Magazine Observatoire de Paris n°12 sep/oct/nov 2009
Magazine Observatoire de Paris n°12 sep/oct/nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de sep/oct/nov 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Observatoire de Paris

  • Format : (211 x 298) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : exposition évènement... Cosmos, un cheminement jusqu'aux confins de l'Univers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
sous le parraInaGe du mInIstère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’exposition Cosmos a été conçue et réalisée par l’Observatoire de Paris en partenariat avec le Palais de la découverte. Elle a obtenu le soutien de l’ONERA, du Secteur des sciences exactes et naturelles de l’UNESCO et de la Mairie de Paris./Under the sponsorship of the Ministry of Higher Education and Research, the Cosmos exhibition was designed and produced by the Observatoire de Paris in partnership with the Palais de la découverte. The exhibition was supported by ONERA, UNESCO’s Exact and Natural Sciences Sector, and the Paris City Council. contactC : sabrina thIéry Médiatrice scientifique Direction de la communication + 33 (0)1 40 51 23 97 sabrina.thiery@obspm.fr Orchestrée par la société BC-BG, la scénographie s’appuie sur une fresque murale, œuvre de l’artiste peintre Morgane Planchais, qui représente l’immensité des distances de l’Univers./Imagined by the BC-BG company, the scenography is centered around a wall fresco by the artist Morgane Planchais that represents the vastness of the distances in the Universe. Palais de la découverte, Chantal Rousselin 8 – MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°12/SEpTEMBRE 2009 événement COSMOS, uN ChEMINEMENT JuSqu’Aux CONfINS DE L’uNIVERS COSMOS : A pATh TO ThE BOuNDARY Of ThE uNIVERSE temps fort des opérations de culture scientifique portées et organisées dans le cadre l’année mondiale de l’astronomie par l’observatoire de paris, à travers sa direction de la communication : l’exposition cosmos, un cheminement jusqu’aux confins de l’univers accueille le visiteur au palais de la découverte jusqu’au 22 novembre 2009. high point of the public activities for the International Year of Astronomy organized by the Observatoire de paris through its Direction de la communication, the Cosmos : a path to the boundary of the universe exhibition is presented at the palais de la découverte until 22 November 2009. « il y a un siècle, on pensait que l’univers se limitait à la Voie lactée ! alors qu’aujourd’hui on recense des centaines de milliards de galaxies, ça laisse rêveur ! » … entre étonnement et émerveillement, le visiteur de l’exposition cosmos remonte le temps et l’espace, depuis le système solaire jusqu’au big bang, un saut de près de 14 milliards d’années en arrière, du plus proche au plus lointain jusqu’à l’aube des temps. À travers images, fresque d’artiste, maquettes, expériences, bornes interactives, films en 2d ou en 3d, l’exposition cosmos entraîne les visiteurs au voisinage des plus lointaines galaxies et structures cosmiques connues, levant au passage un voile sur les grandes questions actuelles de la cosmologie. un voyage en trois étapes dès ses premiers pas, le visiteur est invité à suivre la ligne directrice d’une fresque murale qui va lui révéler, en trois étapes, les grandes échelles de l’univers. au départ, notre galaxie, la Voie lactée, et le Groupe local d’une quarantaine de galaxies qui s’agencent autour. c’est l’occasion de rappeler que l’astronomie est bien la science de la lumière. c’est par le décryptage de la pâle lueur des astres que les chercheurs acquièrent leurs connaissances. la seconde étape du voyage propulse le visiteur à une autre échelle, celle des amas de galaxies. en poursuivant l’observation telle que la réalise le chercheur, on comprend qu’à grande échelle, l’univers est constitué de filaments, que les amas de galaxies se concentrent à l’intersection des filaments, et qu’entre chaque filament, c’est le vide qui occupe paradoxalement le plus d’espace dans l’univers ! enfin, le troisième temps est celui de l’univers lointain. ayant remonté le fil de l’histoire, on y contemple la plus ancienne image de l’univers, celle du fond diffus cosmologique, aussi appelé « rayonnement fossile ». ce stade est celui du questionnement des origines. l’univers est un vaste réseau interconnecté, mais comment sont nées les galaxies ? d’où vient le big bang ? lancé le 14 mai dernier, le satellite européen Planck, dont une maquette est présentée, permettra peut-être d’apporter de précieux éléments de réponses. au final, cosmos, un cheminement jusqu’aux confins de l’univers est une découverte intime des galaxies, un panorama global de l’univers et des grands questionnements contemporains de cosmologie qui interpellent chacun. « one hundred years ago, the universe was thought to be limited to the milky way, while today we know that there are hundreds of billions of galaxies… it makes you wonder ! ». filled with amazement, visitors to the cosmos exhibition go back in time and space, from the solar system to the big bang, a backward leap of almost 14 billion years ; from the nearest to the most distant,up to the dawn of time. through images, an artist fresco, scale models, experiments, interactive stations, and 2-d and 3-d films, cosmos takes the visitor to the neighbourhood of the most distant galaxies and known cosmic structures, while at the same time lifting the veil on the most important current questions in cosmology. a three-stage journey right from the start, a wall fresco guides the visitor through the large scales of the universe in three stages, beginning with our galaxy, the milky way, and the local Group of about forty galaxies surrounding it. it is an opportunity to realize that astronomy is actually the science of light, for it is by decoding the pale light coming from the celestial bodies that scientists acquire their knowledge. the second stage of the journey propels the visitor to another scale, that of galaxy clusters.from observations similar to those performedby astronomers, the visitor realizes that, at a large scale, the universe is madeup of filaments with galaxy clusters concentrating at their intersections, and also that between filaments, it is the void that, paradoxically, occupies most of the space. finally, the third stage is that of the distant universe. after having gone back in time, one now contemplates the most ancient image of the universe, that of the cosmological background radiation, also known as « fossil radiation », and the question of the origins comesup. the universe is a vast interconnected network, but how were the galaxies born ? where did the big bang come from ? launched on 14 may of this year, the european Planck satellite—a scale model of which is presented—may perhaps be able to provide some answers. in the end, cosmos : a path to the boundary of the universe is an intimate discovery of the galaxies, a global picture of the universe and the major questions in contemporary cosmology that should appeal to everyone. ballet d’étoIles en 3d L’exposition s’assortit d’un film en 3D : Voyage dans le Cosmos qui reprend le fil complet de l’exposition. Issu d’un important programme scientifique européen de simulations baptisé Horizon, ce document permet de se représenter en relief avec beaucoup de détails la façon très particulière dont l’Univers s’est organisé : autour d’un entrelacs de filaments dont les nœuds sont des amas de galaxies, baignés par de grandes poches de matière noire... De petites galaxies y jouent un étrange ballet avant de fusionner pour former des galaxies géantes. star ballet In 3-d The exhibition features a film in 3-D : Journey through the Cosmos, which presents a complete overview of the exhibition. The result of an important European program of scientific simulation called Horizon, this document permits to represent, in relief and great detail, the very peculiar way in which the Universe became organized : through a tracery or network of filaments whose knots are galaxy clusters, immersed in large pockets of dark matter. Smaller galaxies performa strange ballet before merging together to formgiant galaxies.
événement MAGAZINE DE L’OBSERVATOIRE N°12/SEpTEMBRE 2009 – 9 TROIS quESTIONS à fRANçOISE COMBES, COMMISSAIRE SCIENTIfIquE DE L’ExpOSITION Cosmos ThREE quESTIONS TO fRANçOISE COMBES SCIENTIfIC CuRATOR Of ThE COSMOS ExhIBITION vice-présidente du comité de pilotage français pour l’organisation de l’année mondiale de l’astronomie 2009, membre de l’académie des sciences, astronome au sein du laboratoire d’étude du rayonnement et de la matière en astrophysique - lerma, françoise combes est l’un des trois commissaires scientifiques de l’exposition 1. Vice president of the IYA2009 french steering committee, member of the Academy of Sciences, and astronomer at the Laboratory for the Study of Radiation and Matter in Astrophysics (LERMA), françoise Combes is one of the three scientific curators of the exhibition 1. quels sont les temps forts de l’exposition ? tout au long de son parcours, le visiteur chemine le long d’une grande fresque murale qui l’amène du système solaire jusqu’à l’univers le plus lointain. Pour que les gens se rendent bien compte de la grandeur des échelles de temps et d’espace, nous avons utilisé une échelle logarithmique : au départ, le visiteur fait quelques pas pour aller de la terre au soleil, alors qu’à la fin du parcours ces mêmes pas le transportent des milliards de fois plus loin dans l’espace-temps. nous avons souhaité mettre l’accent sur les principales découvertes de la cosmologie de ces dix dernières années. c’est le cas de l’énergie noire dont les cosmologistes ne soupçonnent l’existence que depuis quelques années et qui constituerait les trois quarts du contenu de l’univers. une grande partie des informations sur l’univers nous vient du fond diffus cosmologique, rayonnement vestige du big bang. l’exposition propose ainsi au visiteur de découvrir une grande carte qui reprend les résultats de la mission spatiale wmaP lancée en 2001 par la nasa. de même, est présentée une maquette du satellite européen Planck, dont le but est justement d’étudier avec encore plus de précision ce rayonnement des origines, et qui a été lancé en mai 2009 par l’esa. que souhaitez-vous que le public retienne ? le premier objectif de cette exposition est de permettre au public d’avoir une vision globale des différentes échelles de l’univers, à la fois dans le temps et dans l’espace. la visite doit aussi être l’occasion de susciter le questionnement : comment les galaxies se forment-elles ? quelles sont les forces en jeu ? comment détecte-t-on la matière noire ? etc. il y a de nombreux éléments de réponse dans l’exposition. mais nous espérons qu’après leur visite, les gens auront envie d’en savoir plus. nous souhaitons stimuler leur curiosité ! enfin, j’espère que les visiteurs seront sensibles à la poésie de notre domaine d’étude, souligné notamment par le travail de scénographie. la structure de filaments au milieu de laquelle on se promène peut par exemple susciter l’émerveillement. de même, le film en relief anime ces filaments qui abritent les interactions de galaxies. n’est-il pas difficile d’aborder de façon simple des thèmes complexes ? c’est vrai. mais nous avons eu la chance de collaborer avec la médiatrice scientifique de l’observatoire de Paris, sabrina thiéry, qui a su adapter nos textes pour les mettre à la portée du plus grand nombre. nous nous sommes également appuyés sur le travail des scénographes de l’agence bc-bG. Parfois, mieux que des mots, certaines images ou illustrations permettent de faire passer des messages complexes. c’est le cas des expériences d’optique pour expliquer le phénomène des lentilles gravitationnelles. enfin, nous avons également développé des aspects ludiques, comme la borne interactive qui vous permet de connaître « votre étoile », celle que vous pouvez observer le jour de votre visite mais qui a émis sa lumière, le jour de votre naissance… what are the exhibition’s high points ? allalong the tour of the exhibition, visitors are guided by a large wall fresco that takes them from the solar systemup to the most distant universe. in order for people to realize the magnitude of the time and space scales, we have used a logarithmic scale : at the beginning, visitors need to take only a few steps to go from the earth to the sun, while at the end of the tour those same steps take them billions of times farther in space-time. we wanted to emphasize the main discoveries in cosmology over the past ten years, such as dark energy, which only drew the attention of cosmologists in the last few years and which would makeup threequarters of the contents of the universe. a large part of the information about the universe comes tous from the cosmological background radiation, a remnant of the big bang. the visitor can also discover a large map featuring the results of the wmaP space mission, launched by nasa in 2001. there is also a scale model of the european Planck satellite, launched by esa in may 2009, and whose purpose is precisely to study even more accurately that primeval radiation. what do you wish visitors get out of this exhibition ? the main objective of the exhibition is to give the public a global view of the various scales of the universe, both in time and space. the visit should also lead people to wonder : how do galaxies form ? what are the forces at play ? how can dark matter be detected ? and so forth. the exhibition partially answers these questions, but we hope that after their visit, people would wish to know more. we want to stimulate their curiosity ! finally, i hope that visitors willappreciate the poetry that exists in our field of study, which the exhibition scenography tries to communicate. the filament structure through which visitors proceed may be a source of wonder. also, the 3-d film animates those filaments, within which galaxies interact. Isn’t it difficult to present complex subjects in simple terms ? that is true, but we are fortunate to be able to count on sabrina thiéry, the observatoire de Paris scientific mediator, who edited our texts so that they could be understood by the largest number of people. we also benefited from the work of scenographers from the bc-bG company. sometimes, images and illustrations convey complex messages better than words, as in the case of the optical experiments used to explain the gravitational lensing phenomenon. finally, we also developed some amusing activities, such as the interactive station that allows you to find « your star », the one you can observe the day of your visit but which emitted its light the day you were born. (1) Aux côtés de François Hammer, directeur du laboratoire Galaxies, Étoiles, Physique et Instrumentation - GEPI et de Jean-Michel Alimi, directeur du Laboratoire Univers et Théories - LUTH./Together with François Hammer, director of the Galaxies, Stars, Physics, and Instrumentation Laboratory (GEPI) and Jean- Michel Alimi, director of the Laboratory Universe and Theories (LUTH). DR contactC : françoise combes Astronome LERMA +33 (0)1 40 51 20 77 francoise.combes@obspm.fr Le phénomène de « lentille gravitationnelle » rendu intelligible grâce à des lentilles spéciales imaginées à la faculté de Liège./The « gravitational lensing » phenomenon became intelligible thanks to special lenses imagined at the Faculty of Liège. Palais de la découverte, Chantal Rousselin Palais de la découverte, Chantal Rousselin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :