Lyxor ETF Magazine n°25 avril 2020
Lyxor ETF Magazine n°25 avril 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de avril 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Générale

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : une épargne à frais réduits grâce aux ETF.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Lyxor ETF Le Magazine Les flux ETF Européens ► Flux ETF 1 : Les ETF ont fait l’objet d’importantes sorties de capitaux sur le mois (-25,6 milliards d’euros), les ETF obligataires et actions perdant respectivement 13,3 et 13,0 milliards d’euros. Le marché monétaire a été la seule classe d’actifs où les ETF ont généré des flux positifs (1,3 milliard d’euros). ► Flux obligataires : Les fonds et ETF obligataires ont au total enregistré des sorties de capitaux à hauteur de 128,7 milliards d’euros (-115,4 et -13,3 milliards d’euros respectivement). ► Flux actions : Les fonds et ETF actions ont quant à eux enregistré 53,0 milliards d’euros de sorties de capitaux (-40,0 et -13,0 milliards d’euros respectivement). ► Les ETF ESG ont continué de tirer leur épingle du jeu en mars malgré le contexte de marché difficile, s’adjugeant 1,0 milliard d’euros. ► Les ETF smart beta ont généré des flux négatifs à hauteur de -2,1 milliards d’euros, en particulier au niveau des ETF actions. Les fonds obligataires ont subi leur plus forte décollecte jamais enregistrée en mars 2020 (-128,7 milliards d’euros). Les actions ont subi leur deuxième plus importante décollecte jamais enregistrée dans le cadre de la crise du Covid-19 (-53 milliards d’euros). Le mois de mars 2020 n’a offert aucun refuge. La quasitotalité des classes d’actifs ont subi une décollecte, à l’exception des fonds et ETP axés sur l’or. Source : Morningstar, Bloomberg, Lyxor International Asset Management. Données au 04/02/2020. 1 ETF domiciliés en Europe N o 25 | Avril 2020 Actions -13Mds€ -40Mds€ pour les fonds actifs et fonds indiciels Obligations -13,3Mds€ -115,4Mds€ pour les fonds actifs et fonds indiciels Smart Beta -2,1Mds€ ESG +1Md€ 2
Lyxor ETF Le Magazine Vues de marché « Entre deux maux, il faut choisir le moindre » - Aristote Olivier Malteste Gérant Gestion multi-actifs Lyxor AM Entre la crise sanitaire et la crise économique, les gouvernants auront donc choisi. Pour la première fois, l’économie se sera arrêtée volontairement afin de ralentir la propagation d’une épidémie. Le caractère inédit de cette situation fait que les impacts sont difficiles à mesurer, d’autant plus que la durée du confinement est encore inconnue. Avant cela, les marchés financiers avaient également été heurtés par une violente chute du pétrole. Au final, toutes les classes d’actifs auront été malmenées durant ce mois de mars, que ce soit les actions, les obligations souveraines et d’entreprises, mais aussiles matières premières. Pour essayer de contrer cela, les banques centrales auront été les premières à réagir, garantissant la liquidité des marchés financiers et renforçant l’utilisation des mesures non conventionnelles. Les Etats ont également pris le relais en appliquant une politique de relance budgétaire. Même l’Allemagne a décidé de sortir de sa traditionnelle rigueur budgétaire pour venir au chevet de son économie. A court terme, l’élément central sera certainement la durée des différents confinements et la manière dont reprendra l’activité économique. A plus long terme se posera évidemment la question des impacts des mesures gouvernementales sur l’économie et sur les budgets des Etats. N o 25 | Avril 2020 Les 2 chiffres clés -25.23% : C’est la baisse record du pétrole observée le 9 mars sur une seule journée Cette baisse est due à une guerre des prix entre l’Arabie Saoudite et la Russie qui a poussé l’Arabie Saoudite à ouvrir ses vannes en grand et qui a créé un excédent d’offre sans précédent. Sur le mois, la baisse aura été d’environ 54%. 3 283 000 : C’est le nombre de nouvelle demande de chômage effectuée en mars aux Etats-Unis. Ce chiffre est vertigineux mais il faut garder en tête qu’il n’existe pas de chômage partiel aux Etats-Unis que les embauches pourraient aller très vite lorsque l’activité économique repartira. Positionnement de portefeuille dans les profils diversifiés 3 ► Au cours du mois de mars, nous avons réduit nos expositions action pour tenter de limiter l’impact de la crise sur les portefeuilles. Nous avons essentiellement réduit les positions sur les actions européennes qui ont été plus touchées que les actions américaines en raison notamment du manque de coordination entre les Etats. Nous réduisons également légèrement nos expositions émergentes. ► Nous avons continué d’augmenter nos expositions sur les obligations souveraines. De tels mouvements de marché impactent toutes les classes d’actifs, y compris les actifs considérés comme sans risque mais nous continuons à croire en la diversification et nous pensons que la banque centrale européenne saura avoir une action efficace concernant la dette des Etats. ► Nous avons également continué de diminuer nos expositions en obligations d’entreprises et notamment sur les obligations à haut rendement, beaucoup plus risquées. Certes, la probabilité de défaut estimée semble déjà en grande partie se refléter dans les valorisations, mais nous préférons rester prudents à ce stade.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :