Magazine Magazine n°2 déc 10/jan-fév 2011
Magazine Magazine n°2 déc 10/jan-fév 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°2 de déc 10/jan-fév 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : ACP

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : spécial design et mode.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
BIOGRAPHIE CHARLES & RAY EAMES Réputés pour leurs chaises en fibre de verre empilables et leurs meubles en contreplaqué, Charles et Ray Eames, dans la lignée des pionniers du design industriel, se sont évertués leur vie durant à concevoir un produit de masse économique, d’une grande qualité technique et esthétique, sans jamais concéder à la facilité. Retour sur quelques dates clés. 1907 Naissance de Charles Ormond Eames Jr., à Saint Louis (Missouri), d’un père officier de sécurité ainsi que peintre et photographe amateur. Il transmet à son fils le sens du devoir et de la rigueur. De sa petite enfance, Charles garde le souvenir paisible d’une « famille formidable et respectable de la middle class ». 1912 Naissance à Sacramento (Californie) de Bernice Alexandra Kaiser, surnommée « Ray-Ray », cadette chou choute surprotégée par ses parents. 1919 Devenu le patriarche de la famille après le décès de son père, Charles se voit très tôt responsabilisé. Collégien à la Yeatman High School, il bûche après l’école dans une aciérie, avant d’être promu dessinateur technique au bureau d’études. De bons résultats scolaires, un goût certain pour les mathématiques et les sciences, sa voie est toute tracée : il sera architecte. « What works is better than what looks good. The looks good can change, but what works, works. » 1925 Charles intègre alors la section architecture de la Washington University, à Saint Louis, y déplorant d’emblée l’académisme et le peu d’ouverture aux récentes idées modernistes – l’architecte Frank Lloyd Wright, dont il est un fervent disciple, est alors contesté par la majorité de ses enseignants. Diplômé trois ans plus tard après avoir reçu deux prix d’honneur pour « l’ultramodernité » de ses projets architecturaux, Charles s’en va fonder son propre bureau, Gray and Eames, avec Charles M. Gray. 1929 Entre-temps, il se marie avec Catherine Dewey Woerman, une étudiante de la Washington University, et part en lune de miel en Europe sur les traces des grands architectes modernes : Mies Van der Rohe, Walter Gropius, Le Corbusier, Henry Van de Velde… 1933 Fraîchement débarquée à New York, Ray entreprend des études aux Beaux-Arts sous la tutelle du peintre allemand Hans Hofmann. Quatre ans plus tard, ses peintures sont exposées au Riverside Museum dans le cadre de la première exposition du groupe magazine n°2 52 American Abstract Artists, dont elle est la co-fondatrice. Pendant ce temps, Charles ouvre un nouveau bureau, Eames and Walsh, avec Robert T. Walsh. 1939 Suite à la parution de l’un de ses projets dans la revue Architectural Forum, Charles est remarqué par l’architecte finlandais Eliel Saarinen – alors directeur de la Cranbrook Academy of Art (Detroit) –, qui lui confie la direction du département de design expérimental dans son école « hors normes », lui offre un mi-temps dans son agence et lui présente son fils Eero, avec lequel il s’associe pour participer au concours Organic Design in Home Furnishing organisé par le MoMA de New York. Leur projet se compose d’une série de chaises, tables et unités de rangement en contreplaqué moulé — un bois bon marché qu’ils façonnent dans le but de mettre au point un nouveau processus de fabrication : la production de masse. Ils expérimentent aussi un nouveau procédé d’assemblage permettant d’allier bois, caoutchouc, verre et métal, mais ne parvenant pas à faire fabriquer ce mobilier suivant les techni ques projetées, ils le réalisent finalement entièrement en bois. Ils remportent le premier prix dans la catégorie « Rangements » et exposent leur travail l’année suivante. Bloomingdale’s, l’un des sponsors du concours, leur promet de distribuer leurs meubles novateurs dans son grand magasin – promesse qui ne pourra être tenue avec l’arrivée imminente de la guerre. Qu’importe, à la Cranbrook Academy of Art, on expérimente tous azimuts – formes, matières et techniques –, on rêve de réunir l’art et l’industrie 1, on vénère Alvar Aalto, on réveille le mouvement Arts & Crafts, et on rencontre l’amour aux détours d’une salle de classe… Charles, le professeur, et Ray, l’étudiante en tissage, se lient pour ne faire plus qu’un patronyme. 1942 Revenus de leur lune de miel, Charles et Ray posent leurs valises en Californie avec la perspective de fonder leur propre agence. Du graphisme, Ray passe désormais à d’autres supports d’expression, se consacrant entièrement aux projets qu’elle mène en commun avec son mari. « Je n’ai jamais cessé de peindre, j’ai seulement changé de palette », se défend-elle. Bûchant sans relâche sur les techni ques de cintrage du bois laminé — dans la lignée d’A. Aalto et M. Breuer —, le couple de savants fous déploie des trésors d’ingéniosité dans un projet commercial de grande envergure visant à donner au bois stratifié des formes tridimensionnelles. Le résultat : Kazam ! une machine à fomenter des
coques rigides — et des dollars… Une révolution dans l’univers du design. Les premiers objets en résultant participent à l’effort de guerre. Afin de conformer le bois moulé au corps humain, ils fabriquent ainsi des attelles orthopédiques en grande série pour les soldats blessés de la US Navy, exploitant la souplesse et la solidité d’un matériau peu onéreux. Ils fondent alors la Evans Product Company en vue d’expérimenter d’autres produits en bois contreplaqué façonné. « Il faut faire les choses en lesquelles on croit et laisser tomber les autres. » Les Plywood Chairs LCW (Lounge Chair Wood) et DCW (Dining Chair with Wood legs), suivies des DCM (Dining Chair Metal) & LCM (Lounge Chair Metal) aux structures en tube d’acier se voient ainsi exposées au MoMA en 1946 avec une collection de tables basses, de tables pliantes et de mobilier pour enfants. Des prototypes qui ne seront pas commercialisés du fait de leur instabilité, mais qui attirent tout de même l’attention d’Herman Miller, le président d’Herman Miller Furniture Company. Après avoir lancé la fabrication de plusieurs modèles, Miller, devenu leur mécène, obtient les droits exclusifs pour les distribuer. magazine n°2 53 1949 Dans le cadre du programme des Case Study Houses, une série de cas pratiques proposée à de multiples architectes par la revue Art & Architecture, le couple bâtit en bord de mer, à Santa Monica, sa maison utopie – « un maximum de volume pour un minimum de matériaux » – dans laquelle ils vivront toute leur vie. « Officiellement, je me considère comme un architecte. Je ne peux appréhender les problèmes posés par notre environnement qu’en termes de structure – et la structure, c’est l’architecture », renchérit Charles. Conception modulaire, structure en acier, toiture plate, le tout filtré par les rayons du soleil, les Case Study Houses, manifestes high-tech d’une vision idyllique du progrès, rêvent d’améliorer la vie quotidienne des familles de la middle class. Préfabrication, production de masse, rapidité d’exécution et reproductibilité à faible coût, ils sont surtout sommés, comme tant d’autres architectes conviés, de répondre à l’urgence de la crise du logement d’après-guerre. 1953 « Apporter ce qu’il y a de mieux au plus grand nombre et au moindre prix », tel est l’idéal Eames,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 1Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 2-3Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 4-5Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 6-7Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 8-9Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 10-11Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 12-13Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 14-15Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 16-17Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 18-19Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 20-21Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 22-23Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 24-25Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 26-27Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 28-29Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 30-31Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 32-33Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 34-35Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 36-37Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 38-39Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 40-41Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 42-43Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 44-45Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 46-47Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 48-49Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 50-51Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 52-53Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 54-55Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 56-57Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 58-59Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 60-61Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 62-63Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 64-65Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 66-67Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 68-69Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 70-71Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 72-73Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 74-75Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 76-77Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 78-79Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 80-81Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 82-83Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 84-85Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 86-87Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 88-89Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 90-91Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 92-93Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 94-95Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 96-97Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 98-99Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 100-101Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 102-103Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 104-105Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 106-107Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 108-109Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 110-111Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 112-113Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 114-115Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 116-117Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 118-119Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 120-121Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 122-123Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 124-125Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 126-127Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 128-129Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 130-131Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 132-133Magazine Magazine numéro 2 déc 10/jan-fév 2011 Page 134