MadinMag n°51 décembre 2018
MadinMag n°51 décembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de décembre 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : EPAG

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 14,8 Mo

  • Dans ce numéro : soutenir l'économie de nos territoires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
TISSER SON Réseau Une expertise micro-locale pour nos territoires Marie-Laetitia VITALIS Des marchés internationaux à nos territoires, Marie-Laetitia VITALIS, responsable commerciale chez Immovital, revient sur son parcours et dresse un état des lieux du marché immobilier guadeloupéen. Marie-Laetitia VITALIS, responsable commerciale chez Immovital Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ? J’ai quitté la Guadeloupe en 2008 pour intégrer l’école de commerce Paris School Of Business. J’ai effectué mon stage de Master 1 dans le groupe Edmond de Rothschild en tant que contrôleur financier durant 6 mois. L’expérience s’étant bien passée, ils m’ont proposé un contrat d’alternance pour mon année de Master 2, spécialité finance d’entreprises. J’ai ensuite effectué mon stage de fin d’études à la BNPP Real Estate investment management (BNPP RE) en tant qu’analyste financier sur la partie Asset Management des fonds immobiliers. Cette dernière expérience m’a énormément plu et a débouché sur un CDI. Pourquoi avez-vous décidé de rentrer en Guadeloupe ? Après 3 années chez BNPPRE, j’avais envie de changer de poste, et l’idée de retourner chez moi a commencé à germer. La décision n’a pas été facile car bien que j’aie toujours eu en tête de revenir en Guadeloupe, les métiers de l’Investment Management (fonds immobilier) ne sont possibles que sur les places financières mondiales (Paris, Londres, etc.). Finalement, l’envie de rentrer en Guadeloupe a été plus forte. J’ai eu la chance d’intégrer l’équipe d’Immovital, agence immobilière ayant 25 ans d’existence. L’expérience et la polyvalence de l’équipe m’ont permis de mieux appréhender ce marché nouveau pour moi. Selon vous, quelles sont les spécificités du marché immobilier local ? Pour investir en Guadeloupe il faut connaître les spécificités de chaque secteur. On pourrait parler d’une expertise à un niveau « micro-local ». Les chiffres de l’observatoire de l’immobilier* nous permettent de constater que la majorité des transactions se concentrent sous la barre des 200 000 euros. Pour le marché de la location, l’hétérogénéité est aussi de mise. Pour les deux marchés de la location et de la vente, nous constatons un bon 1er semestre 2018 avec une croissance encourageante du volume de transactions. Quel est ton conseil pour la jeunesse antillaise ? Bien que complexes, nos îles sont des écrins de richesses et de beautés (avec une population extraordinaire). Je pense qu’il est important de se libérer de nos idées reçues et de réussir à voir nos territoires avec un regard neuf et positif ! Alors pour ceux qui hésitent encore, je leur conseille de sauter le pas ! *Pour retrouver les chiffres  : https://www.immodesiles.fr/lemarche-immobilier-de-la-guadeloupe/p-14 ACPA  : Association des Classes Préparatoires Antillaises contact@acpa-asso.com www.acpa-asso.com +596 696 86 78 24 72/Décembre 2018 www.ewag.fr/Madinmag/@ewagmedia
Anaëlle Horth, ingénieure d’études systèmes Cette jeune Guyanaise rêvait de spatial. La proximité de la station de Kourou, n’y est sans doute pas étrangère. L’ingénierie était donc la voie à suivre, d’autant qu’Anaëlle, plutôt motivée par les disciplines scientifiques, se sentait attirée par l’électronique et la mécatronique. Le hasard, comme souvent, a bousculé les projets initiaux de la jeune étudiante. Elle travaille aujourd’hui sur les fonctions embarquées, non pas d’engins spatiaux, mais de machines agricoles chez Bertrandt. Et elle en est ravie ! www.ewag.fr/Madinmag/@ewagmedia Qu’est ce qui t’a orienté vers les métiers liés à l’électronique ? J’ai choisi un métier technique par instinct. En effet, l’électronique m’attirait et je ne me suis pas trompée. L’innovation ouvre de nouveaux horizons et je trouve gratifiant de pouvoir concrètement observer les évolutions qu’apporte mon travail dans le domaine des engins agricoles. Elle assure la conception et la spécification des fonctions embarquées selon une approche MDB (Model Based Design) qui TISSER SON Réseau L’éleCTronisATion des engins AGricoles est en pleine croissance Anaëlle Horth Membre du pôle Rédac’de Jeunesse Outre Mer et passionnée d’électronique, Anaëlle est une jeune ingénieure d’études systèmes chez Bertrandt. Diplômée à l’ENSEIRB- Matméca de Bordeaux, elle développe des fonctions embarquées destinées aux engins agricoles qui, comme les automobiles, pourront bientôt fonctionner sans pilote. permet de modéliser le système pour pouvoir tester les choix techniques et procéder à des simulations avant validation. Par quels éléments la modernisation des tracteurs se concrétise-t-elle ? Comme pour les automobiles, l’évolution des tracteurs s’oriente toujours vers plus d’autonomie et d’automatisation, que ce soit au démarrage à distance du véhicule ou pour le manœuvrer dans les champs sans conducteur. L’électronisation des engins agricoles est en pleine croissance. Il y a beaucoup à faire et j’ai la chance de pouvoir travailler pour un client dont la marque est considérée comme premium. Anaëlle trouve ainsi dans cette expérience l’opportunité d’acquérir de nouvelles compétences qui pourront être utiles dans tous les secteurs. La jeune ingénieure s’épanouit dans les opérations techniques dont elle a la responsabilité. Elle apprécie aussi le travail en équipe qui permet, grâce aux échanges et aux challenges techniques, d’avancer plus vite et d’aller plus loin. Décembre 2018/73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 1MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 2-3MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 4-5MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 6-7MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 8-9MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 10-11MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 12-13MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 14-15MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 16-17MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 18-19MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 20-21MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 22-23MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 24-25MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 26-27MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 28-29MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 30-31MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 32-33MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 34-35MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 36-37MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 38-39MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 40-41MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 42-43MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 44-45MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 46-47MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 48-49MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 50-51MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 52-53MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 54-55MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 56-57MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 58-59MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 60-61MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 62-63MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 64-65MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 66-67MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 68-69MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 70-71MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 72-73MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 74-75MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 76-77MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 78-79MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 80-81MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 82-83MadinMag numéro 51 décembre 2018 Page 84