Madame n°151 déc 12/jan 2013
Madame n°151 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°151 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 39,1 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial luxe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
STYLE CRÉATEUR 136 IL Y A DIX ANS, l’ingénieux “Billy”, au toucher “lisse comme de la bougie”, avait rencontré un succès fou. Ce premier it-bag était né du constat qu’un sac “se porte sur le corps toute la journée, comme un vêtement”. Jérôme Dreyfuss réitère sa promesse de fluidité avec cette déclinaison du Perfecto en quatre actes : cuir noir façon motard, doudoune molletonnée rouge en duvet d’oie, version mixant K-way et cuir, une autre en agneau plongé. Les meilleurs tanneurs français et italiens ont été sollicités pour cette minicollection douce comme la peau aux teintures naturelles végétales. Col châle, manches à zipper, cintré ou en phase avec l’amplitude du mouvement, chaque blouson ouvre le chemin de la liberté. M SIBYLLE GRANDCHAMP UN CUIR nommé désir Freewheeling Après avoir brisé le règne du sac rigide pour “rendre service à ses copines”, Jérôme Dreyfuss livre sa version du Perfecto casual chic et transformable. – From Jérôme Dreyfuss, a new take on the casual chic leather jacket. TEN YEARS ago he scored a huge success with the ingenious Billy Bag, an accessory “to be worn like a garment.” Today Jérôme Dreyfuss has achieved the same adaptable fluidity and sensuality in a series of four leather jackets: in biker-style black, plongé lambskin, a mix of leather and windbreaker nylon, and red leather with down-filled quilting. All are made using skin-soft hides and natural dyes “that move and breathe.” With their shawl collars and zippered sleeves, cinched tight or open to the wind, each model is an invitation to freedom. M JÉRÔME DREYFUSS, 4, rue Jacob, Paris VI e Tél. +33 (0)1 56 81 85 31. www.jerome-dreyfuss.com PHOTOS DR
TYLE LA WORKING GIRL n’est pas sortie indemne des années 80. Avec son tailleur qui ne passait plus les portes – la faute à des paddings insensés –, le tintamarre de ses breloques king size, 8 cm 2 de blush par joue et son brushing ahurissant dit “à la lionne”, elle nous fait aujourd’hui bien rigoler. Pourtant, c’est elle et ses vêtements dont il s’agit cet hiver, chez des créateurs du présent s’amourachant du passé. Et son come-back donne forcément lieu à de belles resucées : il y a du Mugler chez Lanvin, du Montana chez Hakaan, du Alaïa chez Prabal Gurung. La femme des années 80, puissante et intrépide, reprend du service. Par un jeudi brumeux de mars dernier, elle réembauchait à 10 h chez “Balenciaga Inc”. Le temps d’un défilé, Nicolas Ghesquière investissait le 27 e étage d’une tour de Beaugrenelle (le quartier des gratte-ciel érigés au cœur des années 70 dans le 15 e arrondissement à Paris) pour présenter des power suits dans un cadre qui ne leur était certainement pas étranger. Ainsi, entre deux réunions imaginaires, une équipe de femmes d’affaires téméraires “marchait à la Wonder”, la tête haute, les épaule carrées. Si l’hommage n’est pas littéral – le cheveux est lisse, le maquillage soft, les matières techno –, l’évocation de la working girl n’en demeure pas moins flagrante. Celle-ci, sorte de yuppie en jupe, débarque aux alentours de 1984 dans le Wall Street District. En tailleur strict, elle bataille dans la jungle des affaires immanquablement peuplée de machos. Voilà grosso modo le synopsis de sa vie. Une vie qui fera l’objet d’un film éponyme. Tess McGill (Melanie Griffith) est trop hardie pour se cantonner à son job de secrétaire, d’autant qu’elle a pour chefs deux abrutis. Elle démissionne, puis se fait embaucher par Katharine Parker (Sigourney Weaver), aussi élégante que redoutable. Tess l’apprendra à ses dépens. Réalisant que Katharine lui a piqué son idée visant un important accord commercial, notre héroïne décide de mener son affaire elle-même en usurpant l’identité de sa boss autant que sa jolie garde-robe. Ainsi le film met-il en évidence l’importance des apparences telles que le vêtement les codifie dans le monde du travail, précisément dans celui des affaires. Sorti en 1988, Working Girl deviendra un film culte – et sa B.O., Let The River Run, chanté par Carly Simon, ouvrait le défilé Louis Vuitton en octobre 1999 – bien qu’il laisse le souvenir tenace d’un style, celui de Tess, lorgnant passablement sur le kitsch de ces chères années 80. Il aura fallu une décennie, les années 90, pour digérer la précédente et le talent de créateurs tels Marc Jacobs – sa collection pour Louis Vuitton à l’hiver 2000 est à ce titre exemplaire – Stefano Pilati chez Yves Saint Laurent, Christophe Decarnin chez Balmain ou Nicolas Ghesquière chez Balenciaga, pour redonner ces derniers temps du lustre à la femme des années 80. La working girl n’est plus une paria de la mode. M JÉRÔME GAUTIER 138 DÉCRYPTAGE Amazone 80 Back on the boards SHE’S STILL waiting for that promotion to timeless fashion icon. With her over padded suits, oversized bracelets, overly-blushed cheeks and overblown “lion’s mane” hairdo, the professional woman of the 1980s seems like a caricature today. And yet, she has pulled off a non-hostile take over of the winter collections, with plenty of buy-in from design ers infatuated with the past. And her comeback comes with some welcome stylistic revivals, of Mugler by Lanvin, Montana by Hakaan, Alaïa by Prabal Gurung… One misty Thursday morning last March, the executive woman clocked in at Balenciaga Inc. Nicolas Ghesquière had taken over the 27th floor of a highrise in southwestern Paris to unveil a collection of power suits in an appropriately office-like setting. Between two imaginary meetings, a team of formidable businesswomen took to the runway, heads held high, shoulders perfectly squared. Although the reference was not literal (the hair was smooth, the makeup soft, the materials high-tech), the evocation of the working girl was clear. In particular, the working girl who arrived on Wall Street in about 1984. A yuppie in a skirt, she had come to carve out a career among the alpha males who ruled the corporate jungle. In the film by Mike Nichols, Tess McGill (Melanie Griffith) takes a job at an investment bank working for Katharine Parker (Sigourney Weaver), who proves to be as ruthless as she is elegant. When Tess realizes that Katharine has stolen her idea for an important merger, our heroine decides to take matters into her own hands by usurping her boss’s identity, along with her wardrobe. The film thus illustrates the importance of appearance, and the way clothing defines one’s rank in the business world. Released in 1988, Working Girl became a cult classic (and its theme song, Let The River Run sung by Carly Simon, opened the Louis Vuitton show in October 1999), even though it perpetuates the memory of a style that came to personify 1980s kitsch. It was to take the fashion world through the end of the nineties to digest the previous decade, and the talent of designers like Marc Jacobs— especially in his winter 2000 collection for LV—Christophe Decarnin at Balmain, Stefano Pilati at Yves Saint Laurent and Nicolas Ghesquière at Balenciaga to restore the 1980s businesswoman to good standing. The working girl is no longer a fashion outcast. M PHOTOS 20TH CENTURY FOX / THE KOBAL COLLECTION – GORUNWAY



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 1Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 2-3Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 4-5Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 6-7Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 8-9Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 10-11Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 12-13Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 14-15Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 16-17Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 18-19Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 20-21Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 22-23Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 24-25Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 26-27Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 28-29Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 30-31Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 32-33Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 34-35Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 36-37Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 38-39Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 40-41Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 42-43Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 44-45Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 46-47Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 48-49Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 50-51Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 52-53Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 54-55Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 56-57Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 58-59Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 60-61Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 62-63Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 64-65Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 66-67Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 68-69Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 70-71Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 72-73Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 74-75Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 76-77Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 78-79Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 80-81Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 82-83Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 84-85Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 86-87Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 88-89Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 90-91Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 92-93Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 94-95Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 96-97Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 98-99Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 100-101Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 102-103Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 104-105Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 106-107Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 108-109Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 110-111Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 112-113Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 114-115Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 116-117Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 118-119Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 120-121Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 122-123Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 124-125Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 126-127Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 128-129Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 130-131Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 132-133Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 134-135Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 136-137Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 138-139Madame numéro 151 déc 12/jan 2013 Page 140