Madame n°149 aoû/sep 2012
Madame n°149 aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°149 de aoû/sep 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 126

  • Taille du fichier PDF : 26,3 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial tendances.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
156 La solution YALOM L’écrivain-psy-prof Irvin Yalom a conquis le monde avec ses récits de thérapies et ses fictions philosophiques qui se lisent comme des polars. A 81 ANS, il anime toujours des groupes d’étudiants et reçoit encore des patients. « Je suis surpris comme au premier jour, je continue d’entendre des histoires fascinantes… » Celles-là mêmes qui peuplent les livres de ce conteur toutes catégories, psychiatre et psychanalyste américain vivant entre San Francisco et Palo Alto. Irvin Yalom a très vite compris que la relation thérapeute/patient n’avait d’intérêt qu’à travers un enseignement réciproque, et qu’aucune éducation, fût-elle mutuelle, ne peut s’épanouir sans une profonde empathie. « J’ai toujours voulu écrire, mais ce n’était pas un métier pour un fils d’immigrés russes et pauvres. Et la nuit où mon père fit une crise cardiaque, l’arrivée du médecin fut tellement réconfortante, le bruit de sa voiture résonne encore à mes oreilles, que je me suis dit : ‘C’est ça que je veux donner aux autres’. Mais aider les autres, ce qu’oublie souvent la médecine moderne et techniciste, c’est avant tout s’intéresser à eux. » Cette curiosité pour les autres, le D r Yalom l’a cultivée comme une plante rare et précieuse, elle fait merveille dans La Malédiction du chat hongrois, succession de portraits de femmes sidérants (y compris de sa mère dont il pensait du mal…). Sa femme à lui, Marilyn Yalom, qui « devait nous tenir compagnie pendant l’interview mais nous laisse tomber finalement pour son coiffeur français ! », lui dit toujours que « sans ce métier, il n’aurait pas eu tant de choses à raconter dans ses livres ». Marilyn Yalom est également écrivain et spécialiste de littérature française. Ils se sont rencontrés à l’âge de 15 ans. Ils ont quatre enfants et cinq petits-enfants, qu’il réunissent deux semaines chaque année dans un pays de la vieille Europe, celle des origines… Il y a clairement deux parties dans l’œuvre d’Irvin Yalom : les récits thérapeutiques, bruissants de pensées et d’émotions métabolisées par la cure en outils existentiels, et les fictions philosophiques, dans lesquelles il teste ses compétences à l’aune de Nietzsche, Schopenhauer (1), Spinoza. Goût pour la compétitivité entre mâles dominants ? Désir de transmission avant tout. « Quand j’écris, mon public secret, ce sont mes étudiants. » Exerçant ses talents de thérapeute sur de grands penseurs, inventant des dispositifs conversationnels qui leur laissent la parole, il les met à notre portée. Et il s’amuse… Même quand il imagine la vie intérieure de l’idéologue nazi Alfred Rosenberg, « un type exécrable, que même les pontes du régime ne pouvaient souffrir… » ISABELLE POTEL (1) « ET NIETZSCHE A PLEURÉ », « LA MÉTHODE SCHOPENHAUER », Galaade éditions. « LE PROBLÈME SPINOZA », Galaade éditions, 650 pages, 24,40 €. « LA MALÉDICTION DU CHAT HONGROIS », Le Livre de poche, 355 pages, 7,10 €. CULTUREA-u- TEuR Depths of the mind Author and psychiatry professor Irvin Yalom writes philosophical novels that read like thrillers. AT AGE 81, he’s stillactive as a teacher and therapist. « I find it as surprising as on the first day, » Irvin Yalom says, « and the stories I hear are as fascinating as ever. » Like the stories recounted in the books by this Californian psychiatry professor and psychoanalyst. « I always wanted to be a writer, but it was no job for the son of poor Russian immigrants. Then one night my father had a heart attack, and when the doctor arrived it was so reassuring I thought, ‘I want to be able to do that for others.’And helping others means taking an interest in them. » Yalom cultivated his curiosity for other people like a rare, precious plant, bringing it to full bloom in The Hungarian Cat Curse, a series of striking portraits of women—including his own mother, with whom he had a troubled relationship. His wife Marilyn, who is also an author, likes to remind him that without his psychiatry practice he wouldn’t have had so much material to explore in his books. Yalom’s literary output is divided into two parts : the psychotherapy stories, teeming with thoughts and emotions distilled by the processinto existential tools, and the philosophical fictions like When Nietzsche Wept, The Spinoza Problem and The Schopenhauer Cure, in which he matches wits with the great thinkers. Is it the male competitive instinct ? For Yalom it’s more about the desire to teach : « When I write, my students are my imaginary audience. » By exercising his therapeutic talents on the historic philosophers, inventing conversational pretexts to express their ideas, he renders them accessible. And has fun doing it—even when he imagines the inner life of the Nazi ideologue Alfred Rosenberg, « An execrable man, whom even the regime’s bigwigs couldn’t stand… ». PHOTOS DR - JOSEPH SIROKER
MONROE comme jamais C UlÉvTRUE SR E Cinquante ans après la mort de la star, un livre collectif et pop déconstruit le mythe pour mieux rendre hommage à la femme. ENCORE MARILYN ? Enfin Marilyn. Si Monroe fut la première pop star, l’ouvrage collectif que voici est le premier recueil pop sur l’insaisissable icône. En mélangeant les intervenants (cinéastes, écrivains, historiens…) et les genres (interviews, témoignages, récits littéraires, extraits…), dans une mise en pages qui défie toute volonté biographique arrêtée, avec des cartes, des listes, des photos et des citations qui mettent en valeur l’esprit acéré de M.M., le livre offre une plongée addictive dans des méandres existentiels et typologiques, pour un ravissement qui se situerait entre Duras et Warhol ! Sex-appeal et souffrance, succès et perdition, astre brillant et trou noir, ambition folle et vulnérabilité absolue, innocence et séduction, objet de désir et victime propitiatoire, plénitude de la chair et résurgence spectrale… Sous la direction de Françoise-Marie Santucci, rédactrice en chef du magazine Next, le livre ne lâche pas l’idée que si Marilyn est une surface magique où nous projetons nos fantasmes, elle n’en fut pas moins, réellement, une personnalité riche et multiple qui essaya tous les masques. Déconstruisant les mensonges de la légende, le livre met notamment en cause la thèse du suicide au profit d’un surdosage accidentel de médocs prescrits par son psychiatre… Marilyn n’a pas survécu au noyau dur de la féminité : pour être aimée des hommes, demeurer dans leur dépendance. Avant de mourir à 36 ans, Norma Jean, enfance dans un orphelinat, père envolé, mère et grand-mère internées, s’est fabriquée elle-même, a livré des batailles homériques contre la Fox, a prouvé qu’un sex-symbol pouvait avoir un talent comique, et surtout, au mépris misogyne qui la dénigrait, opposé sans relâche la lumière incandescente de sa peau, de son visage, de son sourire invraisemblable. Fallait-il que sa puissance sexuelle fasse peur pour que le malentendu soit aussi total, faisant d’elle une folle ou une pauvre gosse… Le livre est beau d’agencer les bouts de vérité des uns et les autres, non pour former une vision unifiée, mais un flot d’amour, au sens de Cassavetes, pour cette femme-image qui incarne notre modernité dans son pacte avec le diable. Nous aimons en Marilyn la décadence de nos rêves, car nous voulions avant tout l’esthétique et la beauté, c’était là notre morale, et contre toute attente, la ravissante idiote, la blonde en toc, la pin-up sans épaisseur est devenue notre plus grande tragédienne : là se joue la volonté farouche d’une époque qui refuse l’enfermement dans une seule identité, qui croit à la réinvention sans cesse de soi-même, jusqu’au danger. ISABELLE POTEL The most of Marilyn Fifty years after her death, a new and wide-ranging anthology rewrites the myth of Marilyn Monroe. SHE WAS the first real pop star, and this collective homage is the first pop anthology on the ineffable icon. Uniting a variety of contributors (filmmakers, writers, historians…) and genres (interviews, memoirs, essays…) in a format punctuated with maps, lists, photos and quotes, Monroerama (available in French) is a headlong, heady plunge into the life and legacy of Marilyn Monroe, through a series of existential and typological meanderings worthy of a Warhol film. Sex appeal and suffering, success and self-destruction, steely ambition and helpless vulnerability, shining star and black hole, idol and victim, fleshly presence and spectral resurgence… Supervised by Françoise- Marie Santucci, editor in chief of the French magazine Next, this compilation convinces us that while Monroe was, and is, a sort of « magic slate » for the projection of fantasies, she was also possessed of a rich, multifaceted personality. Wary of speculation and apocrypha, Monroerama rejects the suicide theory in favor of an accidental overdose of drugs prescribed by her psychiatrist. Ultimately, Marilyn Monroe did not survive the central reality of feminine existence : the desire to be loved by men and the concomitant dependency on them. One bit of truth linesup with another, not to forma unified vision but rather an outpouring of love for a talismanic woman who embodied the contemporary mindset in her pact with the devil : what we loved in Marilyn Monroe was the decadence of our dreams, the consuming desire for physical beauty. And against all expectations, the beautiful « dumbblonde, » the shallow pin-up, has become our greatest tragic figure. Therein lies the irrepressible desire of an era that refuses to be limited to a single identity, that believes in endless selfreinvention, even to the point of perdition. « MONROERAMA », Françoise-Marie Santucci avec Elisabeth Franck-Dumas, Stock, 368 p., 25 €. PHOTO DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 1Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 2-3Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 4-5Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 6-7Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 8-9Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 10-11Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 12-13Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 14-15Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 16-17Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 18-19Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 20-21Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 22-23Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 24-25Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 26-27Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 28-29Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 30-31Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 32-33Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 34-35Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 36-37Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 38-39Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 40-41Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 42-43Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 44-45Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 46-47Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 48-49Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 50-51Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 52-53Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 54-55Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 56-57Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 58-59Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 60-61Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 62-63Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 64-65Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 66-67Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 68-69Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 70-71Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 72-73Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 74-75Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 76-77Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 78-79Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 80-81Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 82-83Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 84-85Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 86-87Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 88-89Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 90-91Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 92-93Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 94-95Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 96-97Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 98-99Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 100-101Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 102-103Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 104-105Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 106-107Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 108-109Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 110-111Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 112-113Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 114-115Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 116-117Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 118-119Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 120-121Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 122-123Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 124-125Madame numéro 149 aoû/sep 2012 Page 126