Magazine Magazine n°1 sep/oct/nov 2010
Magazine Magazine n°1 sep/oct/nov 2010
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°1 de sep/oct/nov 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : ACP

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : spécial mode et design.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Le Jazz et le Be-Bop monteraient sans doute sur les plus hautes marches du podium, de par la corrélation immédiate entre la sonorité et l’efficacité tranchante de leurs noms. Le Classique sombrerait au plus bas, victime du manque de spécificité de son appellation, accompagné dans sa chute par la World Music. Le Rock’n’Roll, pourtant considéré comme un mouvement majeur, ne pourrait prétendre à autre chose qu’à une place en milieu de tableau, victime de la signification anecdotique de son nom. Le Hip-Hop souffrirait de sa rivalité difficilement compréhensible avec le Rap, alors que la Musique Électronique se hisserait vers les premières places, en particulier grâce à la précision et la spécificité de ses subdivisions : Techno, Trance, Hardcore, House et autres. Mais plus bas que tout, on retrouverait le Nu-Metal. Dérivé du Heavy Metal – lui-même déjà peu descriptif du son qu’il émet –, le Nu-Metal semble vouloir se positionner comme une alternative LOGO Linkin Park Si l’on devait juger de la valeur des grands mouvements musicaux au regard de leurs noms, si l’on décidait d’évaluer sans écouter aucun son, la hiérarchie de cet art s’en trouverait redistribuée. […] Tout dans cette forme la rend phénoménalement forte, et on l’imagine tatouée sur des millions de corps d’adolescents américains, on la conçoit en poinçon minuscule, en décor de scène géant, en pendentif, en animation sur Internet magazine n°1 magazine n°1 56 56 fraîche et moderne à un mouvement existant et présumé mourant. On imagine mal un groupe sécessionnaire déclarer l’avènement du New-Jazz ou du New-Rap, au pire a-t-on pu voir la New Wave prendre forme dans les années 80, mais l’augure de s’autodéclarer « neuf » est en général bien sombre. Mais si le Rock, le Rap et le Jazz ont été le produit d’une marge de la société en rébellion, ostracisée et en (relative) souffrance, le Nu-Metal est né dans les banlieues pavillonnaires aisées de Californie, peu réputées pour la misère et le combat social. Majoritairement Blanc, de classe moyenne, tatoué et imbibé d’une culture Hip-Hop à laquelle il ne pourra jamais réellement s’intégrer, le musicien de Nu-Metal est un pur produit de son environnement. Confus, hésitant entre les baggy pants et une orientation capillaire héritée de ZZ Top et Metallica, il adopte des poses directement extraites du répertoire des gangsters de Los Angeles, mais part dans des riffs de guitare inspirés par les maîtres scandinaves du genre. Le choix de phonétiser le mot new en une syllabe aux relents nordiques, nu, signait déjà l’arrêt de mort d’un mouvement par essence bâtard. Et pourtant, malgré un succès limité hors des États-Unis, le mouvement va vendre des millions de disques et fédérer toute une jeunesse désireuse de gros riffs de guitare électrique mélangés à un staccato vaguement Hip-Hop, sans la revendication raciale ni le message de violence urbaine du Rap. Les grands groupes vont envahir les ondes à la fin des années 90 et au début de la décennie suivante, et certains vont même réussir à gagner la confiance du grand frère Hip-Hop pour des collaborations. L’un des groupes majeurs, avec Limp Bizkit, Korn, System Of A Down et Slipknot, est Linkin Park. Rendus célèbres mondialement par leur morceau en duo avec Jay-Z Numb/Encore, les membres du groupe ont traversé les années portant fièrement bouc au menton, depuis 1996, vendant au passage plus de 50 millions de disques. Leur nom étant déjà un
jeu d’orthographe douteux sur le Lincoln Park de Santa Monica, on pouvait s’attendre au pire quant à leurs goûts esthétiques… voir leurs pochettes d’albums tout au long de leur carrière exsudant une rage post-adolescente mâtinée d’influences militarogothiques. Lettres en pochoir, silhouettes menaçantes mélangées via une trentaine de filtres Photoshop avec des typographies aux relents germaniques, tags primaires croisés avec des formes de tatouages celtiques… bref, l’entière panoplie regroupée dans un medley visuel peu ragoûtant. Comment s’expliquer alors l’apparition récente sur les murs des grandes villes du monde d’affiches Linkin Park aussi austères que brutalement efficaces ? Un fond rouge uni, un logo blanc centré, et le nom du groupe en relativement petit. Non seulement la distribution de l’information est simple et directe, mais le logo en question est un chef-d’œuvre, un pictogramme s’inscrivant d’emblée dans le cercle très fermé des logos d’exception. Un trait fin et continu dessine deux formes géométriques parfaites, le cercle et le triangle, tout en épelant les initiales « L » et « P » de manière évidente et dynamique. L’œil navigue de la forme à la contreforme, le symbole se comprend et s’inscrit immédiatement au fond de la cornée. Les angles aigus du « L » et du « P » signifient l’appartenance à un mouvement musical aux velléités dures et aux sonorités violentes, l’encerclement vient contenir ces fines lignes pour les stabiliser, leur donner un caractère quasi « corporationnel », voire militaire. On magazine n°1 57 est proche du langage visuel des drapeaux d’une armée nationaliste, mais on inverse aussi le symbole de l’œil-tout-voyant (un cercle dans un triangle). Tout dans cette forme la rend phénoménalement forte, et on l’imagine tatouée sur des millions de corps d’adolescents américains, on la conçoit en poinçon minuscule, en décor de scène géant, en pendentif, en animation sur Internet, on imagine même une armée brutale et sanguinaire se regroupant derrière un drapeau portant ce symbole. Mais aujourd’hui, peu d’armées sanguinaires, de gouvernements avides de pouvoir ou de compagnies multinationales sauraient être capables de suffisamment de clarté et d’ascèse pour choisir un symbole aussi simple et fort. Laissant à un groupe d’adolescents attardés, nourris aux jeux vidéo et à la culture MTV, le luxe de s’offrir ce logo proche de la perfection. magazine n°1 57 Yorgo Tloupas



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 1Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 2-3Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 4-5Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 6-7Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 8-9Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 10-11Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 12-13Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 14-15Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 16-17Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 18-19Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 20-21Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 22-23Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 24-25Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 26-27Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 28-29Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 30-31Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 32-33Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 34-35Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 36-37Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 38-39Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 40-41Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 42-43Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 44-45Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 46-47Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 48-49Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 50-51Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 52-53Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 54-55Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 56-57Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 58-59Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 60-61Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 62-63Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 64-65Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 66-67Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 68-69Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 70-71Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 72-73Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 74-75Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 76-77Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 78-79Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 80-81Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 82-83Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 84-85Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 86-87Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 88-89Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 90-91Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 92-93Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 94-95Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 96-97Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 98-99Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 100-101Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 102-103Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 104-105Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 106-107Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 108-109Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 110-111Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 112-113Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 114-115Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 116-117Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 118-119Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 120-121Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 122-123Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 124-125Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 126-127Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 128-129Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 130-131Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 132-133Magazine Magazine numéro 1 sep/oct/nov 2010 Page 134