir largement vers les partenaires européens. Les premiers laboratoires concernés seront ceux qui sont impliqués dans des réseaux européens existants et auxquels participent déjà certains laboratoires d'appui de l'ED. Cette construction s'adressera également aux laboratoires européens situés en dehors de ces réseaux, mais dont les objectifs de formation sont similaires. Enfin, l'ensemble débouchera vers la mise en place d'un Collège Doctoral européen. Les aspects « campus numérique » 4 développés à l'Observatoire seront inclus dans cette structure et se verront renforcés. Dès septembre 2005, l'École Doctorale Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France, nouvelle formule, ouvrira ses portes aux étudiants ! The new Ile-de-France Doctoral School Astronomy and Astrophysics will replace the identically-namedDoctoral School in September 2005. The new school preserves the quality of the structure already in place, satisfies the requirements of the LMD 1 reformand opensup to the European Area for Education and Research. The Doctoral School also federates nine other partner institutions : the Universities Paris 12,Versailles-Saint-Quentin, Cergy-Pontoise and Marne-la Vallée, the École Normale Supérieure, National Institute of Nuclear Sciences and Technologies (CEA 2), National School of Geographical Sciences, Paris Earth Physics Institute and ONERA 3. A network of laboratories The ED's goal is to continue the training of students « for » and « through » research in the strongly interdisciplinary field of astronomy and astrophysics. It is authorized to grant Doctoral (PhD) degrees following the successful defense of a dissertation and the completion of the required course work. The school is supported by the network of allastronomy and astrophysics laboratories in Ile-de-France, as wellas by other entities, in Ile-de-France and elsewhere in the country or Europe, whose research interests are similar to those of the Observatoire de Parissome thirty laboratories altogether. The new school expects to attract about forty PhD students per year. The choice of dissertation topics offered takes into account the scientific policy of the associated laboratories and the discipline's national and international priorities, and it strikes a balance between the need to train future researchers in the field and offering a broader training which may lead to a variety of professional job opportunities. In the heart of Europe Training takes place mostly in the ED's network of supporting laboratories and also in other French laboratories, international organizations, and foreign universities and/or laboratories, notably through co-supervision of theses. Besides, these laboratories have ties with companies using or developing technology closely related to their own research interests. The new ED intends to considerably involve European partners, beginning with laboratories in European networks that already include associated laboratories, as wellas European laboratories outside these networks but having similar training objectives. Finally, the whole process will lead to the creation of a European Doctoral College. The « digital campus » 4 aspects developed at the Observatoire de Paris will be strengthened and included in this structure. Starting in September 2005, the Ile-de-France Doctoral School Astronomy and Astrophysics « new format » will be open for business ! 1) Réforme dite du LMD - Licence Master Doctorat : voir « L'Observatoire de Paris à l'heure du LMD », Magazine de l'Observatoire, n°0, Solstice d'hiver 2004, p.20. The so-called LMD (Licence, Master, Doctorate) reform. See « The Observatoire de Paris in the LMD era », Magazine de l'Observatoire de Paris, no. 0, Winter solstice 2004, p.20. 2) Commissariat à l'Énergie Atomique - French Atomic Energy Authority 3) Office National d'Études et de Recherches Aérospatiales National Office of Aerospace Studies and Research 4) Voir « Du nouveau sur l'e-toile », Magazine de l'Observatoire, n°0, Solstice d'hiver 2004, p.21. See « Something new on the web !, » Magazine de l'Observatoire de Paris, no. 0, Winter solstice, December 2004, p.21.
TROIS QUESTIONS À... PIERRE ENCRENAZ Directeur de l'École Doctorale Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France THREE QUESTIONS TO... PIERRE ENCRENAZ Head of the Ile-de-France Doctoral School Astronomy and Astrophysics Dans le cadre de la refonte de l'École Doctorale, quels nouveaux axes avez-vous défini ? Nous avons défini plusieurs priorités au premier rang desquelles figure une ouverture encore plus grande, notamment à l'international. C'est un point primordial. Nous accueillions jusqu'à aujourd'hui une dizaine d'étudiants étrangers et nous aimerions voir ce chiffre augmenter sensiblement. Nous pouvons nous appuyer sur l'attractivité de nos formations dans certains domaines d'excellence ; je pense par exemple à la haute résolution angulaire. Nous sommes donc en train de nouer des partenariats avec différentes universités européennes. Nous allons également ouvrir le Conseil de l'ED aux industriels. Il est erroné de restreindre l'astronomie à son versant fondamental. Nos disciplines ont donné naissance à de multiples applications pratiques grâce à leur maîtrise des techniques de pointe. Je citerais, par exemple, l'optique adaptative, l'imagerie médicale, le GPS… Outre cette ouverture, nous souhaitons également développer de nouvelles thématiques. Le domaine de la planétologie, qui s'intéresse aux systèmes planétaires, aux exoplanètes, nous semble particulièrement prometteur. L'École Doctorale est sous sceau principal de l'Observatoire ; n'est-ce pas une autre nouveauté ? Effectivement et j'aimerais rendre hommage à mon prédécesseur Pierre Léna qui a joué un rôle absolument essentiel dans le renouvellement de l'École Doctorale. Il me semble tout à fait légitime que l'Observatoire de Paris soit le garant de la stabilité de cette École. Depuis près de 350 ans, ce grand établissement a joué un rôle essentiel pour l'astronomie et l'astrophysique en France. L'ED a été définie à partir du socle des masters existants par l'ensemble des établissements partenaires, dans un climat de confiance absolue. Ces éléments me semblent importants pour garantir la pérennité de cette école dont l'enjeu, ne l'oublions pas, est de fournir les meilleures conditions de formation et de recherche aux jeunes, pour leur permettre d'apporter une étincelle créatrice à notre science si féconde, pour favoriser la maturation de leurs idées, celles-là mêmes qui deviendront peut-être dans 15 ans les nouveaux champs disciplinaires. Justement, quelles sont vos perspectives d'avenir ? Au-delà du succès de l'ED d'Ile-de-France, nous devons rester vigilants pour défendre l'existence de nos disciplines dans les établissements d'enseignement supérieur français. Le nombre réduit d'allocations de recherche est un sujet de préoccupation. Pour l'année écoulée, 41 allocations allouées ajoutées aux 40 supports financiers extérieurs ne représentent que 80 financements de doctorants en astronomie ou astrophysique pour toute la France. C'est trop peu. Notre pays va préparer ITER, le laser mégajoule ; SOLEIL est en cours de construction. Nos disciplines seront fort utiles pour ces projets. Il me semble donc légitime que nous puissions former un certain nombre de nos jeunes dans ces domaines de la physique des plasmas, de la physique des particules. Il est de notre devoir de bien préparer ces jeunes générations qui seront demain les têtes pensantes de ces disciplines. MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE DE PARIS N°2/ÉVÉNEMENT - 7 L'enseignement universitaire français se réforme avec le LMD (Licence Master Doctorat). L'Observatoire de Paris participe à cette rénovation des cursus et devient établissement porteur de la nouvelle École Doctorale « Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France ». The LMD (Licence, Master, Doctorate) is transforming university teaching in France. The Observatoire de Paris participates in this curriculum renewal and becomes the site of the new « Ile de France Astronomy and Astrophysics » Doctoral School. In the context of the reorganization of the Doctoral School, what are the new directions you have established ? Our first priority is to openup even more, especially to other countries. It is a major issue. We presently have some ten foreign students and would like to increase that number considerably. To that effect, we count on the appeal of the training we offer in certain fields of excellence, such as high angular resolution, for instance.We are in the process of concluding a number of partnerships with various European universities and we are also going to open the Doctoral School Council to industry representatives. It would be a mistake to reduce astronomy to its fundamental science component. Our two domains have given rise to a multitude of practical applications thanks to their expertise in state-of-the-art techniques, such as, for example, adaptive optics, medical imaging, and the GPS. Besides this openingup, we would like to develop new fields. Planetology, the study of planetary systems and exoplanets, is a particularly promising one. The Observatoire hosts the Doctoral School. Isn't this another novelty ? Certainly, and I would like to pay tribute to my predecessor, Pierre Léna, who played an essential role in the renewal of the Doctoral School. It appears completely justifiable tome that the Observatoire de Paris should guarantee the stability of this School. The institution has played a fundamental role in astronomy and astrophysics for 350 years. The DS was defined on the basis of the existing Masters by all the partner institutions in a climate of absolute trust. These elements are important in order to guarantee the long-termsurvival of this school whose goal, let's not forget it, is to provide the best training and research conditions for the young generation, so that they can contribute a creative spark to our already flourishing science ; it is also to favor the development of their ideas, which will perhaps become the new disciplinary fields fifteen years from now. While we're on the subject, what does the future hold for your school ? Beyond the success of the Ile-de-France DS, we should keep a watchful eye to maintain the presence of our disciplines in French universities. The reduced number of research allowances is a source of concern. In the last year, the 41 allocated allowances added to the 40 external financial grants represent funding for only 80 PhD students in astronomy or astrophysics in the whole of France. It's not enough. Our country is preparing ITER, the megajoule laser, and SOLEIL is under construction. Our disciplines will be highly relevant to both projects. It seems then legitimate that we should train a certain number of young scientists in those plasma physics and particle physics fields. We have a duty to prepare the younger generations who will be tomorrow's leaders in those domains. LE BUREAU DE L'ÉCOLE DOCTORALE : Sur cette photo, de gauche à droite : Didier Pelat, Observatoire de Paris/LUTH ; Brigitte Rocca, IAP/Paris 11 ; Jacqueline Plancy, équipe administrative de l'ED ; Anita Gomez, Observatoire de Paris/GEPI ; Pierre Encrenaz, Paris 6 - Observatoire de Paris/LERMA ; Daniel Rouan, Observatoire de Paris/LESIA. Mais aussi : Patrick Boissé, Paris 6 - IAP ; Jean-Pierre Chièze, CEA ; Marcello Fulchignoni, Paris 7 - Observatoire de Paris/LESIA ; Jacques Le Bourlot, Paris 7 - Observatoire de Paris/LUTH ; Guillaume Pineau des Forêts, Paris 11 - IAS. Équipe administrative : Annie Mercier, Danièle Michoud, Ghislaine Renoux. Représentants étudiants : Anne Poncelet, Sébastien Lefranc, Pacôme Delva. DOCTORAL SCHOOL STAFF Observatoire de Paris Contact : Pierre ENCRENAZ LERMA + 33 (0)1 40 51 20 36 pierre.encrenaz@obspm.fr Directeur de l'École Doctorale Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France, Pierre Encrenaz est aussi Professeur à l'Université Paris 6 et membre de l'Académie des Sciences Head of the Ile-de-France Doctoral School Astronomy and Astrophysics, Pierre Encrenaz is also Professor at the Paris 6 University and member of the Academy of Sciences



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :