Madame n°146 fév/mar 2012
Madame n°146 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°146 de fév/mar 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Air France

  • Format : (277 x 376) mm

  • Nombre de pages : 118

  • Taille du fichier PDF : 19 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial mode.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
t 186 » V V Je dessine des souliers comme on dessine des bijoux. Même les femmes les plus excentriques ne jettent pas leurs bijoux. Mes souliers s’inscrivent dans cette pérennité, ce ne sont pas des objets de saison. » li 11. confesse le chausseur. Mais il doit avant tout exprimer la séduction. Le soulier est le prolongement du langage érotique. » Alors pourquoi réserver aux seules effeuilleuses ce pouvoir magique « d’habiller et de déshabiller tout à la fois » ? De la scène à la réalité, il n’y a qu’un pas que le jeune créateur n’hésite pas à franchir. Pendant vingt ans, Christian Louboutin étudie avec fougue la précision d’une cambrure, la profondeur d’une échancrure, la hauteur d’un talon, le centre de gravité parfait, déroule ainsi le fil de ses fantasmes, en faisant sienne la phrase de Christian Dior : « Un soulier doit pouvoir apparaître et disparaître pour laisser place à la femme. » Chaussons de Cendrillon, escarpins Marie-Antoinette, mocassins à picots en métal, semelles en corde, talons recouverts d’or, escarpins brodés de cristal et de perles… ses modèles sexy se suivent et ne se ressemblent pas. Tous se distinguent par un grand respect de la ligne, acquis auprès de son ami et mentor Roger Vivier. « Un soulier doit être beau sur le pied », disait le maître chausseur à son « petit dauphin ». Mais si cette exigence de la forme fait entièrement partie de son éducation, cette dernière n’a jamais été une parade à l’humour, à l’extravagance et à la dramaturgie qui incarnent aussi la signature démoniaque du soulier à la fameuse semelle rouge. Entouré de sa « famille » d’amis fidèles (dont feu le brodeur François Lesage), d’égéries de mode et autres figures incontournables (parmi lesquelles Farida, Dita von Teese, Kristin Scott Thomas, Mika ou Arielle Dombasle…), Christian Louboutin puise dans l’aura glamour des années 80. Epoque culte peuplée d’étranges créatures nocturnes qui se donnaient rendez-vous aux Bains Douches et au Palace, hauts lieux de la fête parisienne, pour dévorer à pleines dents ses derniers instants de liberté insouciante. « La préparation des costumes de soirée prenait souvent plus d’importance que la soirée elle-même », se souvient le chausseur. Enfoui au cœur des paillettes, résidait l’extrême désir de perfection, lequel n’est pas si éloigné de l’héritage rigoriste et obsessionnel légué par Alain Bernardin, le fondateur du Crazy Horse. Tout au long des répétitions, ces derniers mois, Christian Louboutin a été touché par le mélange de grâce ultraféminine et de prouesse technique dont témoignent les danseuses. « Les valeurs de persévérance et d’ouverture d’esprit font partie de l’identité du Crazy Horse, affirme-t-il. Les filles sont dotées d’une éthique presque militaire et maîtrisent leur corps d’une manière éblouissante. C’est un grand art que de maîtriser la nature à ce point. » Dans l’un de ses tableaux, grâce à un subterfuge technique, les corps, entièrement nus, paraissent suspendus dans les airs. La danse se concentre au niveau des jambes et des cuisses et, sous les feux de la rampe, les chaussures jouent les protagonistes. Dans une autre scène, Christian Louboutin voulait que les filles prennent des expressions de madone en adoration. Il les a donc entraînées au Louvre pour observer des peintures anciennes. Un régiment de filles du Crazy Horse prenant la pose devant des tableaux d’adoration, voilà assurément un spectacle en avant-première dont les visiteurs du musée, interloqués, se souviendront. M « FEU », spectacle du Crazy Horse revisité par Christian Louboutin, du 4 mars au 31 mai. Crazy Horse Paris, 12, avenue George-V, Paris VIIIe. Tél. +33 (0)1 47 23 32 32. www.lecrazyhorseparis.com a
PHOTOS CHRISTIAN LOUBOUTIN – ANTOINE POUPEL Ci-contre : dessin exclusif de Christian Louboutin dédié aux filles du Crazy Horse. A droite : Upside Down et Infrarouge, extraits du spectacle du Crazy Horse. > From Cinderella slippers to Marie Antoinette pumps, metal-studded loafers to gold-plated heels, the Louboutin shoes kept coming, each sexier than the last and no two pairs alike. What they all had in common was a reverence for the line, developed during the designer’s collaboration with his friend and mentor Roger Vivier. « A shoe must be beautiful on the foot, » the elder master used to tell his protégé. But even while maintaining an exacting approach to form, Louboutin never reined in his signature sense of drama and humor. Surrounded by his « family » of friends, including fashion figures like the late embroiderer François Lesage and stars like Kristin Scott-Thomas and Dita von Teese, Louboutin drew his impetus from the glamorous aura of theeighties— an era when chic was defined on the dancefloors of the trendy nightclubs, which in Paris meant the Palace and the Bains Douches. « Getting dressed to go out was sometimes more important than going out, » he recalls. Beating beneath all the glitter was the pulse of a perfectionist, a quality that Louboutin shares with the Crazy Horse. « Perseverance and open-mindedness are among the club’s basic values, » he says. « The dancers work with military rigor and achievea truly impressive degree of physical control. » In one of his tableaux they appear nude, suspended in mid-air, and the shoes become the protagonists of the action. In another scene, the designer-choreographer wanted expressions emulating classical depictions of the Madonna. As part of the preparation, he took the dancers to the Louvre to study the faces in the paintings. Imagine : the entire Crazy Horse troupe posing in front of a Renaissance canvas. It’s enough to make you forget about the Mona Lisa… M ■ 187



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 1Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 2-3Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 4-5Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 6-7Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 8-9Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 10-11Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 12-13Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 14-15Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 16-17Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 18-19Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 20-21Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 22-23Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 24-25Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 26-27Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 28-29Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 30-31Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 32-33Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 34-35Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 36-37Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 38-39Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 40-41Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 42-43Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 44-45Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 46-47Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 48-49Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 50-51Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 52-53Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 54-55Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 56-57Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 58-59Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 60-61Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 62-63Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 64-65Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 66-67Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 68-69Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 70-71Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 72-73Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 74-75Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 76-77Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 78-79Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 80-81Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 82-83Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 84-85Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 86-87Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 88-89Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 90-91Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 92-93Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 94-95Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 96-97Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 98-99Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 100-101Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 102-103Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 104-105Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 106-107Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 108-109Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 110-111Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 112-113Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 114-115Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 116-117Madame numéro 146 fév/mar 2012 Page 118