Madame n°150 oct/nov 2012
Madame n°150 oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°150 de oct/nov 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 128

  • Taille du fichier PDF : 26,7 Mo

  • Dans ce numéro : spécial mode.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
L’axiome de L’AMOUR LIVRES JIZE Premier roman sur la femme d’un mathématicien de génie, sur fond de Seconde Guerre mondiale. Une ode à l’infiniment petit. UN ROMAN sur l’incomplétude de l’être. Nous sommes toujours trop de ceci et pas assez de cela, livré au clivage entre esprit et corps, intellect et affects, rationalité scientifique et imagination, masculin et féminin. Yannick Grannec, graphiste de métier, livre un premier roman bourré d’érudition mathématique qui est en même temps une ode au don de soi. Avec talent, elle s’adonne à une opération philosophico-littéraire merveilleuse : elle fiche en l’air des hiérarchies vieilles comme le monde, qui mettent en haut de la pyramide le génie, en général incarné par des hommes, et tout en bas la ménagère. Peu de romanciers ont donné la parole de la sorte à celle qui n’a pas d’existence propre, l’épouse du grand homme. Depuis la Vienne fantasque des années 30 jusqu’au Princeton de l’après-guerre, depuis l’Anchluss jusqu’au maccarthysme et l’avènement de l’arme nucléaire, la vie de Kurt Gödel, fascinant mathématicien peu connu du XX e siècle, très fragile mentalement (on pense au film A Beautiful Mind, de Ron Howard), est ainsi racontée par sa femme, Adèle Gödel, une « grosse Autrichienne sans instruction » qui batailla toute sa vie pour empêcher la folie de s’emparer complètement de son mari. Tant mieux, pense-t-on, ces deux-là se sont bien trouvés dans une idéale complémentarité, les équations pour l’un, la solidité existentielle pour l’autre, c’est une affaire qui marche. Mais Adèle, après le décès de son mari, n’est pas en paix. Elle a tant donné et si peu reçu. Ni amour réciproque, ni reconnaissance aucune. Quantité négligeable. Yannick L’auteur YANNICK GRANNEC Grannec s’attaque à cette férocité des êtres qui se sentent supérieurs parce qu’un talent particulier leur a été échu, et qui méprisent ceux dans leur ombre dont ils ont pourtant tant besoin. Avant de mourir, Adèle sera pourtant récompensée : Anna Roth, la jeune documentaliste qui lui rend visite dans l’espoir de récupérer les archives de l’hermétique matheux, deviendra en quelque sorte la fille qu’elle n’a pas eue, entendra la beauté de son sacrifice, permettant à une transmission réconfortante de s’accomplir. Vibrant hommage à l’humour, seule alchimie capable de résister un tant soit peu à l’esprit de sérieux, Yannick Grannec réussit particulièrement le portrait d’Albert Einstein, homme lucide et truculent dont la puissante intelligence n’a pas atrophié la chaleur humaine : lui devine à l’instinct que l’amour d’Adèle, bien que passant pour chose évidente, allant de soi donc insignifiante, est sans doute la seule véritable réponse aux recherches de son ami Kurt Gödel sur l’infini. ■ M ISABELLE POTEL 180 LIVRES CULTURE Yannick Grannec La Déesse, des petites vi6}oires Small things that count The wife of a renowned mathematician becomes the central character in a compelling debut novel. A NOVEL on the incompleteness of being. We are always a bit too much this and not enough that, struggling to bridge the gap between mind and body, intellect and emotion, logic and imagination, masculinity and femininity. Although packed with mathematical erudition, Yannick Grannec’s first novel, The Goddess of Small Victories (available in French), is ultimately an ode to self-sacrifice, and a brash challenge to an ageold hierarchy : the pecking order that puts the genius, in most cases male, at the top of the human pyramid and the housewife at the bottom. Few novelists have given voice to those women who had no existence of their own, the wives of great men. In Grannec’s fictionalization, the life of Kurt Gödel, a brilliant but mentally unstable mathematician (we are reminded of Ron Howard’s film A Beautiful Mind), is recounted by his wife Adele, a « fat, uneducated woman » who would struggle her entire adult life to keep her husband from succumbing to insanity. One might think that the two were lucky to find each other. Equations for one and down-to-earth practicality for the other : a perfect match. But after her husband’s death, Adele could find no peace. She had given so much and received so little—no love in return, no recognition of any kind. She had been a negligible quantity. Then a young researcher visits her in the hope of accessing Gödel’s archives, becomes her confidante, and comes to understand the beauty of her sacrifice. Among the other characters in the narrative, Grannec is especially successful in her portrait of Albert Einstein, a thinker whose intellectual power never undermined his human warmth. He saw that Adele’s love, although taken for granted, was the only genuine response to his friend Gödel’s endless research on the infinite. M « LA DÉESSE DES PETITES VICTOIRES », Yannick Grannec, éditions Anne Carrière, 470 pages, 21 €. PHOTOS DR – BRUNO CHAROY
I.ri.orenf Bériégui Mon pire ennemi esi sous 1111111 chapeau.. Audi:ait-d MYSTÈRE d’une femme – Out of mind Des impatientes UN HOMME, un vrai – Plan B CULTURE Jogethan ee lor AVEC ce premier roman choral, d’une écriture rapide, comme talonnée par l’urgence, autour d’un lycée et d’un grand magasin de Seine-Saint-Denis, l’historien Sylvain Pattieu retrouve quelque chose de l’alchimie qui avait fait la grâce de L’Esquive, le film d’Abdellatif Kechiche : une manière de dire qu’au-delà des galères sociales des populations immigrées, ce qui couve en banlieue, c’est une grande énergie. Celle d’une jeunesse certes frustrée, difficile, dont l’intégration est semée d’embûches, mais porteuse d’un potentiel fantastique. Trois voix se croisent, celle d’Alima Sissoko, bonne élève acharnée qui rêve de Sciences-Po, de Bintou Massinka qui fait les quatre cents coups, et de Kevin, jeune prof en pleine déconfiture amoureuse. Leurs récits s’enroulent comme des serpents autour d’un événement qui a fait déraper leurs vies, mais dont on ne connaîtra la teneur que tardivement. Corps impatients, langues pendues, beauté de la jeunesse, toujours et partout. I.P. IN HIS first novel, Impatient Girls (in French), Sylvain Pattieu intertwines the lives of three main characters—a brilliant student, a hell-raiser and a young teacher—caughtup in an event that sends their lives spinning out of control. A fast-paced portrayal of the poor suburbs of Paris, and the frustrations of a young generation for whom the road to successis steep and tortuous. « LES IMPATIENTES », Sylvain Pattieu, éditions La Brune, au Rouergue, 256 p., 19,50 €. EN RIRE est son credo, et ça tombe bien, il possède un solide talent pour la formule, du genre : « Sa confiance dans la vie était telle qu’elle aurait planté un rosier grimpant au pied de la tour Eiffel ». On rigole des mésaventures de Laurent Minkowski, brillant spécialiste en génétique qui vient de se faire licencier par son labo faute de budget pour son programme de recherche. Dommage, vu qu’il est dingue amoureux d’une vétérinaire de vingt ans plus jeune que lui, pour les beaux yeux de laquelle il s’est façonné en homme indestructible. L’hypertension menace… Pour se détendre, il entame une carrière de cambrioleur, ce qui lui vaut de croiser le chemin d’un caïd qui n’est pas à prendre avec des pincettes... Comédie policière déjantée, il s’agit aussi pour Laurent Bénégui d’en savoir un peu plus sur l’amour, et surtout sur ce désir de maternité des femmes face auquel il n’y aurait d’autre choix masculin, semble-t-il, que se soumettre ou se démettre… I.P. WHEN LAURENT Minkowski loses his job as a genetics researcher, he takesup burglary to maintain his income and, more importantly, his chances with the young object of his desires. My Worst Enemy is Under My Hat (in French) is an off-the-wall comedy, an incisive portrait of our troubled times and, for author Laurent Bénégui, a medium for examining the extremes to which people will go for love. « MON PIRE ENNEMI EST SOUS MON CHAPEAU », Laurent Bénégui, éditions Julliard, 322 p., 19 €. ON DIT qu’il n’y a pas d’amour, seulement des preuves d’amour. Certains en auraient-ils la capacité et d’autres pas ? Il s’agit bien de quelque chose d’indicible, le plus mystérieux en chacun sans doute. Certains s’attachent, d’autres pas, et ça marche comme des vases communicants, les premiers ayant besoin peut-être que l’objet de leur attachement se dérobe, dépendant pour aimer d’une absence de réciprocité. C’est toute l’audace de ce roman de tenter de percer la personnalité de Molly, belle jeune femme qui fascine les hommes parce qu’elle se révèle insaisissable. A Berkeley, elle a failli rendre fou l’étudiant en histoire de l’art John Wheelwright, avant de disparaître. Des années plus tard, alors que celui-ci travaille dans la pub et se retrouve sous la coupe d’un gourou visionnaire qui prétend sauver la création, Molly réapparaît… Dans l’Amérique pleine de fric des années 80, un roman subtil par l’auteur des Privilèges, nouvel enfant prodigue de la littérature US, sous influence assez évidente, ici, de l’indépassable série télé Mad Men. I.P. DO SOME people need to love someone who doesn’t love them back ? John, the protagonist of Palladio, is obsessed with the elusive Molly. She disappears, only to re-enter his life years later. A subtle novel by Jonathan Dee, author of The Privileges, against the backdrop of the money-madeighties. « LA FABRIQUE DES ILLUSIONS », Jonathan Dee, Plon, Feux croisés, 448 p., 22,50 €. BANLIEUE – The other side CULTURE LIVRES PHOTOS DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 1Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 2-3Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 4-5Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 6-7Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 8-9Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 10-11Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 12-13Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 14-15Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 16-17Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 18-19Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 20-21Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 22-23Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 24-25Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 26-27Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 28-29Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 30-31Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 32-33Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 34-35Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 36-37Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 38-39Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 40-41Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 42-43Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 44-45Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 46-47Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 48-49Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 50-51Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 52-53Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 54-55Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 56-57Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 58-59Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 60-61Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 62-63Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 64-65Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 66-67Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 68-69Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 70-71Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 72-73Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 74-75Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 76-77Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 78-79Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 80-81Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 82-83Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 84-85Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 86-87Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 88-89Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 90-91Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 92-93Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 94-95Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 96-97Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 98-99Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 100-101Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 102-103Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 104-105Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 106-107Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 108-109Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 110-111Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 112-113Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 114-115Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 116-117Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 118-119Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 120-121Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 122-123Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 124-125Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 126-127Madame numéro 150 oct/nov 2012 Page 128