Magazine Magazine n°3 mar/avr/mai 2011
Magazine Magazine n°3 mar/avr/mai 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°3 de mar/avr/mai 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : ACP

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : spécial moode et business.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
RÉTROVISION Revista Estudios À Paris, en 1937, au cœur de l’Exposition internationale des arts et techniques, entre la démesure architecturale et le face-à-face propagandiste des pavillons de l’URSS et de l’Allemagne nazie, se tient un espace laboratoire, le pavillon de la République espagnole. L’Espagne vit des heures cruciales, plongée dans la guerre civile qui oppose la jeune république et son Front populaire, issu des élections, au putsch d’une partie de l’armée ralliée au Caudillo Francisco Franco. L’Espagne devient le champ d’expérimentation de ce que l’on n’appelle pas encore les armes de destruction massive – déversées par les légions nazies et fascistes – et du langage ambigu des social-démocraties européennes face à un mouvement révolutionnaire luimême animé par des luttes entre tendances anarchiste, trotskiste et communiste. Le pavillon espagnol résonne comme un manifeste contre le fascisme et révèle une relation nouvelle entre le pouvoir et les avant-gardes artistiques. Commandité par le gouvernement de Juan Negrín López, la Generalitat de Catalogne et la province autonome du Pays basque, sa conception est confiée à l’architecte catalan Josep Lluís Sert et à son homologue des Asturies, Luis Lacasa. Issus du courant rationaliste, les deux architectes interprètent cette commande comme la volonté politique d’un peuple et conçoivent ce pavillon comme une opportunité exceptionnelle pour dénoncer les entraves au progrès que représentent les forces conservatrices engagées dans le conflit contre la république et les intellectuels et artistes qui la soutiennent. Situé sur l’esplanade du Trocadéro, le pavillon représente un geste plastique et politique. Plastique par ses dimensions et la qualité de son concept, de son ossature (deux étages de plateaux montés comme sur des pilotis et ouverts sur un patio) et des matériaux utilisés : béton, métal, bois et verre. Politique par le contenu du message social et culturel. Un message porté par Picasso, qui réalise pour l’occasion la magazine n°3 104 peinture Guernica, exposée au rez-de-chaussée du bâtiment, par Joan Miró avec Le Paysan catalan dans la Révolution (El Segador), mais aussi par les œuvres de Julio González et du sculpteur Calder, ainsi que par les photomontages de Josep Renau. L’ensemble architectural devient un forum « d’agit-prop » où s’exprime une rhétorique nouvelle autour de l’engagement artistique. Josep Renau est une figure clé de ce débat. Affichiste renommé, théoricien (on lui doit divers textes et ouvrages sur la fonction politique de l’affiche et du graphisme), il est aussi directeur général des Beaux- Arts au sein du gouvernement Negrín et maître d’œuvre du pavillon espagnol. Communiste peintre plutôt
que peintre communiste, Josep Renau incarne un certain idéal de l’engagement politique de l’artiste. Par son travail, Josep Renau est aussi un vecteur de l’introduction des avant-gardes dans le paysage graphique espagnol des années 30. Originaire de Valence, où il a intégré dès l’âge de 13 ans l’École des beaux-arts de San Carlos, Josep Renau entre très vite en révolte permanente contre les principes pédagogiques et théoriques d’un « autre siècle ». Il adopte le style Art déco, en vogue à Valence, en mélangeant des apports fauves, cubistes et futuristes. Il introduit progressivement dans ses affiches de cinéma, de spectacles et de corridas de nouvelles constructions d’éléments visuels, l’utilisation de typographies modernes et la photographie. S’il avoue son admiration pour le « monteur » Dada Heartfield, c’est plutôt du côté des constructivistes russes qu’il cherche ses références plastiques. Ses premiers photomontages traduisent un univers austère en noir et blanc, sans aucune distanciation humoristique, juste au service de la révolution. Son style va néanmoins évoluer et laisser apparaître un double personnage. D’un côté le doctrinaire, fondateur de l’Union des écrivains et artistes prolétariens, section espagnole de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires, et d’un autre, le magazine n°3 105 photomonteur, qui assemble des éléments baroques et oniriques lui permettant d’échapper au cadre idéologique avec beaucoup d’ironie. Après avoir illustré des ouvrages pour des éditeurs de la mouvance libertaire, comme El dolor universal de Sébastien Faure ou La conquista del pan de Pierre Kropotkine, Josep Renau réalise la maquette de la revue anarcho-syndicaliste Orto en 1932. Il publie par ailleurs ses photomontages en couverture et pages intérieures de la revue anarchiste Estudios. Fondée en 1928 à Valence par un groupe d’intellectuels proche de la FAI, Estudios est une revue culturelle, sociologique, et aborde toutes les problématiques de la sexologie. La révolution sexuelle que prône le psychiatre et […] Diagonales, déséquilibre des compositions, typos modernes, travail à l’aérographe se mettent au service d’un message et du combat antifasciste. psychanalyste autrichien Wilhelm Reich est au cœur des débats ouverts par Estudios. Débats menés par des théoriciens libertaires mais aussi des médecins, sociologues et scientifiques. La parole donnée aux femmes, l’aspect pédagogique relayant les mots d’ordre concernant la contraception, l’avortement, l’hygiène de vie



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 1Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 2-3Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 4-5Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 6-7Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 8-9Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 10-11Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 12-13Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 14-15Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 16-17Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 18-19Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 20-21Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 22-23Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 24-25Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 26-27Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 28-29Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 30-31Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 32-33Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 34-35Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 36-37Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 38-39Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 40-41Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 42-43Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 44-45Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 46-47Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 48-49Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 50-51Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 52-53Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 54-55Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 56-57Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 58-59Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 60-61Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 62-63Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 64-65Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 66-67Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 68-69Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 70-71Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 72-73Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 74-75Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 76-77Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 78-79Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 80-81Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 82-83Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 84-85Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 86-87Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 88-89Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 90-91Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 92-93Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 94-95Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 96-97Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 98-99Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 100-101Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 102-103Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 104-105Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 106-107Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 108-109Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 110-111Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 112-113Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 114-115Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 116-117Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 118-119Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 120-121Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 122-123Magazine Magazine numéro 3 mar/avr/mai 2011 Page 124