Madame n°147 avr/mai 2012
Madame n°147 avr/mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de avr/mai 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 126

  • Taille du fichier PDF : 24,6 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial printemps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
« Le flagship aux lignes ultraépurées, froid et aseptisé a vécu, comme l’ont aussi compris d’autres créateurs comme Ralph Lauren et Dries Van Noten : ils découpent leur espace en petits volumes, ils les tapissent de bois ou de tentures et les meublent avec des pièces uniques chinées dans le monde entier. Les initiés le savent : chez Chanel, l’atmosphère est d’autant plus exclusive qu’elle fait référence à l’appartement privé de la créatrice, situé 31, rue Cambon. Les œuvres d’art spécialement conçues par Othoniel, Ingrid Donat ou Peter Dayton évoquent les chenets de cheminée cubistes de Jacques Lipchitz ou la main en bronze de Diego Giacometti. Les chaises rappellent la bergère de Coco Chanel, dans laquelle elle a été photographiée par Horst en 1937. Ici et là, des boules de cristal de roche et des lions ressemblent à s’y méprendre aux bibelots fétiches qui trônent encore sur ses commodes et sa table basse. La similitude du premier étage avec l’antre secret de la créatrice est troublante : la cheminée, le canapé installé devant ce paravent noir incrusté de nacre évoquant les panneaux de Coromandel et les couleurs… Cette nouvelle boutique n’est plus seulement un lieu où l’on achète des camélias en soie, des sacs 2.55, des montres J12 et des vestes en tweed. On a l’impression qu’on y a rendez-vous pour prendre le thé avec Mademoiselle Chanel et que, d’une minute à l’autre, elle va apparaître... M 86 TEXTE SANDRINE MERLE PHOTOS MAGALI JOANNON CHANEL, 51, avenue Montaigne, Paris VIIIe. Tél. +33 (0)1 44 50 73 00. a a STYLE BOUTIQUE L’atmosphère, si exclusive, fait référence à l’appartement privé de la créatrice. G G < stood as well, dividing their shops into smaller spaces, warmedup with wood and draperies and furnished with exotic antiques. At Chanel, the private atmosphere is even more evocative in that it’s modeled after the founder’s own apartment at 31 Rue Cambon. Specially commissioned artworks by Jean-Michel Othoniel, Ingrid Donat and Peter Dayton recall Gabrielle Chanel’s cubist firedogs by Jacques Lipchitz and bronze hand by Diego Giacometti. The chairs evoke the wing armchair in which she was photographed by Horst in 1937, while the crystal globes and lion figurines echo the curios that she displayed on her tables and sideboards. Upstairs, the resemblance to Mademoiselle’s personal lair is even more striking : the fireplace, the sofa in front of a black screen inlaid with mother-of-pearl, the nearly life-size deer sculptures, the colors… The new Chanel shop is not just a place to buy silk camellias, 2.55 bags, J12 watches and tweed jackets. Customers feel as though they have been invited to have tea with Coco Chanel. And as though she might walk in at any second. M 4t,
STYLE CRÉATRICE 88 CHARLOTTE OLYMPIA n’est pas une it-girl comme les autres. Fille et sœur de mannequin, sa silhouette et son look à la Ava Gardner auraient suffi à faire parler d’elle. Pourtant, fraîchement sortie de Cordwainers (l’école des chausseurs anglais), elle lance sa collection et puise dans son amour des années 4o pour percher ses clientes sur des hauteurs vertigineuses. Elle dit même travailler ses ballerines en pensant à la démarche d’une femme qui viendrait tout juste d’ôter ses talons. Gageons que sa collection d’été célébrant les pin-up venues de Miami et les sirènes connaîtra le même succès que ses facétieux talons à têtes de chat. DOMINO LATTÈS WWW.CHARLOTTEOLYMPIA.COM TIP toe Glamour by the foot Désormais incontournable chausseuse, Charlotte Olympia présente une nouvelle collection aux allures de French Riviera. – A much-awaited new collection from the high-chic shoe and accessories designer Charlotte Olympia. THE DAUGHTER and sister of fashion models, Charlotte Olympia could have made a living on her looks, but chose instead to study shoe design. Fresh out of Cordwainers, the prestigious London shoemaking school, she launched a collection that reflected her fascination with the forties—she loves thick soles and dizzyingly high heels, and even conceives her flats by imagining the way a woman walks just after taking off a pair of pumps. Now it’s a good bet that her new summer collection celebrating pinups and mermaids will be met with the same acclaim as her witty « Kitty Flats. » PHOTOS DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 1Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 2-3Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 4-5Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 6-7Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 8-9Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 10-11Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 12-13Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 14-15Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 16-17Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 18-19Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 20-21Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 22-23Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 24-25Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 26-27Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 28-29Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 30-31Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 32-33Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 34-35Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 36-37Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 38-39Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 40-41Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 42-43Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 44-45Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 46-47Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 48-49Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 50-51Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 52-53Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 54-55Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 56-57Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 58-59Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 60-61Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 62-63Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 64-65Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 66-67Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 68-69Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 70-71Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 72-73Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 74-75Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 76-77Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 78-79Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 80-81Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 82-83Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 84-85Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 86-87Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 88-89Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 90-91Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 92-93Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 94-95Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 96-97Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 98-99Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 100-101Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 102-103Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 104-105Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 106-107Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 108-109Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 110-111Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 112-113Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 114-115Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 116-117Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 118-119Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 120-121Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 122-123Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 124-125Madame numéro 147 avr/mai 2012 Page 126