Madame n°149 aoû/sep 2012
Madame n°149 aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°149 de aoû/sep 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 126

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial tendances.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
PHOTOS DR TRAVERSÉE des apparences – Percipience LE GENRE de polar qu’on lit d’une traite, même sous une tente en plein orage. De préférence sous une tente en plein orage. Le déluge s’abat sur la petite ville de Rose, dans le Kansas, nuit de fin du monde pendant laquelle Hugh-Jay Linder va être assassiné et sa femme Laurie disparaître, laissant seule leur fille Jody, 3 ans. Une vingtaine d’années plus Perfect stormtard, le mauvais garçon qui avait été condamné à l’époque sort de prison… Le passé resurgit, la vie de Jody bascule. Secrets et drames d’une puissante famille d’éleveurs dans les plaines du Middle West, mensonges à toutes les pages. Le roman se veut également le portrait d’une communauté rurale frappée par la crise économique mondiale, et la chronique de la vie quotidienne dans un ranch. Du cousu main par l’une de ces romancières anglo-saxonnes aussi calées pour le mystère que la tarte aux pommes, et qu’on adore précisément pour cela. I.P. ONE RAINY NIGHT in the small town of Rose, Kansas, a man is murdered and his wife disappears, leaving behind their three-year-old daughter. Two decades later, the man convicted of the crime is released from prison, stirringup a new stormof lies and long-buried secrets. Nancy Pickard’s The Scent of Rain and Lightning is the kind of well-crafted, fast-paced thriller that you want to read in one sitting, even under a tent in a thunderstorm. In fact, especially under a tent in a thunderstorm. « MÉMOIRE D’UNE NUIT D’ORAGE », Nancy Pickard, Belfond, 400 p., 21 €. VIRTUOSE, ce premier roman d’un Canadien qui vit à Montréal (et a longtemps travaillé « dans les antiquités ») met en scène Jake Cole, détective indépendant pointant au FBI, qui revient, trente ans après l’avoir quittée, dans la maison de son enfance, à Montauk, Nouvelle-Angleterre. Son père y vit toujours, peintre de renom en train de perdre la tête sous l’effet d’un Alzheimer carabiné. Tandis que l’ouragan Dylan se rapproche dangereusement, le shérif local demande à Jake de l’aider à résoudre un double assassinat qui semble lié à un crime du passé jamais résolu. La clef de l’énigme réside-t-elle dans les 5 000 tableaux du père, comme un immense et étrange puzzle ? Jake a le dada qu’il faut pour s’y coller : il lit les scènes de meurtre comme si elles étaient des tableaux… L’idée du crime élevé au rang des beaux-arts n’est pas nouvelle, mais ce thriller pictural en propose une déclinaison excitante. I.P. IN ROBERT POBI’S Bloodman, detective Jake Cole returns to his childhood home to take care of his father, a well-known painter who is falling victim to dementia. As a hurricane approaches, Cole is asked to help solve a double murder, the key to which may lie in his father’s canvases. The idea of crime as art may not be new, but this pictorial thriller offers a captivating variation on the theme. « L’INVISIBLE », Robert Pobi, Sonatine, 430 p., 21,30 €. MEURTRE au ranch – ACTRICES – Perspicacity LE PENSEUR américain considère que le 7 e art (la découverte de la comédie du remariage à Hollywood, c’est lui) est une autre façon de philosopher… Dans cet essai au titre invraisemblablement poétique, il étudie quatre films (dont Lettre d’une inconnue, de Max Ophüls) des années 30 et 40, qui mettent en scène des héroïnes se battant pour exister par elles-mêmes. On y trouve des considérations sur le mariage ou son absence, la différence des sexes, la connaissance de soi, la psychanalyse, le « désir de la femme », le sacrifice d’une mère, l’hystérie féminine, mais aussi sur l’art de la conversation comme pratique essentielle d’une union réussie, sur Adam et Eve... Surtout, le livre rend hommage à des actrices puissantes comme Barbara Stanwyck ou Ingrid Bergman. Pour cinéphiles, c’est-à-dire ceux qui craignent de ne pas avoir en vacances leur ration d’images et de concepts… I.P. IN HIS POETICALLY-TITLED Contesting Tears : The Hollywood Melodrama of the Unknown Woman, Stanley Cavell pays homage to powerful actresses like Barbara Stanwyck and Ingrid Bergman, in the process ruminating on marriage, gender differences, self-knowledge, feminine desire, maternal sacrifice, and the art of conversation as a cornerstone of a successful relationship. « LA PROTESTATION DES LARMES. LE MÉLODRAME DE LA FEMME INCONNUE », Stanley Cavell, Capricci, 328 p., 21 €. J ; _r•
PAR MARIE POINTURIER – PHOTO MAGGIE NIMKIN SCULPTURALES L Peter Marino, architecte star et grand collectionneur, aime le bronze pour sa force et sa sensualité. A l’occasion de la Biennale des antiquaires, la galerie L&M Arts de New York présentera d’ailleurs ses dernières créations : 7 boîtes sculptures en bronze doré, argenté et noirci. Pures merveilles. M.P.. Biennale des antiquaires, Grand Palais, Paris, du 14 au 23 septembre. www.petermarinoarchitect.com – Star designer Peter Marino loves the power and sensorial allure of bronze. For the Biennale des Antiquaires, the New York gallery L&M Arts is showing his latest creations at the Grand Palais in Paris. AIR FRANCE MADAME 163



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 1Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 2-3Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 4-5Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 6-7Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 8-9Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 10-11Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 12-13Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 14-15Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 16-17Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 18-19Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 20-21Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 22-23Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 24-25Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 26-27Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 28-29Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 30-31Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 32-33Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 34-35Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 36-37Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 38-39Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 40-41Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 42-43Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 44-45Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 46-47Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 48-49Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 50-51Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 52-53Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 54-55Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 56-57Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 58-59Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 60-61Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 62-63Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 64-65Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 66-67Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 68-69Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 70-71Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 72-73Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 74-75Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 76-77Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 78-79Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 80-81Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 82-83Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 84-85Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 86-87Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 88-89Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 90-91Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 92-93Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 94-95Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 96-97Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 98-99Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 100-101Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 102-103Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 104-105Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 106-107Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 108-109Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 110-111Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 112-113Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 114-115Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 116-117Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 118-119Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 120-121Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 122-123Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 124-125Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 126